Audignies

Le territoire

Superficie: 366 ha

Altitude: de 129 à 159 m

Situation géographique :  sur le plateau de Bavay, au sud-est de cette ville

Cours d’eau : les ruisseaux des Prés et d’Audignies qui prennent leur source sur le territoire de la commune, se rejoignent au nord-ouest pour former le ruisseau de Bavay, affluent plus loin de l’Aunelle.

Paysage préhistorique (après la dernière période glaciaire) : la Forêt Charbonnière

Nature du sol : limoneux

Nature du sous-sol : grès, schiste

Préhistoire

Non documentée

Antiquité gallo-romaine

Des tombes romaines ont été découvertes à Audignies, contenant divers objets : urne funéraire en bronze, lampe sépulcrale, … Les Romains enterraient leurs défunts à la sortie des villes, ce qui explique la découverte ici.

Premier Moyen-Age (période franque mérovingienne et carolingienne)

Non documenté

Deuxième Moyen-Age – le village

Audignies ne fut pas une commune à part entière. Il s’agissait d’un domaine (fief) donné par les comtes de Hainaut à diverses familles qui y exercèrent les droits féodaux jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

Mention la plus ancienne : 1436 (cartulaire)

Toponymie (anciennes orthographes) :

  • Aldinia-cas
  • Audegnies
  • Audegny, XVIème
  • Audignies-lez-Bavay, 1740

Etymologie (hypothèses d’origine du nom) :

Aldinia- et –gnies pourraient signifier la « résidence d’Aldo », personnage qui a peut-être eu une résidence ici dans l’antiquité ou après les invasions.

Facteurs ayant favorisé son émergence :

voies de communication: en bordure de l’ancienne chaussée romaine Bavay-Reims

sources d’eau ou cours d’eau: les ruisseaux évoqués plus haut

source de bois: région boisée. Il existe encore quelques vestiges au sud du village.

proximité d’un lieu de pouvoir: Bavay

Paroisse. Il semble que les habitants du domaine d’Audegnies n’avaient pas de paroisse propre dans les temps anciens, ni même d’église, hormis une chapelle dédiée à Sainte-Catherine. Ils dépendaient de la paroisse de Bavay. Ce qui est toujours le cas aujourd’hui.

Evêché: de Cambrai

Décanat/doyenné: Bavay

 

Répartition des pouvoirs pendant la période féodale (jusqu’en 1678)

Autorité supérieure: comté de Hainaut

Autorité sous-jacente (administrative et judiciaire): prévôté de Bavay

Seigneuries et fiefs 

Famille de Sars  (branche cadette)

Allard « Lion » de Sars (1335/1352, Valenciennes-avt1409, Beaumont), fils de Guillaume de Baraf de Sars, acheta Audignies vers 1394. A qui ? Existait-il déjà une famille seigneuriale à l’époque? Peut-être une famille qui portait le nom du domaine. Le domaine faisait-il partie des possessions de Bavay, régies par le Prévôt-Vicomte ? On verra que souvent le seigneur d’Audignies était aussi prévôt de Bavay. 

Ce chevalier était important et donc riche. Il était aussi seigneur de Rampemont. Il fut gouverneur de Beaumont, prévôt du Quesnoy (1381-82) et prévôt de Maubeuge (à plusieurs reprises entre 1382 et 1394).

Son fils Guillaume de Sars (1370-1438) lui succéda et fit construire le château. Il cumula lui aussi les hautes fonctions : prévôt du Quesnoy, grand bailli de Hainaut, gouverneur de Cambrai, conseiller du dauphin de France, puis du duc Philippe de Bourgogne.

Son troisième fils, Jean de Sars (v.1418-1448), hérita d’Audignies. N’ayant pas d’enfant, le domaine revint à son frère cadet Georges de Sars (1420-1481), prévôt du chapitre Notre-Dame de Condé.

Son fils Nicolas de Sars (1460-1494) lui succéda. Il n’eut pas d’enfant. On ne connait pas, semble-t-il le devenir d’Audignies.

La seigneurie passa un peu plus tard dans la famille de Chasteler. Pas de liens entre les deux familles. Achat ?

Jean de Chasteler ( ?-1568) en fut le premier titulaire. Il était vicomte de Bavay (titre hérité en 1518 de sa mère Jeanne de Proissy). Il fut aussi seigneur de Bellignies (par mariage avec Gillette de Harchies). La seigneurie d’Audignies était tenue en fief de la seigneurie de Moulbaix. Elle avait été achetée par les mambours du contrat de mariage de Jean et de Gillette.

Son deuxième fils, Philippe du Chasteler ( ?-1565) lui succéda. Il n’est pas sûr qu’il ait eu une descendance. C’est le frère aîné, Jean de Chasteler ( ?-1599), vicomte de Bavay, qui devint seigneur d’Audignies. Sans postérité non plus, il légua ses titres et bien à son deuxième frère Gabriel du Chasteler ( ?-1619), aussi vicomte de Bavay 1594), puis grand bailli du Hainaut.

Il est probable que celui-ci vendit Audignies vers 1600.

D’Adrien de Montigny (fin XVIème)

Famille du Mont

L’acquéreur fut Guillaume II du Mont, bailli de Chimay et de Beaumont, conseiller souverain de Hainaut.

Ce dernier eut une fille unique : Marie du Mont ( ?-1662) qui épousa en 1628 Charles de Boussu (1604-1639), premier conseiller à Mons en 1623. Ils eurent une fille Marie-Agnès de Boussu, dame héritière d’Audignies.

Famille van Dam (Damme)

  • Florent van Dam (1600-1690, Berlaimont) devint seigneur d’Audignies en épousa Marie Agnès de Boussu.
  • Joseph van Dam (1651, Berlaimont-1720), fils du précédent, érigé baron d’Audignies
  • Jean Florent Thomas van Dam (1673, Mons-1755), fils du précédent
  • Jean Charles Adrien Van Damme (Van Dam) (1713-1781), fils aîné du précédent. Colonel au service des Etats Généraux du Hainaut. Il n’eut pas d’enfant de son épouse Josèphe, comtesse de Maulde.
  • Eugène Jean Joseph van Dam (1714, Gand-1798, Audignies), frère du précédent. Chevalier, prévôt de Bavay, baron d’Audignies
  • Il fut le dernier seigneur féodal. Sa filles Marie Mathilde van Dam épousa Omer Achille Hennet. Le château et leur propriété passa dans cette famille.
L’ancien régime dans le royaume de France (1678 à 1792)
  • Etat : le royaume de France
  • Prévôté : Bavay
Répartition des pouvoirs pendant la période contemporaine (à partir de 1792)
  • Etat: France dans ses divers régimes (républiques, monarchie, empire)
  • Département: Nord
  • Arrondissement : Avesnes-sur-Helpe
  • Canton: Aulnoye-Aymeries
Economie

Agriculture (céréales)

Patrimoine

Pas d’église

Le château féodal fut construit par Guillaume de Sars (1370-1438). Avec les siècles, il subit de nombreuses réparations et aménagements entre le XVIIème et le XIXème siècle pour le rendre plus confortable. Il est toujours debout à ce jour et possède encore son aspect de forteresse médiévale, entourée de douves.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *