Bry

Le territoire

Superficie: 288 ha

Altitude: de 80 à 116 m

Situation géographique : située sur le plateau de Bavay, entre cette ville et Sebourg, le long de la frontière, en regard de Roisin

Cours d’eau : l’Aunelle (qui afflue dans l’Hogneau à Crespin), les ruisseaux Saint-Jean, Sart et de la Flamengrie qui y affluent

Paysage préhistorique (après la dernière période glaciaire) : la forêt Charbonnière

Nature du sol : limoneux, argileux

Nature du sous-sol : grès, schistes

Préhistoire

Non documentée

Antiquité gallo-romaine

Chaussée romaine. Non documentée

Premier Moyen-Age (période franque mérovingienne et carolingienne)

Non documenté.

Deuxième Moyen-Age – le village

Il n’est pas sûr qu’un véritable village existât avant le XVIIème ou le XVIIIème siècle. Peut-être un ou deux hameaux. Pas de paroisse indépendante. Il s’agissait d’un domaine foncier. Il eut son château, mais  tardivement à la fin du XVème siècle.

Première mention: 1186

Toponymie (anciennes orthographes) :

  • Bry, 1186
  • Brie, XVIIe siècle

Etymologie (hypothèses d’origine du nom) : ?

Facteurs ayant favorisé son émergence :

voies de communication: la chaussée romaine

sources d’eau ou cours d’eau: l’Aunelle

source de bois: région boisée

proximité d’un lieu de pouvoir: Roisin

Paroisse : les quelques habitants de Bry furent d’abord des paroissiens d’Eth. Une paroisse indépendante, dédiée à Saint Laurent, n’apparut qu’en 1876.

Evêché: de Cambrai

Décanat/doyenné: Valenciennes (1186)

Répartition des pouvoirs pendant la période féodale (jusqu’en 1678)

Autorité supérieure: comté de Hainaut

Autorité sous-jacente (administrative et judiciaire): prévôté du Quesnoy

Seigneuries et fiefs

Il est difficile de reconstituer une liste cohérente et claire des seigneurs du domaine de Bry. Appelons-le comme cela, car il ne semble pas y avoir eu de communauté villageoise stricte (avec paroisse, mairie et échevinage avant le XVIIIème siècle), mais une ou deux grosses fermes avec un petit hameau autour de quelques habitants.

Les domaines dans la  région appartenaient aux comtes de Hainaut, aux Quiévrain et aux Roisin. Le nom de ces trois familles apparaît dans quelques documents concernant Bry.

A l’origine, le domaine de Bry appartenait soit aux comtes de Hainaut, soit aux Roisin. Ces derniers semblent l’avoir donné en arrière-fief aux seigneurs de Quiévrain. A une date inconnue, semble-t-il. Ce qui ne permet pas d’impliquer tel ou tel seigneur de cette famille comme seigneur de Bry.

Maison de Lalaing

Ce qui semble certain, c’est que Simon IV de Lalaing-Quiévrain (1370-1415) en était propriétaire au tournant des XIVème et XVème siècles. Il eut deux filles. L’aînée Jeanne de Lalaing ( ?-1467) hérita de Quiévrain et de Bry. Elle avait épousé Olivier de Blois-Châtillon, dont elle n’eut pas d’enfant. A leur mort, sa sœur Marie de Lalaing, déjà, dame d’Ecaussines, hérita de Quiévrain et de Bry.

Maison de Croÿ

  • Ayant épousé en 1428 Jean II de Croÿ (1380/1495-1473), comte de Chimay, elle fit passer ses domaines dans cette branche cadette de la famille de Croÿ.
  • Philippe de Croÿ (1436-1482), leur fils aîné, leur succéda.
  • Le fils de celui-ci, Charles de Croÿ (1455-1527), ayant hérité de Bry, le vendit en 1484.

Maison de Ruelin

Il s’agit d’une famille de bourgeois de Mons.

  • Gilles de Ruelin, déjà seigneur d’Eth, fut l’acheteur. De ce personnage, nous ne savons rien, si ce n’est qu’il est mentionné comme échevin de la ville de Mons (1471-1479) et qu’il détenait un manoir dans cette ville. Le château-ferme de Bry a été construit en 1486. Lui succédèrent :
  • Etienne de Ruelin ( ?-v1534), probablement son fils
  • François de Ruelin (1501, Eth- ?), peut-être fils du précédent.
  • Gilles (Guillaume) de Ruelin (1545- ?), peut-être fils du précédent
  • Charles de Ruelin, fils aîné du précédent, mais qui semble être décédé sans enfant
  • Antoine de Ruelin (1589- ?), frère du précédent
  • A partir d’ici, nous n’avons plus d’information à propos de Bry. Si ce domaine reste lié à Eth, c’est qu’il fut hérité par Louise de Ruelin (v1615- ?)
  • D’Adrien de Montigny (fin XVIème)

Dans ce cas, Bry serait passé sous la seigneurie des Haynin :

  • Charles de Haynin (de la lignée Haynin-Amfroipret), époux de Louise de Ruelin
  • Jacques de Haynin (de la lignée Haynin-Cornet) qui épousa Anne de Haynin, fille des précédents
  • François Philippe de Haynin (lignée Hayinin-Amelincourt) qui épousa Louise Anne Françoise de Haynin, fille des précédents
  • Philippe Charles de Haynin ( ?-1709), leur fils, qui n’eut pas de postérité.

 Alors que l’on perd la trace des seigneurs d’Eth, on retrouve celle des seigneurs de Bry dans la famille Le François au XVIIIème siècle. Des membres de cette famille furent maire, bailli et gouverneur du Quesnoy. 

Lesquels furent seigneurs de Bry? Nous n’en avons retrouvé qu’un qui ait cette mention : Joseph Humbert Amand le François (v1715- ?)

On le voit, il reste beaucoup d’ombres et d’incohérences dans cette liste. Des éclaircissements sont nécessaires.

L’ancien régime dans le royaume de France (1678 à 1792)
  • Etat : le royaume de France
  • Prévôté : Le Quesnoy
Répartition des pouvoirs pendant la période contemporaine (à partir de 1792)
  • Etat: France dans ses divers régimes (républiques, monarchie, empire)
  • Département: Nord
  • Arrondissement : Avesnes-sur-Helpe
  • Canton: Le Quesnoy
Evènements et faits marquants sur le sol de la commune

En 1606, le château de Bry fut très endommagé par un ouragan.

Le drame de la Houlette a eu lieu le 22 novembre 1795. Il s’agissait d’une auberge. Elle fut attaquée par une bande de malfaiteurs. Neuf meurtres furent à déplorer. On accusa le bandit régional Moneuse qui sévissait alors dans toute la région. Il fut arrêté, mais put se disculper par des alibis.

Economie

Agriculture

Culture du raisin (« Mont du Vignoble »)

Patrimoine

Eglise Saint Laurent, 1759

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *