Buvrinnes

Entité communale de Binche

Le territoire

Superficie: 1636 ha

Altitude: 156 m

Situation géographique : Le territoire est en bordure du plateau qui sépare les vallées de la Haine et de la Sambre, mais est situé dans le bassin hydrographique de la Haine.

Cours d’eau :  La Samme trouve sa source à Bruvinnes, avant de prendre son cours vers Binche, et prendre ensuite le nom de Ruisseau de la Princesse à Waudrez et Péronnes. 

Le sillon dans lequel coule le ruisseau est une zone humide et marécageuse (« marais de Buvrinnes » près du centre) qui fait partie aujourd’hui du réseau Natura 2000 pour son écosystème.

Paysage préhistorique (après la dernière période glaciaire) : essentiellement boisé (Forêt Charbonnière). Aujourd’hui deux bois limitent le village, à l’est (le Bois le Comte) et au sud (le Bois des Communes).

Nature du sol : limoneux

Nature du sous-sol : grès

Préhistoire

Non documentée

Antiquité gallo-romaine

On aurait découvert une sépulture romaine du IIème siècle en 1966.

Premier Moyen-Age (période franque mérovingienne et carolingienne)

Non documentée. Mais il est fait mention pour la première fois en 868 du nom de Buvrinnes dans le polyptique de l’abbaye de Lobbes, comme quoi ce territoire faisait partie de ses nombreuses possessions.

Deuxième Moyen-Age – le village

Première mention: 868 

Toponymie (anciennes orthographes) : 

  • Buitrunes (868, polyptyque des possessions de Lobbes)
  • Berverna, 868
  • Beurnes, 963
  • Berrunnes, 1015
  • Beurunes, XIIème
  • Belzonium, 1050
  • Beverunes, 1181
  • Buverines, 1234, 1248
  • Buvrines, 1235

Etymologie (hypothèses d’origine du nom) : 

On pense que ce mot vient de bebronas ou bebros qui signifie en gaulois : castor. Il pourrait aussi provenir de bibruno ou bibru qui a la même signification en germanique ancien. Rivière des castors ?

Epoque de son apparition: Xème ou XIème siècle

Facteurs ayant favorisé son émergence :

voies de communication: pas de voie antique, mais le chemin médiéval de Binche à Lobbes

sources d’eau ou cours d’eau: la Samme

source de bois: région boisée

proximité d’un lieu de pouvoir: Binche (?)

Paroisse dédiée à Saint-Pierre

Evêché: de Cambrai (jusqu’en 1804), puis de Tournai ensuite

Décanat/doyenné: Binche

Autel (dîmes, entretien de l’église, nomination des officiants) donné en 1181 au chapitre métropolitain de Notre-Dame de Cambrai.

Répartition des pouvoirs pendant la période féodale

Autorité supérieure: comté de Hainaut

Autorité sous-jacente (administrative et judiciaire): prévôté de Binche

Seigneuries et fiefs

Des possessions de Lobbes, Buvrinnes passa dans celles des premiers comtes de Hainaut, à la faveur de l’instabilité politique de la fin du IXème et du Xème siècle. 

Puis il passa dans les mains de Lambert I « le Barbu » (998-1015), comte de Louvain, fils de Régnier III. Celui-ci l’échangea en 1015 avec Godefroid I de Verdun, duc de Basse-Lotharingie, et son frère Herman, marquis d’Ename, contre le village d’Asse en Brabant. C’est probablement avec ce dernier, beau-père de Régnier V de Hainaut, que Buvrinnes (ou du moins une partie du territoire) revint finalement dans les possessions comtales. Herman en donna une partie à l’abbaye de Saint-Vanne de Verdun où il se retira plus tard.

On sait qu’au XIIIème, Buvrinnes, Mont-Sainte-Aldegonde, Waudrez et leurs dépendances, étaient comptées au nombre des terres allodiales des comtes à Binche. Il y existait un grand nombre de manses, tenues par des tenanciers fermiers qui devaient au comte le cens, des impôts et des corvées. Les comtes nommaient des mayeurs dans leurs domaines villageois. Ils étaient aidés des échevins et d’un sergent. Les comtes, par l’intermédiaire de leurs prévôts, y exerçaient les trois justices.

Deux arrières-fiefs en furent détachés  à la fin du Moyen-Age :

  • Celui de Walhain (à l’est), avec son château du XVIIème
  • Celui de Fantegnies – il existait ici un manoir seigneurial, détruit au XVIème ou XVIIème

    Carte de Ferraris (XVIIIème)
Période française (1794-1814)

Fin de l’Ancien Régime féodal en 1794

  • Département: Jemappes
  • Canton: Binche
Répartition des pouvoirs pendant la période contemporaine (à partir de 1814)
  • Etat: Royaume des Pays-Bas (1814-1830), puis Royaume de Belgique
  • Province: Hainaut
  • Arrondissement administratif: Thuin
  • Arrondissement judiciaire: Charleroi
  • Canton: Binche
  • Entité communale depuis 1977: Binche

En 1870, Buvrinnes revendit environ 37 ha de son territoire à Binche (quartier de la gare). Avec cet argent furent reconstruites la maison communale et des écoles.

Evènements et faits marquants sur le sol de la commune

On sait peu de choses de ce qui se passa sur le territoire de Buvrinnes, mais on sait que les alentours de Binche, place forte comtale, furent très souvent mis à mal par les armées des envahisseurs, particulièrement français, mais aussi par des troupes de passage, au service de nos souverains.

En 1695, le village fut ravagé par les troupes du maréchal Villeroy, qui avait son quartier à Binche.

Le 12 mai 1794, des combats eurent lieu entre l’avant-garde de l’armée française et les troupes autrichiennes du prince de Cobourg, avant la bataille de Fleurus.

Economie

Elle fut essentiellement consacrée à l’agriculture et à l’élevage.

Voies de communication

Le village s’est formé sur le chemin qui allait de Binche à Lobbes, l’ancienne propriétaire des lieux.

En 1876, la ligne de chemin de fer n°110 fut construite entre Piéton et Buvrinnes via Anderlues, puis prolongée jusqu’à Bienne-lez-Happart et reliée à la ligne n°109 Mons-Chimay en 1877. Elle fut mise hors fonction en 1960.

Patrimoine

Eglise St Pierre. Elle est de style néogothique et fut construite en 1852-1854. Elle contient :

Retable de pierre
  • Un retable gothique en bois, XVIème : épisodes de la vie de Saint-Pierre
  • Un retable en pierre, fin XVIème : scènes de la Passion
  • Un tabernacle en pierre XVème : le Christ au Jardin de Gethsémani

Château de Bois le Comte. Il est de style néoclassique. Il fut bâti en 1883 pour la  comtesse  de Looz-Corswarem, veuve d’Hippolyte. 

Ferme-château de la seigneurie de Walhain – XVIIème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *