Anderlues

Entité communale d’Anderlues

Le territoire

Superficie: 1072 ha

Altitude: Anderlues est au point culminant (212m) de la Moyenne Belgique au lieu-dit « Planti ».

Situation géographique : Le territoire se trouve à la jonction des plateaux du Brabant et de Bavay, à proximité de la crête qui sépare les deux bassins hydrographiques de la Haine (affluent de l’Escaut) et de la Sambre (affluent de la Meuse).

Cours d’eau : la Haine prend sa source au lieu-dit “Saint-Médard”, alors qu’y prennent aussi leur source le Piéton (à la limite orientale du territoire – affluent de la Sambre) et le ruisseau de la Haye (à Ansuelle).

Paysage préhistorique (après la dernière période glaciaire) : la Forêt Charbonnière

Nature du sol : limoneux

Nature du sous-sol : grès, pierre calcaire, houille

Préhistoire

Traces non précisées, datant du paléolithique et du néolithique.

Antiquité gallo-romaine

Des vestiges ont été ramassés au XIXème (poteries). Possibilité d’une villapas de précision.

Deux fosses ont été découvertes  en 2012, à l’est de la Haine, le long du chemin Le Viernoy. Elles contenaient des tessons de céramique commune.

Premier Moyen-Age (période franque mérovingienne et carolingienne)

Non documentée quant à un habitat.

Mais au VIIème siècle, le territoire appartenait à Sainte-Aldegonde, sœur de Sainte-Waudru et fondatrice de l’abbaye de Maubeuge.

Deuxième Moyen-Age – le village

Première mention: 673 

Toponymie (anciennes orthographes) : 

  • Anderluuias, avt 673
  • Anderlobia, 972
  • Andreloiz, 1092

Etymologie (hypothèses d’origine du nom) :

En référence à Lobia (abbaye de Lobbes, qui possédait les lieux avant le XIème siècle)

  • Lo- = terrain boisé
  • bia = cours d’eau
    • donc terrain boisé arrosé par une rivière
  • Anderlobia = « second Lobia » = « autre terrain boisé par un cours d’eau »
  • Anderlubja celtique – andera, la génisse, lubja = herbe – donc herbe aux génisses

Epoque de son apparition: Xème ou XIème siècle

Facteurs ayant favorisé son émergence :

voies de communication: pas de voie antique, mais des chemins médiévaux joignant d’une part Cambrai à Liège par Binche, et un autre joignant l’abbaye de Lobbes à celle de Nivelles.

sources d’eau ou cours d’eau: les nombreuses sources et leurs rus

source de bois: région boisée

proximité d’un lieu de pouvoir: ?

Paroisse dédiée à Saint-Médard

Evêché: de Cambrai (jusqu’en 1804), puis de Tournai ensuite

Décanat/doyenné: Binche

Autel (dîmes, entretien de l’église, nomination des officiants) donné à l’abbaye de Bonne-Espérance.

Répartition des pouvoirs pendant la période féodale

Autorité supérieure: comté de Hainaut

Autorité sous-jacente (administrative et judiciaire): prévôté de Binche

Seigneuries et fiefs

Au IXème siècle, le domaine d’Anderlues faisait partie des possessions de l’abbaye de Lobbes. Les comtes de Hainaut se l’approprièrent.

A partir du XIème siècle, le village eut le même sort politique que celui de Fontaine-l’Evêque. Les seigneurs de cette ville y exerçaient leurs droits féodaux.

Il existait aussi un fief appartenant à l’abbaye de Bonne Espérance.

Carte de Ferraris (XVIIIème)
Période française (1794-1814)

Fin de l’Ancien Régime féodal en 1794

  • Département: Jemappes
  • Canton: Binche

Sous Napoléon, on adjoignit le village d’Ansuelle à la municipalité d’Anderlues.

Répartition des pouvoirs pendant la période contemporaine (à partir de 1814)
  • Etat: Royaume des Pays-Bas (1814-1830), puis Royaume de Belgique
  • Province: Hainaut
  • Arrondissement administratif: Thuin
  • Arrondissement judiciaire: Charleroi
  • Canton: Binche
  • Entité communale depuis 1977: Anderlues
Evènements et faits marquants sur le sol de la commune

De durs combats eurent lieu à Anderlues et Leernes entre troupes françaises (minoritaires) et allemandes (majoritaires) en août 1914.

Economie

Elle fut longtemps dominée par l’agriculture et l’élevage.

Le Moulin de la Haye existait avant 1410. On note aussi :

  • Une savonnerie
  • Des tanneries
  • Des fabriques de chicorée
  • Des brasseries
  • Une sucrerie

Au XIXème siècle, on commença à exploiter la houille avec la «  SA des Houillères d’Anderlues ».  On déplore en 1880 un coup de grisou qui fit 49 morts et surtout un autre en 1892 où 160 mineurs y laissèrent leur vie.

Des cokeries furent aménagées à proximité.

Patrimoine

Eglise Saint-Médard (centre). Le chœur était du XVIème. Tour de 1050. Nef principale de 1060. Elle fut démolie en 2006. 

Eglise Saint-Médard

Eglise Sainte-Thérèse  (quartier des Bruyères), consacrée en 1969

Château des Loges, XVIIème siècle. Obélisque à la mémoire du baron Xavier de Leuze, mort au siège de Lille en 1792.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *