Carnières

Entité communale de Morlanwelz

Le territoire

Superficie: 760ha

Altitude: 116 m (moyenne)

Situation géographique : Carnières est blotti dans la vallée de la haute Haine

Cours d’eau : la Haine et quelques ruisseaux affluents (de la Prêle, de la Haie, de Stoquiau, du Roquiat)

Paysage préhistorique (après la dernière période glaciaire) : boisé (Forêt Charbonnière)

Nature du sol : limoneux

Nature du sous-sol : grès, schiste, houille, craie

Préhistoire

Néolithique (Homo Sapiens) : On aurait ramassé une hache de silex au XIXème siècle.

Ages du fer : Plus récemment on a fouillé deux fosses protohistoriques (2010-2011) : des tessons de céramique La Tène 1b qui pourraient entrer dans le contexte du « groupe de la Haine ».

Antiquité gallo-romaine – Premier Moyen-Age (période franque mérovingienne et carolingienne)

Non documenté.

Deuxième Moyen-Age – le village

Première mention: 868

Toponymie (anciennes orthographes) : 

  • Carnières, 868-869, dans le polyptique de l’abbaye de Lobbes
  • Carneriae¸1077-1094, lettre des moines de Lobbes à Otbert, évêque de Liège
  • Id, 1177, charte d’Alard, évêque de Cambrai
  • Id, 1194, bulle du pape Célestin III
  • 1212, lettre du seigneur Robert de Carnières
  • Carnières, XIIème, dans écrits de Gislebert de Mons
  • Carneres, 1212, cartulaire de l’abbaye de Bonne-Espérance
  • Charnières, 1393, cartulaire de l’abbaye d’Aulne

Etymologie (hypothèses d’origine du nom) : On pense que le nom dérive de Carpinetum, lieu planté de charmes.

Epoque de son apparition: au XIème ou XIIème siècle

Facteurs ayant favorisé son émergence :

voies de communication: la chaussée romaine Bavay-Tongres passe au nord du territoire

sources d’eau ou cours d’eau: la Haine

source de bois: région boisée

proximité d’un lieu de pouvoir: le château seigneurial

Paroisse dédiée à Saint-Hilaire

Evêché: de Cambrai (jusqu’en 1804), puis de Tournai ensuite

Décanat/doyenné: Binche

Autel (dîmes, entretien de l’église, nomination des officiants) donné à l’abbaye de Bonne-Espérance dans un premier temps, avant d’être attribué en 1177 au chapitre épiscopal de Cambrai.

Répartition des pouvoirs pendant la période féodale

Autorité supérieure: comté de Hainaut

Autorité sous-jacente (administrative et judiciaire): prévôté de Binche

Seigneuries et fiefs

En 868, un cartulaire de Lobbes reprenait le domaine de Carnières dans les possessions de cette abbaye. 

Pendant les troubles politiques du IXème siècle, les comtes de Hainaut s’approprièrent les lieux et firent passer les habitants sous leur juridiction, via la prévôté de Binche. On compte deux seigneuries à Carnières :

  • La seigneurie principale
  • une seigneurie qui relevait de la terre de Strépy, citée à partir de 1502

La seigneurie principale

Les seigneurs y exerçaient toute justice au nom du comte. Elle fut tenue par plusieurs familles successives à partir du milieu du XIIème siècle. La proximité avec le comté de Namur fit que certains seigneurs, parmi les premiers, furent des hommes de fiefs de ce comté, d’autant plus que ces comtes furent liés au XIIIème siècle à ceux de Hainaut et de Flandre.

Famille de Carnières

  • Robert I de Carnières (avt1172-apr1221). Il est le premier connu. Il fut au service des comtes Baudouin V et Baudouin VI, peut-être aussi de Philippe le Noble, comte de Namur et régent de Hainaut.
  • Robert II de Carnières (avt1225-apr1258), fils du précédent
  • Robert III de Carnières (1255- ?), fils du précédent
  • Robert IV de Carnières (v1280-1332), fils du précédent
  • Baudouin I de Carnières (v1315- ?), fils du précédent
  • Robert V de Carnières (v1350- ?), fils du précédent
  • Wauthier de Carnières (1374- ?), fils du précédent
  • Jean de Carnières (1399-1459), fils du précédent
  • Baudouin II de Carnières (1430- ?), fils du précédent
  • Jacques I de Carnières (1451-1491), fils du précédent
  • Léon « Lion » de Carnières (1470-1497), fils du précédent, sans postérité
  • Baudouin III de Carnières (1551- ?), neveu du précédent. Il n’eut qu’une fille, Louise, héritière de Carnières.

Familles diverses

Le domaine passa en peu de temps d’une famille à l’autre, par mariages et au gré d’héritages en faveur des femmes, seules survivantes à la mort de leur père ou de leur mère.

  • Louise de Carnières (1522- ?) épousa Thierry de Senzeille-Daussois (1492-).
  • Leur fille Jeanne de Senzeille-Daussois (1530-1616) épousa Hubert de Rochelée de Montjoie (1520-1584), seigneur d’Evrehailles.
  • Ils eurent quatre filles, dont Jeanne de Montjoie (1585-1638), héritière de Carnières, qui épousa René de Druyn de Rosey, seigneur de Ronchinnes.
  • Ils transmirent le domaine à leur fille aînée Hubertine de Druyn de Rosey (?-1633) qui épousa Louis « le Jeune » de Mirbicht ( ?-1614).

Famille Maillart

  • Leur contrat de mariage fut contesté, mais ce fut finalement leur fille Marie Anne Catherine de Mirbicht qui releva la seigneurie. Elle avait épousé Christophe de Maillart (1603-1652). D’une famille d’officiers au service du roi de France. Leur succédèrent :
  • Claude Charles Maillart  ( ?-1699), leur fils
  • Charles François de Maillart ( ?- ?), fils du précédent, mort célibataire
  • Louis François de Maillart (1667-1711), frère du précédent
  • Innocent Claude de Maillart ( ?-1738), fils du précédent, mort sans enfant
  • Louis Charles de Maillart (1709-1772). Lui ou plus probablement son frère Innocent vendirent la terre de Carnières vers 1725.

Maison de Chasteler/Chasteleer

  • Jean François de Chasteleer (1691-1764). Marquis de Chasteler et de Courcelles, il fut officier de l’armée autrichienne et président du Conseil souverain de Hainaut. Il acheta Carnières vers 1725.
  • François Gabriel Joseph de Chasteleer (1744-1789), fils du précédent. Gouverneur et prévôt de Binche
  • Jean Gabriel Joseph du Chasteleer (1763-1826).  C’est avec lui que se termina à Carnières l’Ancien Régime. Il était commandant au service de l’empereur d’Autriche lors de la Révolution. Il termina sa vie comme gouverneur général de Venise au service de l’Autriche.

    Carte de Ferraris (XVIIIème)
Commune

On y suivait la coutume de Mons.

Un hôpital est mentionné en 1393. Les enfants pauvres y furent instruits par les sœurs de la Providence de Champion. 

Période française (1794-1814)

Fin de l’Ancien Régime féodal en 1794

  • Département: Jemappes
  • Canton: Binche
Répartition des pouvoirs pendant la période contemporaine (à partir de 1814)
  • Etat: Royaume des Pays-Bas (1814-1830), puis Royaume de Belgique
  • Province: Hainaut
  • Arrondissement administratif: Thuin
  • Arrondissement judiciaire: Charleroi
  • Canton: Binche
  • Entité communale depuis 1977: Morlanwelz
Evènements et faits marquants sur le sol de la commune

1170 – Henri l’Aveugle, comte de Namur et de Luxembourg, soutenu par son neveu Baudouin IV de Hainaut, remporta une victoire sur Godefroid III, duc de Lotharingie. Plus de 5000 morts.

1185 – saccage du village par les troupes brabançonnes et archevêque de Cologne suite à une bataille qui eut lieu sur le territoire de Carnières.

1554 – saccages par Français

1568 et 1572 – pillages par les Gueux

1622 – pillages par l’armée de Mansfeld

Occupations et réquisitions par les armées de Louis XIV en 1667, 1674, 1675, 1690

Economie

Elle fut essentiellement agricole.

Extraction de la houille (pas de document).

Le chemin de fer y passe et la commune est desservie par une gare.

Patrimoine

Eglise Saint-Hilaire. Romane, 1872.

Château seigneurial, détruit au XVIème. Les dépendances ont été transformées en exploitation agricole

Ancien hôpital, démoli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *