Bermeries

Le territoire

Superficie: 529 ha

Altitude: 113 à 153 m

Situation géographique : sur le plateau de Bavay

Cours d’eau : le ruisseau de Cambron (affluent du Hogneau sur le territoire de Saint-Waast)

Paysage préhistorique (après la dernière période glaciaire) : la forêt Charbonnière

Nature du sol : limoneux

Nature du sous-sol : grès, schiste

Préhistoire

Non documentée

Antiquité gallo-romaine

Une chaussée romaine, allant de Bavay à Saint-Quentin (ancienne capitale des Vermandii), passe au sud-est du village.

Pas de documentation quant à un habitat ou des découvertes en rapport avec cette période.

Premier Moyen-Age (période franque mérovingienne et carolingienne)

Domaine royal probable (infra)

Deuxième Moyen-Age – le village

Première mention: 657

Toponymie (anciennes orthographes) :

  • Berimariacas, 657, acte du roi mérovingien Clovis II
  • Biermeries, 1323, cartulaire du Hainaut

Etymologie (hypothèses d’origine du nom) : ?

Epoque de son apparition: XIIème siècle, probablement autour d’une ferme abbatiale

Facteurs ayant favorisé son émergence :

voies de communication: la chaussée romaine

sources d’eau ou cours d’eau: le ruisseau de Cambron

source de bois: région boisée

proximité d’un lieu de pouvoir: ferme abbatiale

Paroisse : les paysans de Bermeries suivaient les offices dans la chapelle de la fermer de l’abbaye ou au village voisin d’Amfroipret. La dîme était probablement prélevée par les abbés de Cambron.

Evêché: de Cambrai

Décanat/doyenné: Bavay

Répartition des pouvoirs pendant la période féodale (jusqu’en 1678)

Autorité supérieure: comté de Hainaut

Autorité sous-jacente (administrative et judiciaire): prévôté de Bavay

Seigneuries et fiefs

Le domaine fut une possession de l’abbaye cistercienne de Cambron, située entre Soignies et Ath dans l’actuelle province belge de Hainaut. Cette institution fut fondée en 1148.

Auparavant, il est probable que ce domaine relevait des comtes de Hainaut et avant eux des rois francs (domaine fiscal). A moins qu’il n’ait appartenu à un certain moment à la famille de Trazegnies, dont un de ses plus célèbres membres, Anselme de Trazegnies, fut le fondateur de l’abbaye de Cambron.

Il existe à l’ouest du village un hameau et une ferme de Cambron, qui était alimentée par les eaux du ruisseau. Cette ferme aurait été bâtie au XIIème siècle par Anselme de Trazegnies lui-même. Les abbés y détenaient toutes les justices sur les paysans du domaine.

En 1290, Baudouin, abbé de Cambron, acheta des terres, sur le territoire de Bermeries, qui appartenaient à Jakemes de Werchin, sénéchal du Hainaut, fiefs qui étaient tenus du comte de Hainaut. Ce qui renforce l’idée que les comtes détenaient à l’origine ces territoires et qu’ils en distribuèrent des parcelles à divers seigneurs au XIIème et peut-être au XIIIème siècle.

En 1478, lors de son conflit avec Marie de Bourgogne, Louis XI aurait passé une nuit dans la ferme abbatiale.

d’Adrien de Montigny (fin XVIème)
L’ancien régime dans le royaume de France (1678 à 1792)

Etat : le royaume de France

Généralité : Douai

Prévôté : Bavay

Répartition des pouvoirs pendant la période contemporaine (à partir de 1792)

Etat: France dans ses divers régimes (républiques, monarchie, empire)

Région : Hauts-de-France

Département: Nord

Arrondissement : Avesnes-sur-Helpe

Canton: Aulnoye-Aymeries

Evènements et faits marquants sur le sol de la commune

Accrochage au hameau de Bréaugies (sud de Bellignies) entre des troupes britanniques et allemandes le 27 août 1914.

A la fin de la Première Guerre Mondiale, la libération du village, le 6 novembre 1918, s’accompagna d’une bataille entre Britanniques et Allemands. Les morts (19) britanniques ont été enterrés à Bermeries.

Economie

Nous ne sommes pas documentés sur les différentes activités économiques. Il semble que l’agriculture (céréales essentiellement) et l’élevage ont dominé celles-ci.

On mentionne une brasserie et une distillerie de genièvre, sans doute au XIXème.

Avec le temps, le territoire du village fut parcouru par divers chemins d’importance variable. Et d’abord celui qui reliait Bavay, siège d’une prévôté, et Le Quesnoy, siège d’un château comtal.

 Patrimoine

Il n’y a pas d’église à Bermeries. Jusqu’à la Révolution, les paroissiens suivaient les offices dans une chapelle de la ferme abbatiale. Par la suite, ils se rendirent au village voisin d’Amfroipret.

Chapelles

  • Notre-Dame de Lourdes (ou de la Tour), sur le domaine de Cambron
  • Notre-Dame de Bon Secours, au hameau de Bermeries-la-Boëte

La ferme de Cambron, survivance de l’ancienne propriété abbatiale.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *