Rumigny (famille de)

Rumigny est un village des Ardennes françaises. Ses premiers seigneurs, qui avaient pris le nom du domaine, étaient issus de la famille franque des Girardides.

Ils concernent l’histoire de la vallée de la Haine dans la mesure où plusieurs de leurs membres ont joué des rôles importants auprès des comtes. Ils se sont divisés en plusieurs lignées familiales. Dans certaines de celles-ci, on trouve les seigneurs de quelques villages étudiés sur ce site: Chièvres, Hyon, Peissant, Noirchain, le fief de Peissant à Ressaix.

Adalhard de Metz (?-?), comte de Metz. Il eut:

  • Gérard, infra
  • Matfried

Gérard de Metz ( ?- ?), fils du précédent, comte de Metz. Il épousa Oda de Saxe, fille d’Otton de Saxe ( ?-912) et sœur d’Henri Ier « l’Oiseleur ». Ils eurent:

Godefroid de Metz « de Juliers » (v905-949), comte de Julichgau/Juliers (924-936/949). Comte palatin de Lotharingie (922-936/949). Il épousa Ermentrude de France, fille de Charles III « le Simple » de France et de Frédérune de Frioul, dont il eut:

  • Godefroid, infra
  • Gerberge, ép. Megingoz de Gueldre
  • Gérard II de Metz, comte de Metz – abbé de Remiremont
  • Gebhard (925/93- ?)
  • Adalhard

Godefroid de Metz « de Juliers » (v920/925- 964), fils du précédent. Comte de Julichgau (Juliers, près de Cologne) en 962. Comte de Hainaut de 958 à 962, lors de l’exil de Régnier III par Otton Ier. Vice-duc de Basse-Lotharingie de 959 à 964 lors de l division de la Lotharingie par l’évêque Brunon. Baron de Rumigny (comment? fieffé par l’empereur?). Seigneur d’Aubenton ( ?). Il épousa v950 Alpaïs/Alpaïde de Lomegau, comtesse de Hoegaerden, dame de Beauvechain, …, fille d’Erlebaud de Lomegau, dont il eut:

  • Wery ( ?-v981)
  • Colle (963-984), ép. Ramelin de Créquy. Pas de postérité à la fin de sa vie. Il adopta ses deux « beaux-fils » :
    • Arnould
    • Godefroid

Godefroid II de Juliers « Rumigny »  (947-v981), fils adoptif du précédent. Comte de Juliers, baron de Rumigny. Pas d’alliance ni de postérité connue. Jusqu’ici, les comtes de Juliers étaient nommés par l’empereur (comtes impériaux). A partir de Gérard Ier, (953-1029), la fonction devint héréditaire. Certaines généalogies le renseignent comme un fils de Godefroid I, donc un frère de ce Godefroid II.

Arnould I de Rumigny  (v950/955, Rumigny – 1002/1010, Rumigny), deuxième fils adoptif de Godefroid de Metz “Juliers”. Chevalier. Seigneur de Rumigny, Aubenton, Florennes (comment?) et dépendances. Il épousa v974 Ermentrude de Verdun  (v960-1010), fille de Godefroid « le captif » et de Mathilde de Saxe, dont il eut:

  • Hadvide de Florennes (v975- ?), ép. Hildrade-Hescelin I de Grandpré
  • Godefroi III de Rumigny (v985-1050), infra
  • Gérard de Rumigny-Florennes (975, Florennes – 1051, Cambrai). Clerc de reims, chanoine àReims, évêque de Cambrai de 1012 à 1051. Il fonda l’abbaye de Florennes en 1012.
  • Arnould II de Florennes (v994-1015), ép. Helvide ?
  • Wauthier de Florennes (v996- ?)
  • Eibert de Florennes (v998-1047), abbé de Maroilles, puis de Saint-André
  • Alpaïde de Florennes (v1000- ?), ép. Etienne van Brakel

Godefroid III « le chauve » de Rumigny-Florennes (v980/985, Florennes – 1050), fils du précédent. Chevalier. Seigneur de Rumigny, Florennes, Auvelais, Senzeilles, Soumoy, Echerennes (actuelle Philippeville), Aubenton, Martigny. Il épousa

  1. Ep. v1013 Avoye de Vermandois
    1. Gossuine (1014, Florennes- ?, Saulx), ép.Guy I de Saulx
    2. Godefroid IV, infra
  2. Ep.2. Gisèle de Coucy de la Fère
    1. Hedwige (1023, Florennes- ?), ép. Isaac I de Barbençon
    2. Hadewide, ép. Jean I de Bousies « de Valenciennes »
    3. Arnoul (1025- apr1113), ép. Yvette de Rumigny (v1024)
      1. Alpaïde de Rumigny-Morialmé, ép. Godesalc de Jauche-Morialmé

Godefroi IV de Rumigny (1015, Florennes- 1078, Florennes). Chevalier. Seigneur de Florennes, Rumigny et dépendances. Il épousa v1019 Hawise/Hadewige de Roucy (v1013), fille d’Eble de Roucy et de Béatrix de Hainaut, dont il eut:

  • Helvide, ép. Godefroid de Ramst
  • Aude/Adre/Adrienne (v1050-1096), ép. Hugues II d’Oisy (v1042-), sire d’Osiy et de Crèvecoeur
  • Nicolas
  • Godefroid (v1055-1096), infra
  • Pétronille de Rumigny (v1059, Florennes-1131, Gosselies), ép. Raoul de Viesville, sire de Sart et de Gosselies
  • Gossuin (v1060, Florennes – ?, Mons), ép. Béatrix N.
    • Agnès (1096- ?), ép. Allard I d’Antoing
  • Richilde (1064- ?), ép. Renaud I de Grancey

Godefroid V de Rumigny (v1055-1096). Seigneur de Florennes et de Rumigny en 1079. Mort sans alliance ni postérité.

Nicolas I de Rumigny-Florennes (1055, Florennes – 1096). Chevalier. Seigneur de Rumigny et de Florennes. Il épousa Heluide d’Orchimont, dont il eut:

Nicolas II  de Rumigny-Florennes (v1075, Florennes-1153). Seigneur riche et puissant (selon de Guise). Chevalier. Seigneur de Rumigny et Florennes

  1. Ep. Alarde de Chimay
  2. Ep. v1115 Aelidis/Alix de Hainaut (v1097- ?), fille de Baudouin II et d’Ide de Louvain
  • Mahaut (v1095- ?), ép. Isaac II de Barbençon
  • Alpaïde (1113-1140), ép. Everleme de Reves
  • Aleidis, ép. Raoul de Raucourt
  • Godefroid VI (1117-1153), infra
  • Nicolas III (v1122-1179), infra
  • Baudouin de Florennes (v1124- 1199), religieux, archidiacre à Laon
  • Béatrix de Florennes-Rumigny (v1124-1191), ép. Gossuin III de Mons (v1082-1177),
  • Richilde de Florennes (v1126- ?), ép. 1. Gauthier de Cons ; ép.2. Eustache d’Enghien
  • Alix de Florennes (v1129- 1203), ép. le seigneur de Clary
  • Hauvide de Florennes (1130- ?), ép. Gervais de Bazoches

Godefroid VI de Rumigny-Florennes (1117-1153), fils du précédent. Seigneur de Florennes et de Rumigny. Sans alliance ni postérité.

Nicolas III de Rumigny (v1122, Florennes-1179), frère du précédent. Chevalier. Seigneur de Florennes, de Rumigny, de Presles. Avoué de St-Jean de Villers-deux-Eglises. Par mariage, seigneur de Chièvres. Châtelain d’Ath. Considéré comme belliqueux par Vinchant

  1. Ep.1. N ?
    1. Gaucher « le Bossu »
  2. Ep. v1150 Eve/Ide « Damison » de Chièvres (v1100- ?), veuve de Gilles de Chin, puis de Rasse de Gavere, fille de Guy de Chièvres et d’Ide d’Ath, héritière de Chièvres. Mariage organisé par le comte de Hainaut pour réduire l’influence flamande à Chièvres.
    1. Hugues de Rumigny-Florennes ( ?-1226), régent de Florennes, de Rumigny et de Chièvres. Hérite Florennes, où il fonde des abbayes. Il épousa Elisabeth de Merbes – apparemment pas de descendance
    2. Clémence, ép. Gérard de Hasselt
    3. Mathilde, ép. Godefroid van Windeke
    4. Catherine ( ?-avt1248), ép. Louis de Chiny
    5. Julienne (1155-1211), ép. Arnaud de Rosoy
    6. Yolande (1157-1235), ép. Henri de Hierges
    7. Nicolas IV (1159-1206), infra
    8. Wiger (v1060-1122) ==> Branche Rumigny-Loverval-Thuin (infra)

Nicolas IV de Rumigny-Florennes (1159, Florennes – 1206). Fils du précédent. Seigneur de Rumigny, de Florennes et d’une partie de Chièvres (l’autre va aux Gavere). Signataire de la loi-charte de Chièvres de 1194. Il épousa Mathilde/Mahaut de d’Avesnes (v1166-1237), fille de Jacques d’Avesnes et d’Adeline de Guise, dont il eut:

  • Aléide/Adèle ( ?-1252), ép. Anseau IV de Garlande
  • Nicolas V, infra
  • Alix de Rumigny, ép. Wauthier II de Ligne
  • Sophie (1186- ?), ép. Anseau III de Garlande
  • Jossine (1190-1275/1280), dame d’Orbies, ép. Wauthier I Brognart de Haynin
  • Jacques (1195-1255), chevalier, S. de Presles. Non marié. Il légua ses biens à Baudouin de Rumigny-Fagnolles (infra)
  • Hugues I de Rumigny (1198-1250) ==> Branche Rumigny-Fagnolles

Nicolas V de Rumigny-Florennes  « le bègue » (1194-1257), fils du précédent. Seigneur de Florennes, de Rumigny, Aubenton, … Seigneur de Boves par son épouse.

  1. Ep. 1212 Peissant Flore de Peissant ( ?-1219)
    1. Hugues « l’aîné » de Rumigny-Peissant (1213- ?) ==> Branche des Rumigny-Peissant
    2. Mathilde (1214- ?)
    3. Nicolas VI de Rumigny-Florennes (1215-1249), chevalier, mort avant son père
    4. Hugues II « le cadet » de Rumigny-Florennes (1217-avt1270), infra
    5. Jean de Rumigny-Florennes (1219-1287), S. d’Avançon, de Girondelle, d’Aubenton
  2. Ep.2. 1221 Elisabeth de Boves ou de Coucy-Hoves
    1. Robert de Rumigny-Florennes (1223- ?)
    2. Enguerrand de Rumigny-Florennes. Seigneur de la moitié de Rumigny, moitié de Porcien, de Montcornet, de Signy. Il épousa Alix de Villart, dont il eut Enguerrand de Rumigny-Florennes (1258-1295). Seigneur de la moitié de Rumigny, moitié de Porcien, de Montcornet, de Signy. Sans postérité.
    3. Jacques I de Rumigny-Aubenton (1228- ?) ==> Branche Rumigny-Aubenton. Il épousa Agnès de Resson, dame d’Aubenton, dont il eut:
      1. Jeanne (1275-1303), ép. Milon VIII de Noyers
      2. Jacques II de Rumigny-Aubenton (1279- ?). Chevalier, Seigneur d’Aubenton, …. Il épousa Ruette d’Autry, dont il eut Robert I de Rumigny-Aubenton (1314-1371), S. d’Aubenton, … qui épousa Marie de Saint-Algis
        1. Robert II de Rumigny-Aubenton (1364-1408), S. d’Aubenton, … qui épousa Anne-Françoise de Croix. Endetté, il revendit Aubenton.. Il eut Jacques III de Rumigny-Aubenton – dont postérité.
    4. Clémence (1231- ?)
    5. Marguerite (1233- ?)
    6. Catherine, dame viagère de Roselies, ép. Oston III d’Aiseau

Hugues I de Rumigny-Florennes (1217-1270, Peissant). Seigneur de Florennes, de Rumigny, d’Aubenton, de Boves et de Peissant ( ?)

  1. Ep.1. Philippine  de Dixmude
    1. Allard « de Pesche » de Rumigny-Pesche ( ?-1320). Chevalier. Seigneur de Pesches, de Treignes (par mariage). Maréchal de Liège, mambour de la principauté de Liège. Il épousa  Hélène de Pesche – pas de postérité
  2. Ep.2. Yolande de Soissons-Nesles
    1. Isabeau de Rumigny-Florennes (1263, Florennes – 1326), dame de Rumigny et de Florennes
      1. Ep. 1278 Thibaut II de Lorraine-Vaudémont (1263-1312). La seigneurie de Florennes passe dans cette famille.
      2. Ep.2. 1313 Gaucher V de Châtillon
    2. Marguerite (1264- ?) qui épousa v1281 Jean IV de Soissons-Nesles

Branche Rumigny-Loverval-Thuin

Wiger de Rumigny (v1060-1122). Fils de Nicolas III de Rumigny et d’Eve Damison de Chièvres. Seigneur de Loverval, Pesche-lez-Couvin, Montignies-sur-Sambre. Avoué de Fosses-la-Ville, de Lobbes. Châtelain avoué de Thuin, dont dépendait Marchiennes-au-Pont, Mont-sur-Marchiennes, Montigny-le-Tilleul et Bomerée. En 1096, il négocie avec son frère la vente de la châtellenie de Couvin pour le comte Baudouin II (qui part en croisade) au prince-évêque Otbert de Liège. En fait, un vaste territoire depuis la Meuse jusqu’à Chimay, Liessies et Beaumont. Il épousa Renilde de Loupoigne, dont il eut:

Allard de Rumigny-Loverval ( ?-1147). Seigneur de Loverval, de Bouffioulx, de Montignies-sur-Sambre. Avoué de Fosses-la-Ville, de Lobbes, châtelain de Thuin. Epousa Sélène ?

  • Rogier, infra
  • Gérard, infra

Rogier de Rumigny-Loverval ( ?-1165, Thuin). Il hérite des seigneuries et titres de son père. Il cède Thuin et Lobbes en 1162 à son frère Gérard. Il épousa Clémence de Marbais, dont il eut Godefroid de Rumigny-Loverval – sans postérité

 Gérard de Rumigny-Thuin ( ?, Thuin-1190, Thuin). Chevalier. Avoué de Lobbes, châtelain de Thuin (cessions de son frère). Il épousa Béatrix ?, dont il eut: 

Jean I de Rumigny-Thuin ( ?, Thuin-1223, Thuin). Avoué de Lobbes, châtelain de Thuin. Il épousa Marie ?, dont il eut:

Gilles de Rumigny-Thuin ( ?-avt1284). Il hérita des titres et possessions de son père. Il épousa Gertrude de Walcourt, dont il eut:  

Jean II de Rumigny-Thuin. Titres et possessions identiques. Il épousa Agnès de Rianwez, dont il eut:

Arnould de Rumigny-Thuin ( ?-1297). Titres et possessions identiques. Plus ceux de sa femme arie de Biesme (Biévène), dont il eut trois enfants – une seule arrive à l’âge adulte :

Mahaut de Rumigny-Thuin, qui épousa Eustache VI du Roeulx

Branche Rumigny-Fagnolles

Hugues/Huon II de Rumigny-Fagnoles  (1198, Florennes-1250, Chièvres). Fils cadet de Nicolas IV et de Mahaut d’Avesnes (supra). Chevalier. Co-seigneur de Chièvres et du Sart. Seigneur de Fagnolle (près de Philippeville), par mariage. Avoué de Nismes, Pétigny et Boussu (le-Walcourt). Il est cité dans une sentence en 1221 contre le chapitre de Reims. Et lors d’un legs à l’abbaye d’Epinlieu  en 1230 par Gérard, curé de Chièvres. En 1246, il se porte garant ainsi que son fils Hugues II de ce que les enfants nés de Bouchard d’Avesnes  respecteront la sentence du Roi de France. Il épousa Marie de Fagnolles, dame héritière de Fagnolles, avouesse de Nismes, Pétigny et Boussu, dont il eut:

  • Nicolas I de Rumigny-Fagnolles ou VII de Chièvres. Seigneur de la moitié de Chièvres et de Quérénaing. Au service de Jean d’Avesnes. Il mourut sans postérité.
  • Hugues II « le jeune » de Rumigny-Fagnolles, infra
  • Baudouin de Rumigny-Fagnolles. Il hérite de Presles de son oncle Jacques (supra). Clerc, seigneur de Beausain. Il épousa X., dont il eut: Isabelle de Rumigny (v126-1284), ép. Eustache II de Warfusée de Haneffe
  • Jacques

Hugues II « le jeune » de Rumigny-Fagnolles, fils du précédent. Seigneur de Fagnolles. Il est cité comme témoin dans des actes de 1235, 1246 et 1249. En 1268, il donna, ainsi que son épouse, quatre muids de blé à l’abbaye de Laval-Dieu  (Val Dieu). Il épousa Marie ?, dont il eut:

  • Robert infra
  • Nicolas II « le Bègue » de Rumigny-Fagnolles. Seigneur de la moitié de Chièvres et de Quérénaing. Il s’en déshérita au profit du comte Jean d’Avesnes en 1289.

Robert de Rumigny-Fagnolles. Dans une lettre de 1294, le chapitre de Cambrai  marque son accord pour la réparation des dégâts que ses officiers ont commis dans plusieurs localités dont Jurbise qui est un fief de Robert de Faigneules. Robert est témoin, en 1291, d’une lettre de Jean d’Avesnes  concernant un différend entre les habitants de Fiemaing et l’abbé de Proismes au sujet d’un bois devant Manise. En 1303, Robert de Fagnolles intervient pour la fondation de la chapelle de Rieu qui est dépendante de l’abbaye de Saint-Aubert  S. de Fagnolles. Il épousa Guyotte Pélicorne de Durry, dont il eut:

  • Jacques, infra
  • Jean de Rumigny-Fagnolles (1294-apr1346), abbé de Florennes
  • Hugues III, infra

 Jacques I « Jacquemin » de Rumigny-Fagnolles (v1288-apr1327). Grâce à la seigneurie de Mirwart, Jacques de Fagnolles est également pair du château de Bouillon. En 1293, le comte de Hainaut  achète le château de Mirwart qui normalement est un apanage du prince évêque de Liège  et qui, de dépit, vient assiéger le château et le démolit, en 1303. Lors d’un débat à Lobbes  un compromis est trouvé. En 1309, Jakemes 1er de Faigneules et ceux de Bouillon introduisent à nouveau une plainte auprès de Philippine, comtesse douairière de Hainaut, au sujet de la terre de Mirewart  (Mirwart). Jacques 1er de Fagnolles est encore cité en 1327. Seigneur de Fagnolles, … qu’il lègue à son neveu Hugues IV (infra). Il épousa Marguerite de Mirwart, dont il eut Marie ( ?-1358), héritière de Quérenaing, qui épousa Gérard I d’Enghien, S. d’Havré et châtelain de Mons 

Hugues III de Rumigny-Fagnolles (v1296- ?), frère du précédent. Chevalier au service de l’empereur Henri de Luxembourg. Hérite de Presles, Villers-Poterie. Il épousa Jacqueline:

  • Jeanne (v1310, Fagnolles- ?), dame de Presles, ép. Thierry de Haneffe
  • Hugues IV, infra

Hugues IV de Rumigny-Fagnolle  (v1312-1352/1360). Seigneur de Fagnolle, Wieges, Rieux, de Villers-la-Ville (de son épouse). Il épousa Jeanne d’Heppignies de Marbais, dont il eut:

Jacques II de Rumigny-Fagnolles (1352- ?). Seigneur de Fagnolles et de Villers-la-Ville. Il épousa Marie d’Enghien, dont il eut: Marie de Rumigny-Fagnolles (1383- ?), dame héritière de Fagnolles, de Villers-la-Ville. Elle épousa Aubert II le Flamenc de Cany.

Branche des Rumigny-Peissant

Hugues « l’aîné » de Rumigny-Peissant (1213- ?). Fils de Nicolas V de Rumigny et de Flore de Peissant (supra). Seigneur de Peissant, par sa mère. Il épousa Mélanie ou Jeanne de Rencq/Reng/Rains, fille de Nicolas de Rains/Reng ( ?-1314), chevalier, grand bailli de Hainaut en 1305, dont il eut:

Gilles « Gillion » de Rumigny-Peissant (avt1270-apr1328), fils du précédent. Chevalier. Seigneur de Peissant. Seigneur de Hyon – comment ? achat ? fieffé ?. Il épousa Catherine de Berlaymont, dont il eut:

  • Catherine, ép. Jean de Saint-Lienart
  • Michel de Rumigny-Peissant ( ?-1383). Chevalier, avoué de Niverlée. Il épousa Jeanne le Boulenger
    • Jean de Rumigny-Peissant, ép. Jeanne de Joye. Pas de postérité.
  • Jean, infra

Jean I de Rumigny-Peissant (v1328-1393), fils du précédent. Seigneur de Peissant et de Hyon. Fait chevalier à Reims en 1380 au sacre de Charles VI. Il épousa en 1362 Catherine Joye, dont il eut:

  • Marie, ép. Baudouin de Potelles
  • Gilles
  • Pierre ( ?-1424), chevalier, ép. Marguerite Girondel – sans postérité
  • Guillaume ( ?-1449), chevalier, prévôt du château de Mons, ép. Agnès del Rocq
  • Simon
  • Jacques, infra ==> Rumigny-Peissant-Noirchain
  • Philippe ( ?-1415, Azincourt), ép. Jeanne van der Aa
  • Catherine
  • Jean II, infra

Jacques « Jacquemart » de Rumigny-Peissant (1362-1436), fils du précédent. Chevalier, homme de fief du comte. Seigneur de Noirchain (par mariage). Echevin de Mons. Il épousa avt 1413 Marie de Haynin, dame de Noirchain, fille de Michel de Haynin, seigneur de Noirchain (achat en 1393), dont il eut: 

Antoine de Rumigny-Peissant (v1416-1472), fils du précédent. Seigneur de Noirchain. Echevin de Mons. Il épousa Marguerite le Boulengier, dont il eut:

  • Hélène de Peissant ( ?-1505), qui épousa Hanin (Jehan) Joye
  • Antoine, infra

Antoine de Rumigny-Peissant (apr1443-1497). Seigneur de Noirchain. IL épousa en 1493 Nicole de la Croix (1458-1501), dont il eut:

  • Michel
  • Jeanne (v1497- ?)
    • Ep.1. Jean Masselot
    • Ep.2. Nicaise Corbault
  • Michelle de Rumigny-Peissant ( ?-1538). Dame de Noirchain, qui épousa en 1510 Henri de Dessus-le-Moustier, dans la famille duquel aboutit Noirchain

Jean II de Rumigny-Peissant ( ?-avt1431), fils de Jean I (supra). Seigneur de Peissant et de Hyon. Hyon a probablement été vendu en 1397 à Jean IV de la Hamaide. Il épousa Quinte d’Enghien « de la Motte », dont il eut:

Jacques « Jacquemart » de Rumigny-Peissant ( ?-1468, Ath). Chevalier, S. de Peissant. Capitaine d’Ath. Il épousa Beatrix Pollaert, dont il eut:

  • Jeanne (1428- ?)
  • Jacqueline (1429- ?)
  • Nicolas, infra

 Nicolas de Rumigny-Peissant (1431, Ath-1495, Mons). Seigneur de Peissant. Seigneur d’Aliermont par sa femme (ou de Salermont) et du fief de Ressaix-Peissant , peut-être par son mariage avec Jeanne de Barbençon Donstiennes, dont il eut:

  • Jean III, infra
  • Barbe Barbe (1471- ?), ép. Jean de Neverlée

Jean III « Janet » de Rumigny-Peissant (1464-avt1554). Seigneur de Peissant, de Gochenée, de Salliermont, de Ressaix-Peissant (relief en 1496). Seigneur de Pecquereau par son épouse. Il est cité en 1502, 1525 et 1550. Il épousa en 1506 Marie de l’Estoret

  • Françoise, ép. Nicolas de Woestijne
  • Pierre de Peissant. Seigneur de Ressaix-Peissant et de Goegnies. Il est cité en 1564, 1581, 1588  et 1600. Il épousa en 1584 Marguerite de Hoyoulle, dont il eut:
    • François de Peissant, de Ressaix-Peissant, qu’il revendit en 1601 à Robert d’Ongnies.
    • Jean de Goegnies de Peissant. Seigneur de Goegnies ( ?). Il épousa en 1632 Marie Mayolet
      • Jean de Peissant ( ?-1704). Seigneur de Rianwez
  • Jeanne (avt1515- ?), ép. Louis de Sivry
  • Jacques de Rumigny-Peissant (1516-1557). Ecuyer, S. de la Haye. Il épousa Ep. Claire de la Croix
  • Lancelot, infra
  • Jeanne « la jeune», infra

 Lancelot de Rumigny-Peissant (v1520- ?). Seigneur de Peissant, Pecquereau, La Haye. Il épousa  Marguerite de Hertaing

  • Jean IV, infra
  • Marguerite (1557- ?), ép. François de Montmorency-Fosseux
  • Jacques (1560- ?)
  • Jacqueline (1564-1631), ép. Jacques le Martin

 Jean IV de Rumigny-Peissant (1555- ?). Seigneur de Peissant, … Il épousa  Catherine van Berchem, dont il eut une fille : Catherine (1579- ?), qui épousa Jean-Baptiste Anceau de Clermont. Peissant passa à sa tante Jeanne.

Jeanne « la Jeune » de Rumigny-Peissant ( ?- ?), fille de Jean III. Elle épousa Jean de Hertaing ( ?-1608), S. du Vivier, dont elle eut:

  • Nicolas de Hertaing ( ?-1626). Seigneur de Peissant. Il épousa Anne Alexandrine de Thiant. Pas de postérité. Sa veuve s’est remariée avec Adrien d’Ioville. La seigneurie de Peissant revint à son ex-beau-frère Jacques d’Arengenteau
  • Françoise de Hertaing ( ?-1606), ép. Jean d’Enghien-Kastergat
  • Charlotte de Hertaing (v1563- 1638), dame du Vivier, puis de Peissant, qui épousa Jacques III d’Argenteau

Mons (famille de)

Cette famille, qui descend d’une branche cadette des comtes Régnier, a joué un rôle important dans la région entre le IXème et le début du XIIIème siècle. Cependant, il existe beaucoup d’approximations et de controverses quant on cherche à réaliser leur généalogie. J’ai tenté d’en faire une synthèse. Il ne faut pas la considérer comme la vérité absolue. D’autres éléments nouveaux à l’avenir permettront peut-être de l’approcher.

Ils portèrent le nom de Mons, sans que l’on puisse affirmer qu’ils en étaient originaires. Ce patronyme leur a sans doute été donné parce que plusieurs de leurs membres ont été châtelains de Mons, dès que cette fonction fut instaurée au XIème siècle.

Outre cette fonction, ils jouèrent un rôle de conseillers auprès des comtes, notamment en tant que pairs de la cour de Mons (comme seigneurs de Baudour). Ils figurèrent souvent comme témoins dans des actes notariés.

Malgré les assertions des généalogistes (Duvivier, Venderkindere, du Chastel de la Howarderie) et de Vinchant, l’historien Mathieu leur dénie la charge de châtelain de Mons et de seigneur d’Havré. Il se base sur le fait qu’il y ait eu en même temps deux personnages ayant porté le même nom (Isaac de Mons).

Leur ascendance remonte à Régnier Ier “au long col” (850-916), premier comte héréditaire de Henegau (Hainaut), mais aussi de Darnau (Hesbaye) et de Maasgau (Maastricht). Il eut plusieurs enfants, dont Régnier II (v882/890-v932) qui hérita du Hainaut. De son épouse Alix de Bourgogne, il eut:

  • Régnier III (921-973), comte de Hainaut, qui s’est rebellé contre l’empereur Othon Ier, qui dut s’exiler et perdit ses biens. Ceux-ci furent récupérés à la fin du siècle par ses fils Régnier IV et Lambert.
  • Rodolphe (922-964/966), comte de Hesbaye, qui épousa Adèle de Vienne et dont les descendants furent les membres de la Maison de Mons.
  • Marie, qui épousa Nivelon de Betuwe, à l’origine de la Maison de Looz.
  • Amaury “le Vieux” à l’origine de la Maison des Montfort-l’Amaury

Rodolphe/Rodulphe/Raoul/Rudolf I de Mons (919/922-964), second fils de Régnier II. Comte de Maasgau et de Hesbaye (probablement du comté d’Avernas ou Haspengau, à l’est de la Hesbaye), dont il fut dépouillé en 958 par Othon II lorsqu’il s’est révolté avec son frère Régnier III de Hainaut. Il épousa Adèle de Vienne (929- ?), fille de Charles Constantin de Provence. Ils eurent:

Gossuin de Mons (v952/955, Mons-997), qui épousa Benoite de Franconie ou des Monts (960-1060). Ils eurent:

Gossuin de Mons (v990/996, Mons-1088, Mons). Pas de mention quant à des titres éventuels ou à son mariage.

Il aurait eu comme enfant Gossuin de Mons (1020/1026, Ath – ?). Ce dernier réalisa plusieurs mariages, dont le premier avec Mélissende de Baudour. Le nom de cette Mélissende pourrait lui venir de son père et dans ce cas ce Gossuin aurait obtenu la seigneurie de Baudour par mariage ou alors plus vraisemblablement elle prit le nom de la seigneurie de son mari.

On est ici à l’époque de la comtesse Richilde, époque où il semble que furent mises en place les pairies (proches conseillers du comte) et les charges de châtelains (Mons, Valenciennes, peut-être Beaumont).

Gossuin I de Mons ( v1040/1056, Baudour-1088/1093, Mons), fils des précédents. Seigneur de Baudour et à ce titre pair de Hainaut. Châtelain de Mons, probablement le premier, ce qui expliquerait le “I” qui suit son prénom. Cité en  1056, comme témoin d’une donation par Gérard de Maulde d’une serve à l’abbaye de St-Ghislain. Il souscrivit avec Isaac, châtelain de Valenciennes, une charte en 1065, confirmant la restauration de la propriété du monastère de Hasnon par Baudouin I de Hainaut.       Nombreuses autres citations : 1066, 1070, 1073, 1081, 1084, 1086. Ce serait lui qui aurait épousé en 1085 Ermengarde de Chaumont, dite « de Liège » (1055/1060, Chaumont-1088/1090, Mons). Elle était la fille de Régnier de Chaumont-sur-Loire et d’Ermengarde/Ermentrude Mons, donc petite-fille de Régnier IV.  Elle avait épousé auparavant et était veuve de Gossuin, comte de Luihgau/Liège, dont elle eut Sigena de Liège, qui épousa Frédéric, comte de Burg-Lengenfeld. De son second mariage avec Gossuin de Mons, elle eut:

  • Gossuin II, infra
  • Isembard de Mons (v.1060- ?), nommé, avec sa mère dans une charte de 1088 (infra) et dans des actes de 1114 à 1142
  • Hildegarde/Hildiarde/Ade de Mons (v.1060-1145), ép. Hugues II d’Oisy, châtelain de Cambrai
  • Philippe (1070-1170), ép. Marie de Lautrec

Veuve une seconde fois, elle dota l’église d’Aymeries (près de Maubeuge), que l’évêque Gérard de Cambrai unit en 1088 à l’abbaye d’Anchin (fondée en 1079 par Anselme d’Ostrevent) à titre de prieuré.

Gossuin « Isaac »  II de Mons (v1070/1075, Mons-1122/1142, Mons). Seigneur de Baudour. Il est sans doute le « Isaac de Mons » cité dans les histoires de Thulin, Hainin et Dour. Châtelain de Mons et seigneur de Havré dès 1140 (contesté par Ernest Mathieu). Cité avec son père en 1073 et 1086. Après la mort de son père, et du consentement de son frère Isembard, il confirma au prieuré d’Aymeries les donations faites pas sa mère Ermengarde. En 1122, il fit une donation à Aybert le Reclus d’un lieu boisé entouré par la Haine et des marais (Castellulum ou Petit Château). Il y désigna Ide d’Ath, son épouse, et ses deux fils, Isaac et Gossuin de Ville ( ?). Il épousa Ide/Ida/Aleidis d’Ath (v1075, Ath – 1138, Mons ou Ghislenghien), fille de Walter d’Ath (pas du tout certain!). Elle avait épousé en premières noces Guy de Chièvres, dont elle eut Eve Damison. Ils eurent:

  • Gossuin III, infra
  • Isaac de Mons (v1093-1140). Cité dans des actes de 1122 et 1125, comme fils des précédents. Témoins dans des chartes de 1127 et 1135. En 1135, il donna à l’abbaye de St Ghislain une de ses serves et sa postérité. Il n’est jamais cité comme le châtelain de Mons. Il figure dans cet acte où Isaac, châtelain de Mons, est aussi cité (peut-être son père). En 1125, il fait plusieurs donations à l’abbaye de Liessies, où il est encore cité à côté de son homologue, châtelain de Mons. On ne lui connait pas de mariage ni d’enfants. Mais il pourrait être le père de Baudouin de Mons (infra)
  • Nicolas, évêque de Cambrai de 1137 à 1167. Il fit donation en 1138 à l’abbaye de Bonne-Espérance des autels de St-Brice de Tournai et de Haine-St-Paul
  • Ermengarde, ép. Gauthier de Lens (charte 1135)

Gossuin III de Mons “de Baudour” (1116/1120, Baudour-avt1177, Mons), fils du précédent. Problème de date avec son frère Isaac et son père Gossuin II. Seigneur de Baudour, de Boussu et de Hainin  ( ??? Thulin, Dour – contemporain de Guillaume de Dour, 1110-1155). Il pourrait cependant correspondre au « Gossuin de Valenciennes » cité dans l’histoire de Thulin. Compagnon et conseiller de Baudouin IV. Viro nobilissimo, riche de nombreuses possessions à raison desquelles il devait un stage ou séjour continuel aux châteaux de Mons, Valenciennes et de Beaumont. Châtelain de Mons, de Valenciennes, de Beaumont (contesté). Le plus riche seigneur d’alors en Hainaut, selon J. de Guise. Cité en 1161. Avec son épouse, ils sont perpétuellement en conflit avec l’abbaye de Saint-Ghislain pour des raisons de propriétés, ce qui se comprend quand on voit les domaines respectifs et voisins de chacune de ces seigneuries. Ce grand domaine va être divisé par les héritages. Il avait épousé en 1149 Béatrix de Rumigny (1120/1125-1191), fille de Nicolas II de Rumigny-Florennes et d’Aleidis/Alix de Hainaut (fille de Baudouin II de Hainaut, comte de Hainaut), dont il eut:

  • Gossuin – discussion infra
  • Alix/Ida/Aléide (1137/1145/1150, Baudour-1195/1207, Rumes), qui épousa:
  1. Ep. Roger de Condé (1120-1271), fils d’Henri de Condé
  2. Ep.  Renier I de Jauche (1135-v1184)  ==> Pairie de Baudour
  3. Ep.3. Baudouin « le Caron » ???
  • Rose de Mons (1155/1161-1202) qui épousa Etienne d’Ostrevant de Denain à qui elle apporta Hainin ==> Maison de Haynin
  • Béatrix de Mons (v1160-1219), ép. Baudry V de Roisin (1140-1192), dot inconnue
  • Mahaut/Mathilde de Mons (1165-1183), ép. Wauthier I « le Gâté » de Ligne
  • Agnès de Mons (v1140- ?), ép. Hugues III d’Antoing et d’Epinoy
  • Pétronille de Rumigny, dame de Boussu, ép. Raoul/Wauthier de Fontaine

Il est bizarre que certaines filles, qui ont fait des mariages importants n’ont pas reçu de dot (connue) sous forme de territoires, par rapport à leurs soeurs.

Gossuin, fils de Gossuin III – personnage énigmatique

  • selon certaines sources (dont J. de Guise), il est mort jeune sans postérité
  • il pourrait être ce Gossuin IV (1140-?) qui succéda à son père comme châtelain de Mons et seigneur de Havré
  • enfin, il pourrait être aussi ce “Gossuin de Thulin” qui donna la dîme des paroisses de Thulin et de Hainin (secours de la première) à l’abbaye de St-Ghislain. Ce personnage a été conseiller et diplomate des comtes Baudouin V et Baudouin VI.

Baudouin de Mons (?-1195), fils de Gossuin IV ou d’Isaac de Mons. Il aurait été châtelain de Mons, mais n’est pas mentionné comme seigneur d’Havré. Cité dans des actes entre 1155 et 1194. Conseiller de Baudouin V. Mariage non connu. deux enfants:

  • Henri, infra
  • Gérard, qui prit part à la quatrième croisade et fut fait prisonnier en 1218.

 

Henri de Mons (v1165/1173, Baudour- v.1211, Mons ou Baudour). Châtelain de Mons dès 1195. Seigneur d’Havré. Co-seigneur de Baudour. Cité dans des chartes. Il fut un bienfaiteur de l’abbaye d’Epinlieu, fondée en 1216. Epousa Mathilde de ?, dont il eut trois filles:

  • L’aînée épousa Ubald de Harvengt, chevalier, cité en 1238 comme châtelain de Mons. Ils n’eurent pas d’enfant.
  • Sara, qui épousa Henri Berthout, fils de Walter II Berthout, avoué de Malines, et d’Adeline d’Enghien. Chevalier. Cité en 1249, 1252, 1257 et 1261. Il succéda à son beau-frère comme châtelain de Mons. Pas d’enfant.
  • Julienne/Julianne “de Havré”, châtelaine après la mort de Sara, prend le nom d’Havré. Elle épousa  Englebert d’Enghien, quatrième fils de Siger I et d’Alix de Sotteghem. Il intervint comme châtelain de 1267 à 1291.

Les fonctions de châtelain de Mons et de seigneur d’Havré furent ensuite dans les mains de leurs descendants, à commencer par leur fils Siger d’Enghien (1293 à 1311).

 

Pour compliquer les choses, deux personnages sont encore cités, dont il est difficile de cerner l’ascendance:

Gossuin V de Mons (1209, Baudour- ?), cité comme seigneur de Baudour et seigneur de la ½ Havré. Co-châtelain de Mons. Chevalier.

Guy de Mons (1245- ?), son fils. Seigneur de de Baudour et de la ½ Havré. Co-châtelain de Mons. Il épousa Sylvère de Habarcq, dont il eut Ermengarde de Mons (1276, Baudour-1319, Gouy), dame usufruitière de la moitié de Baudour, qui épousa en 1295 Hennin II de Gouy-en-Artois, seigneur de Gouy et de Corbehem, dont elle eut Wilbert II de Gouy-en-Artois

Ce Guy de Mons serait le dernier représentant de la famille de Mons.

Pour tenter de faire cette synthèse de la généalogie compliquée de cette famille (sans aucune certitude de vérité), j’ai compulsé de nombreuses généalogies sur le web, sur des sites différents.

La controverse est reprise de: Les premiers châtelains de Mons et la famille des Gossuin de Mons – Ernest Mathieu, Impr. UCL 1914

 

Arenberg (famille d’)

Origines 

Arenberg, dans l’Eifel, se situe entre l’archevêché de Cologne, le duché de Juliers et le comté de Blankenheim. 

Les membres de la famille seigneuriale d’Arenberg étaient « burggraf » de Cologne (commandant militaire d’une place forte, comte de palais). En réalité, en 1298, la dernière héritière, Mathilde d’Arenberg, a épousé le comte Engelbert II de la Marck, d’où naîtront plusieurs lignées. 

Celle qui nous intéresse aboutit à Marguerite de La-Marck-Arenberg (1527-1599), fille de Robert II. Comtesse, puis princesse d’Arenberg (1576). Elle épousa en 1547 Jean de Ligne (1525-1568, bataille de Heiligerlee), baron de Barbençon (fils de Louis de Ligne, seigneur de Barbençon et de Marie de Glymes, héritière de Sevenbergen). Par contrat de mariage, les enfants devaient prendre le nom et les armes d’Arenberg. Ils eurent:

  • Charles (1550-1616), infra
  • Marguerite (1552-1611) ép. Philippe II (v.1545-1582), comte de Lalaing, baron d’Escornaix
  • Robert I, prince de Barbençon => lignée des princes de Barbençon
  • Antoinette Wihelmine (1557-1626), ép. Salentin IX d’Isenburg-Grenzau

Charles de Ligne, puis d’Arenberg (1550, Vollenhove en Frise-1616, Enghien), fils aîné du précédent. Charles-Quint fut son parrain. Par héritage maternel, il devint prince (1er) d’Arenberg et du St Empire. Par héritage paternel : baron de Zevenberghes et de Naeltwijck, et d’autres nombreuses petites seigneuries. Par mariage en 1587 (promesse d’héritage de Charles III de Croÿ, frère de son épouse) : Prince de Chimay, Duc d’Aerschot, Comte de Beaumont, S. de Quiévrain et d’AvesnesSeigneur d’Enghien (1606, de la part d’Henri IV, suite à une mission diplomatique – Enghien appartenait toujours à la Maison de Bourbon-Vendôme). Grand d’Espagne (id). Chevalier de la Toison d’Or (1584, par Philippe II). Militaire et diplomate au service du roi d’Espagne Philippe II et des gouverneurs des Pays-Bas (duc d’Albe, Luis de Requesens, Don Juan d’Autriche, Alexandre Farnèse, Albert d’Autriche). Gentilhomme de la chambre de l’archiduc Albert. Conseiller d’Etat. Il se tint à l’écart des troubles religieux. Il prit cependant part au siège d’Audenarde (1582), celui d’Anvers (1585), celui de Sluis (1587), celui d’Ostende (1601-1604). Il mourut en 1616 et fut enterré à Enghien. Il avait épousé en 1587 Anne-Isabelle de Croÿ (fille aînée de Philippe III de Croÿ, duc d’Aerschot), princesse héritière de Chimay, duchesse d’Aerschot, comtesse de Beaumont, dame de Quiévrain et Avesnes. Il en eut:

  • Philippe-Charles (1587-1640), infra
  • Charles(1588-1613)
  • Ernestine(1589-1653), ép. 1615 Guillaume III de Melun, prince d’Epinoy
  • Alexandre d’Arenberg « de Chimay » (1590-1629). Comte de Beaumont, Prince de Chimay (6ème), seigneur d’Avesnes en 1612 et de Quiévrain. Il épousa en 1613 Madeleine d’Egmont, dont :
    • Isabelle Françoise(1615-1677), ép. 1636 Aloisio de Gonzague-Bozzolo
    • Anne Isabelle Caroline (1616-1658), princesse de Chimay, qui épousa en 1641 Eugène de Hennin-Liétard (1614-1656), fils cadet de Maximilien II de Hennin-Liétard. Elle hérita  des biens de son frère aîné Albert-Maximilien en 1640 : comte Boussu, … Elle eut plusieurs enfants dont :
      • Philippe-Louis de Hennin-Liétard qui héritera des biens d’Alexandre « de Chimay » après la mort de son petit-fils Ernest Dominique en 1685.
    • Albert Alexandre d’Arenberg (1618-1643). Comte de Beaumont, Prince de Chimay (7ème), seigneur d’Avesnes (1629). Il épousa sa cousine Claire Eugénie (1611-1660),- sans postérité
    • Philippe d’Arenberg(1619-1675). A la mort de son frère Albert, il devint 8e prince de Chimay, comte de Beaumont, seigneur d’Avesnes (1643). Il épousa en 1642 Théodora Maximilienne Jossine de Gavre, comtesse de Frésin, dont :
      • Ernest Dominique Alexandre(1643-1685, Pampelune). 9e prince de Chimay, comte de Beaumont, seigneur d’Avesnes (1675). Pair de Hainaut. Chevalier de la Toison d’Or. Gouverneur de Luxembourg. Vice-roi de Navarre. Il épousa en 1675 María Antonia de Cárdenas. Sans postérité. Ses biens passèrent à Philippe Louis de Hennin-Liétard, comte de Boussu, son cousin germain, fils de sa tante Isabelle Caroline (supra)
  • Salentin(1591-1592)
  • Antoine (1593-1669),comte de Séneghem, puis capucin
  • Claude Claire(1594-1670), ép.  1609 Bertino Spinola
  • Albertine(1596-1652) , ép. 1617 Hermann Philippe de Mérode, marquis de Trélon
  • Eugène Charles(1600-1635), comte de Séneghem
  • Dorothée Jeanne(1601-1665), ép. 1626 Philippe Lamoral de Hornes

Philippe-Charles d’Arenberg  (1587, Barbençon – 1640, Madrid). Prince d’Arenberg et du Saint-Empire, de Porcien et de Rebecq. Duc d’Aerschot (6ème), depuis 1616 par autorisation de sa mère qui avait reçu ce duché en héritage de Charles III de Croÿ. Seigneur de Quiévrain et d’Enghien. Grand d’Espagne. Sénéchal et chambellan héréditaire de Brabant. Carrière militaire et diplomatique au service du roi d’Espagne et des gouverneurs Albert et Isabelle. Gentilhomme de la chambre de l’archiduc Albert en 1609. Maître de camp d’un régiment d’infanterie wallonne. Gouverneur et capitaine général de la province de Namur. Chevalier de la Toison d’Or en 1618 par Philippe III. Conseiller d’état. Impliqué et arrêté dans une conspiration de la noblesse des Pays-Bas contre le roi d’Espagne en 1634. Il restera prisonnier à Madrid jusqu’à sa mort en 1640. 

  1. Ep. 1610  Hippolyte-Anne de Melun ( ?-1615), baronne de Chaumont (fille de Pierre de Melun, prince d’Epinoy et baron d’Antoing)
    1. Claire Eugénie(1611-1660), dame de Beuvrages et de Chaumont, ép. 1635 Albert Alexandre de Croÿ, son cousin (fils d’Alexandre de Croÿ) – pas de postérité
    2. Anne, ménine de l’infante Isabelle d’Autriche, non mariée
  2. Ep. 1620 Isabelle-Claire de Berlaymont (1602-1630), comtesse de Lalaing, baronne d’Escornaix, dame de Quévy
    1. Philippe-François d’Arenberg (1625-1674), infra
    2. Marguerite Alexandrine (1626-1651) ép. 1649 Eugène de Montmorency
    3. Ernestine Françoise, dite « Jeanne » (1628-1663), ép. 1656  Alexandre II de Bournonville
    4. Claire Isabelle (1629-1670), ép. Maximilian Willibald, comte de Waldburg zu Wolfegg (
  3. Ep. 1632 Marie-Cléopha, comtesse de Hohenzollern-Sigmaringen
    1. Charles-Eugène d’Arenberg (1633-1681), infra
    2. Marie Thérèse (1639-1705), ép. 1660 Franz Christoph zu Fürstenberg

Philippe-François d’Arenberg (1625-1674),  fils du précédent. Duc d’Arenberg (par l’empereur Ferdinand III en 1644), d’Aerschot et de Croÿ. Prince du St Empire et de Rebecq. Marquis de Montcornet. Baron de Quiévrain, d’Avesnes ( ?). Seigneur de Quévy et pair de Hainaut – la pairie de Quévy est transférée à Enghien en 1670. Seigneur de Baudour qu’il acheta en 1652 pour la revendre en 1655. Grand d’Espagne. Il fait une carrière militaire. Chevalier de la Toison d’Or. Capitaine de la garde bourguignonne de Sa Majesté le roi d’Espagne. Amiral et capitaine général de la mer. Gouverneur de Franche-Comté en 1668. Gouverneur et Grand bailli de Hainaut. Mort à Bruxelles le 17 décembre 1674. Il épousa Magdalena Francisca Luisa Esperanza de Borja (16 décembre 1627 † 12 juin 1700), fille de Francisco Diego Pascual de Borgia (9 mars 1596 – Gandia † 19 octobre 1664), 8educ de Gandia (16321664), marquis de Llombaycomte de Oliva, dont :

  • François (1643-1643)
  • Isabelle Claire Eugénie (1644-1655)

Ses possessions passèrent chez son demi-frère:

Charles-Eugène d’Arenberg (1633-1681, Mons), demi-frère du précédent. Duc d’Arenberg (2ème). Duc d’Aerschot (8ème). Duc de Croÿ. Marquis de Montcornet. Comte de Seneghem, de Lalaing, de la Roche. Baron de Sevenbergen, de Quiévrain, d’Avesnes ( ?). Seigneur de Quévy et pair de Hainaut. Prince du St Empire. Lieutenant général et gouverneur du Comté de Bourgogne. Lieutenant général du Hainaut. Chevalier de la Toison d’Or (1678). Il épousa en 1660 Marie Henriette de Cusance (1624 -1701), dont il eut:

  • Philippe-Charles-François d’Arenberg (1663-1691), infra
  • Alexandre Joseph (1664-1683), prince d’Arenberg – militaire – pas de postérité
  • Marie-Thérèse (1666-1716) 

Philippe-Charles-François d’Arenberg (1663-1691), fils du précédent. Duc d’Arenberg (3ème) et prince d’Arenberg. Duc d’Aerschot (9ème). Marquis de Montcornet. Comte de Lalaing. Seigneurs de nombreux lieux, dont Quiévrain et Quévy. Capitaine général des gardes de l’empereur. Chevalier de la Toison d’Or. Il mourut en Hongrie le 25 août 1691, blessé mortellement à la bataille de Salantdemen. Il avait épousé en 1684 Maria Enrichetta del Carretto, marquise de Savone et de Grana, dont il eut:

  • Marie-Anne(1689-1736), ép. 1707 François-Egon de la Tour d’Auvergne
  • Léopold-Philippe d’Arenberg (1690-1754), infra

Léopold-Philippe Charles-Joseph d’Arenberg (1690, Bruxelles – 1754, Heverlee). Prince et duc d’Arenberg (4ème). Duc d’Aerschot. Duc de Croÿ. Prince de Porcien. Marquis de Montcornet. Comte de Lalaing et Champlitte. Baron de Perwez. Seigneur d’Enghien, de Quiévrain, d’Avesnes ( ?), de Quévy qu’il revendit en 1750 à Lamoral François de Lattre du Bosqeau. Feld-maréchal. Commandant en chef des troupes impériales aux Pays-Bas. Grand bailli du Hainaut. Chevalier de la Toison d’Or. Guerroya beaucoup (siège de Tournai sous les ordres du prince Eugène, bataille de Malplaquet où il fut blessé, campagne de Hongrie). Il épousa en 1711 Maria Francesca Pignatelli, dont il eut:

  • Marie Victoire(1714-1793), ép. 1735 Auguste Georges de bade-Bade
  • Marie-Adélaïde (1719-1792), chanoinesse
  • Charles-Marie-Raymond d’Arenberg (1721-1778), infra
  • Marie Flore(1722-1776), ép. Jean Charles Joseph de Mérode
  • Léopold Charles (1726-1745)

Charles-Marie-Raymond d’Arenberg (1721, Enghien – 1778, Enghien), fils du précédent. Duc d’Arenberg (5ème), Prince du Saint-Empire. Duc d’Aerschot (11ème) et de Croÿ. Prince de Porcien et du St Empire, prince de Rebecq. Marquis de Montcornet. Comte de Lalaing. Seigneur de Quiévrain, d’Enghien, … Grand bailli de Hainaut. Conseiller d’Etat de l’impératrice Marie-Thérèse. Feld-maréchal. Gouverneur de Mons. Chevalier de la Toison d’Or, 1757. Grand’Croix de l’ordre militaire de Marie-Thérèse. Grand d’Espagne de première classe. Guerroya (bataille de Torgau contre les Prussiens en novembre 1760 où il fut blessé). Il mourut à Enghien en 1778. Il épousa en 1748 Louise-Marguerite de la Marck, comtesse de La Marck (1730-1820)

  • Louis-Engelbert (1750-1820), infra
  • Maria Franziska Caroline LéopoldineJosepha (1751-1812, ép. Joseph Niklas zu Windisch-Graetz
  • Marie Flore (1752-1832), ép. le duc d’Ursel
  • Auguste Marie Raymond (1753-1833), dont postérité
  • Marie-Louise(1754-1838),
  • Charles Joseph(1755-1775)
  • Louis Marie Eugène(1757-1795)

Louis-Pierre-Engelbert d’Arenberg (1750, Bruxelles – 1820, Bruxelles). Duc d’Arenberg (6ème). Duc d’Aerschot (12ème). Duc de Meppen. Prince de Recklinghausen et de Porcien. Seigneur de Quiévrain, Enghien, … Grand d’Espagne. Chevalier de l’Ordre de la Toison d’Or. Comte d’Arenberg et de l’Empire (1808). Il épousa en 1773 Pauline-Louise de Brancas, dont postérité

Fin de l’Ancien Régime.

Il perdit la vue dans un accident de chasse, se retira à Heverlee et Enghien. Il y passa toute la période de la Révolution Française. Il fut appelé au sénat par Napoléon en 1806 à cause de ses connaissances en politique. Grand officier de l’ordre de la Réunion. Il rentra à Bruxelles après la restauration et y mourut en 1820, laissant un seul héritier, Louis.

 

 

Bailleul (famille de Beloeil)

Cette famille était anciennement appelée de Bailleul (à ne pas confondre dans les généalogies avec la ville française du Nord).

Les premiers personnages connus n’ont pas été nécessairement seigneurs de Beloeil (Belgique). Il est possible qu’ils le furent pour Bailleul (France). Le lien entre certains de ces membres peut faire poser la question d’une filiation entre ces deux localités (simple hypothèse).

Pierre de Bailleul v.1050-1090. Il prit parti pour le roi de France en 1090 lorsque celui-ci attaqua la Flandre (ce qui ne plaide pas pour une vassalité hennuyère).

Simon de Bailleul ?, qui épousa la fille de Geoffroy de Merville

Guy de Bailleul (1070- ?), fils de Simon, qui épousa Plectrude d’Erquinghem

Huont de Bailleul (992-1043). Il semble être né à Bailleul (Nord). Il épousa Jeanne de Wormhout (1002-1061), dont il eut:

  • Adèle de Bailleul (1018-1067), ép. Rollon d’Halluin (1009-1062)
  • Wauthier de Bailleul, infra

Wauthier de Bailleul (1025-1079), fils du précédent

Les premiers seigneurs avérés de Bailleul/Beloeil (en Hainaut) seraient :

Baudouin I de Bailleul (1095-1147), fils de Guy (supra). Sire de Beloeil. Il épousa Agnès d’Ypres (1095- ?), fille de Thibaut I d’Ypres (1070—1105) et par mariage, il devint aussi vicomte d’Ypres (titre équivalent à celui de prévôt ou châtelain. Ils eurent:

  • Giselberthe (1141-1192), ép. Gobert II de Nedon
  • Baudouin II, infra
  • Gérard d’Oudenburg, ép. Vergina van Heynes

Baudouin II de Bailleul (1148-1209), fils du précédent. Sire de Beloeil, vicomte d’Ypres. Ecuyer, puis chevalier. Il épousa  Agnès de Wavrin (1155-1219), dame de Fenaing ( ?), fille de Roger III de Wavrin (1115-1167) et de Yolande de Tournai (1135-1169). Ils eurent:

  • Jeanne, infra
  • Marguerite (1203-1264), ép. Baudouin d’Aire

Jeanne/Isabeau de Bailleul (v.1165/1170- 1233), fille héritière du précédent. Elle épousa v. 1196 Arnould  II/IV de Morialmé (1160-1218), fils de Gottschalk III de Morialmé et d’Hedwige de Ham, faisant entrer la seigneurie de Beloeil dans la famille de Morialmé. Il semblerait que les Morialmé prirent parfois le nom de Beloeil, avant rapidement d’être absorbés par les Condé. Seigneur de Morialmé, Ham-sur-Heure, Bailleul Ils eurent Isabeau de Beloeil (infra).

Un Henri de Bailleul est cité en 1199 (acte scellant un accord entre le roi Jean sans Terre et Baudouin IX de Flandre (VI de Hainaut).

Maison de Morialmé-Bailleul

Isabeau de Morialmé-Bailleul (1190-1260), fille des précédents, dame héritière de Morialmé, Fraire, Beloeil, Ham-sur-Heure. Elle épousa vers 1220 Nicolas I de Condé (1172 ?-1218 ?), fils de Roger de Condé (1140- ?) et d’Alix de Mons (1150-1201). Ils eurent:

  • Jacques de Condé
  • Jeanne Joie de Condé-Beloeil

Veuve de son premier mari, elle épousa en secondes noces 1230 Robert de Béthune, seigneur de Termonde, dont ils eurent Mathilde/Mahaut (1220/1230-1264) qui épousa le comte de Flandre, Guy de Dampierre

Les domaines des Bailleul-Morialmé passèrent dans la famille de Condé.

Sources : Généatique.net, Heraldus, Geneanet

Harcourt (famille de)

Jacques d’Harcourt (1343-1405), comte de Montgomery et Tancarville, conseiller du roi de France. Il épousa Jeanne d’Enghien, dite “de Fagnoles” (?-1425), héritière de Havré, Harveng (dont le sort par la suite est inconnu), Ghlin et Goegnies

  • Jacques de Harcourt ( ?-1428), baron de Montgomery,
  1. Ep. Léonore Jumelles, dame de Cresèque
  2. Ep. 1417 Marguerite de Melun.

Ils eurent deux enfants:

  • Guillaume d’Harcourt, comte de Tancarville et vicomte de Melun
  • Marie de Harcourt ( ?-1464), dame de Beaugency, qui hérite d’Havré de son oncle Jean d’Harcourt. Elle épousa en 1439 Jean, bâtard d’Orléans, comte de Dunois et de Longueville
  • Christophe de Harcourt ( ?-1427). Chevalier, châtelain de Havré et de Mons (legs de son oncle Gérard II d’Enghien). Grand maître des Eaux-et-Forêts de France. Conseiller et chambellan du roi de France. Sans postérité, il légua ses biens à son frère Jean de Harcourt qui suit.
  • Jean de Harcourt ( ?-1452). Chanoine de Laon, puis évêque d’Amiens (1419), de Tournai (1437). Archevêque de Narbonne (1437). Patriarche d’Antioche (1447). Seigneur de Havré, Ghlin et Goegnies (héritage de son frère Christophe en 1427). A sa mort, il légua Havré et ses dépendances à sa nièce Marie de Harcourt ( ?-1484), fille de Jacques d’Harcourt.

 

Avec Marie  de Harcourt, Havré et ses dépendances passèrent aux Orléans.

Luxembourg (famille de)

Branche aînée

Elle comporta plusieurs empereurs de Germanie: Henri VII, Charles IV, Wenceslas I, Sigismond I. Elle est issue de la réunion de la lignée des ducs de Limbourg et des comtes de Luxembourg.

Waléran III (1170-1226), duc de Limbourg (par héritage paternel), comte de Luxembourg (par mariage)

  1. Ep. Cunégonde de Lorraine
    1. Henri IV (1195-1247), duc de Limbourg, qui continue la lignée des ducs de Limbourg
    2. Waléran
    3. Mathilde
    4. Sophie
  2. Ep. 1214 Ermesinde de Luxembourg, comtesse de Luxembourg, veuve de Thiébaut de Bar, fille unique d’Henri IV l’Aveugle, comte de Luxembourg et de Namur. Ils eurent:
  • Henri, infra
  • Catherine de Limbourg (1215-1255), ép. Mathieu II de Lorraine
  • Gérard ( ?-1276), comte de Durbuy

Henri V « le Blond » ( ?-1271), fils du précédent, comte de Luxembourg. Il épousa Marguerite de Bar, dont il eut:

  • Henri VI, infra
  • Philippa (1252-1311), ép. Jean I d’Avesnes (1247-1304), comte de Hainaut et de Hollande
  • Marguerite
  • Jeanne, abbesse de Clairefontaine
  • Isabelle (1247-1298), ép. Guy de Dampierre (1225-1304), comte de Namur et de Flandre

Henri VI (1250-1288), fils du précédent, comte de Luxembourg. Il épousa Béatrice d’Avesnes ( ?-1321) dont il eut:

  • Henri VII, infra -> branche aînée qui suit
  • Marie ( ?-1337), ép. Jean de Ghistelles ( ?-1346, Crécy)
  • Henri ( ?-1303)
  • Marguerite, religieuse
  • Philippotte
  • Elisabeth
  • Waléran I ( ?-1288), seigneur de Ligny ==> branche cadette des Luxembourg-Ligny

Henri VII (1274-1313), fils d’Henri VI, comte de Luxembourg, roi des Romains, empereur. Il épousa Marguerite de Brabant (1276-1311), dont il eut:

  • Jean I, infra
  • Marie (1304-1324), ép. le roi Charles IV de France (1295-1328)
  • Béatrice (1305-1319), ép. Charles Robert, roi de Hongrie (1288-1342)

Jean I « l’aveugle » (1296-1346), fils d’Henri VII, comte de Luxembourg, roi de Bohême. Il épousa Elisabeth Premyslova (1292-1330), puis Béatrice de Bourbon (1320-1383). Il eut:

  • Marguerite (1313-1341), ép. 1328 Henri XV, duc de Basse-Bavière
  • Bonne (1315-1349), ép. 1332 Jean II « le bon » de France (1319-1364)
  • Charles IV, infra
  • Ottokar (1318-1320)
  • Jean-Henri (1322-1375), comte de Tyrol
  • Anne (1320-1338), ép. Otton de Habsbourg (1301-1339), duc d’Autriche et de Styrie
  • Elisabeth (1323-1324)
  • Wenceslas I (1337-1383), duc de Luxembourg, de Brabant et de Limbourg. Il épousa Jeanne de Brabant (1322-1406), héritière du duché. Pas de postérité légitime.

Branche cadette d’Henri VI de Luxembourg-Ligny, puis de Luxembourg-Saint-Pol

Cette lignée possèdera des seigneuries en Hainaut : Enghien, Athis, Bernissart, Montignies-sur-Roc.

Waléran I de Luxembourg ( ?-1288), seigneur de Ligny, épouse Jeanne de Beaurevoir, héritière, dont il a Waléran, infra

Waléran II de Luxembourg (1275-1354), fils du précédent, seigneur de Ligny, de Roussy, de Beaurevoir. Epousa Guyotte (1275-1338), châtelaine de Lille, dont il eut: Jean, infra

Jean I de Luxembourg (1300-1364), fils du précédent, seigneur de Ligny, Roussy et Beaurevoir

  1. Ep. 1330 Alix de Dampierre-Flandre (1322-1346)
  2. Ep. Jeanne Bacon
  • Guy, infra
  • Jean ( ?-1360), S. de Roussy
  • Jean (1342-1373), archevêque de Mayence
  • Henri (1344-1366), chanoine à Cologne et Cambrai
  • Waléran, cité en 1347
  • Jacques
  • Jeanne ( ?-1392), comtesse de Faucquenberghe
  1. Ep Guy de Châtillon ( ?-1360), comte de Saint-Pol
  2. Ep Guy VIII ( ?-1427), baron de La Rochefoucauld
  • Marie ( ?-1376/1382), ép. Henri V de Vaudémont
  • Philippote ( ?-1359), ép. Raoul de Reineval
  • Catherine ( ?-1366), ép. Daniel de Halewijn

Guy de Luxembourg  (1340-1371), fils du précédent, seigneur puis comte de Ligny, seigneur de Roussy et Beaurevoir. Il épousa Mahaut de Châtillon, comtesse héritière de Saint-Pol, dont il eut:

  • Waléran, infra
  • Marie, ép.1. Jean de Condé ( ?-1391), puis ép.2. Simon de Salm ( ?-1397)
  • André ( ?-1396), évêque de Cambrai
  • Jeanne ( ?-1430)
  • Marguerite
  • Pierre
  • Jean II, infra

Waléran III de Luxembourg-St-Pol (1356-1415), fils du précédent. Comte de Ligny et St-Pol. Seigneur de Roussy et Beaurevoir.

  1. Ep.1. Maud de Hollande, dont il eut Jeanne (?-1407), ép. Antoine de Bourgogne, duc de Brabant et de Limbourg
  2. Ep.2. Bonne de Bar
    1. Pierre (1369-1387), évêque de Metz et cardinal, béatifié
    2. Jean, bâtard
    3. Simon, bâtard

Jean II de Luxembourg-St-Pol (1370-1397), frère du précédent. Comte de Ligny et de St-Pol. Seigneur de Beaurevoir, de Richebourg et Roussy. Puis par mariage: comte de Brienne et de Conversano, seigneur d’Enghien. Il résida à Conversano dans les Pouilles.

Ep. Marguerite d’Enghien (1365-1397), fille de Louis d’Enghien, comtesse de Brienne et de Conversano, héritière d’Enghien (la dernière de la branche aînée d’Enghien), Onnezies, Montignies-sur-Roc, Athis

  • Pierre, infra
  • Louis (1390-1440), chancelier de France, évêque de Thérouanne, ensuite cardinal, archevêque de Rouen, puis cardinal
  • Jean III « le Borgne » (1392-1441), comte de Ligny et de Guise. Epousa Jeanne de Béthune ( ?-1449), vicomtesse de Meaux et dame de Ghistelles. Pas d’enfants. Il fut un partisan des Anglais et des Bourguignons, gouverneur de Paris pour Henri V d’Angleterre, chevalier de la Toison d’Or. C’est lui qui captura Jeanne d’Arc à Compiègne et la livra aux Anglais contre rançon.
  • Catherine, citée en 1393
  • Jeanne ( ?-1420), qui épousa successivement Louis de Ghistelles ( ?-1415), puis Jean ( ?-1484), comte de Melun, seigneur d’Antoing, burgrave de Gand. Pas d’enfant
  • Jean, bâtard

Pierre I de Luxembourg-St-Pol (1390, Conversano-1433), fils du précédent. Il avait sept ans à la mort de son père. Sa tante Isabelle d’Enghien, sœur de Louis, administra la terre d’Enghien de 1397 à 1399. Il fut comte de Ligny, St-Pol, Brienne et Conversano. Seigneur d’Enghien, de Beaurevoir et de Roussy (Roucy ?), d’Athis, d’Onnezies, de Montignies-sur-Roc, d’Aulnoye. Il vint pour la première fois à Enghien en 1407. Il fut fait chevalier de la Toison d’Or en 1431 lors de la création de l’Ordre.

Dans un dénombrement de la seigneurie d’Enghien, fait au comte de Hainaut, il fit hommage en 1410 au comte de Hainaut pour les fiefs d’Aulnoy, d’Onnezies, de Montignies-sur-Roc et de Poix du Roeulx.

En 1420, il participa aux campagnes d’Henri V en Angleterre. Il y fut fait prisonnier par Pierre de Luppel. Il fut libéré contre rançon à la fin de 1421. Il devint un des principaux conseillers de Jean IV de Bourgogne, duc de Brabant, qu’il soutint contre son épouse Jacqueline de Bavière. En 1430, il prit le nom de « comte de Saint-Pol, de Conversano, de Brienne et seigneur d’Enghien ». Il mourut de la peste à Rambures (Sommes) en prenant la tête d’un commandement de l’armée destinée à reprendre St Valéry aux Français . Il épousa Marguerite des Baux, fille aînée de François de Baux, duc d’Andria (1394-1469). Ils eurent:

  • Jacqueline (1415-1472), qui épousa successivement John de Lancaster ( ?-1435), duc de Bedford, puis Richard Woodville, comte de Rivers
  • Elisabeth, ép. Edouard IV d’Angleterre
  • Louis, infra
  • Thibaut ( ?-1477), S. de Fiennes et comte de Brienne. Il épousa Philippotte de Melun ( ?-1456) ==> Lignée des Seigneurs de Fiennes. Ils eurent:
    • Jacques 1erde Luxembourg-Fiennes (1445-1487). Seigneur de Fienne (par son père) et de Zottegem (par sa mère). Seigneur de Ville, Pommeroeul, de Hautrage, Villerot et de la Hamaide par mariage avec Marie de Berlaymont (1455-1529). Seigneur de Baudour en 1479 par don de Maximilien d’Autriche. Au service de Charles le Téméraire, de Marie de Bourgogne et de Maximilien. Capitaine général en Artois, Picardie et Lille, maréchal des armées. Gouverneur de Douai. Conseiller-chambellan, diplomate. Chevalier de la Toison d’Or (1478). Il perdit de nombreuses rentes et terres françaises, ayant pris le parti bourguignon contre le roi Louis XI. Raison pour laquelle il reçut la seigneurie de Baudour, le temps de récupérer ses biens.
    • Ils eurent:
      • Marguerite, religieuse 
      • Jacqueline, ép. Charles de Lalaing, qui rachète le Petit-Quévy
      • Philipotte, ép.  Robert de Béthune, puis Antoine de Ligne
      • Marie, ép. Daniel de Bouchout, puis Martin de Hornes
      • Jean II de Luxembourg-Fiennes (1477-1508). Seigneur de Ville, Hautrage, Villerot et La Hamaide. Chevalier de la Toison d’Or. Il épousa Elisabeth de Culembourg. Pas d’enfant. Sa sœur Philippotte hérite de Ville, Hautrage et Villerot qui va aux Ligne. La Hamaide va à son frère Jacques II, qui suit.
      • Jacques II de Luxembourg (?-1517), ép. Marguerite de Bruges de la Guthuse. Il hérite de son père les seigneuries de Fiennes, de Zottegem, de Baudour, puis de la Hamaide (à la mort de son frère Jean, sans descendance). La seigneurie de Baudour lui fut reprise en 1490, pour motif qu’il avait récupéré à la fin de la guerre ses domaines français. Pour la donner à Baudouin, bâtard de Bourgogne. Ce qui fut contesté par Marie « de Ville » de Berlaymont, « dame de Fiennes », veuve de Jacques Ier.Conseiller-chambellan de Maximilien, puis de Philippe le Beau, de Charles-Quint et de Marguerite d’Autriche. Il fut gouverneur de Flandre et d’Artois (1506). Il siégea au Conseil des Finances de Charles Quint (1509).  Chevalier de la Toison d’Or (1491)
      • François, évêque du Mans, décédé en 1509
    • Jacques ( ?-1487), S. de Richebourg, qui épousa Isabelle de Roubaix (1433, Fienne – 1502, Luxembourg), dont il eut:
      • Yolande de Luxembourg (1475, Fiennes-1533, Jeumont), qui épousa Nicolas de Werchin-Barbençon (1470-1513). Ils eurent:
        • Isabelle de Werchin ( ?-1559), qui épousa Jean de Trazegnies (1464-1530). Ils eurent:
          • Charles
          • Robert de Trazegnies, S. d’Onnezies
          • Eustache
          • Triolus
        • Pierre
        • Antoine
        • Auguste
      • Isabelle de Luxembourg-Ligny
      • Anne de Luxembourg-Ligny
      • Louise de Luxembourg-Ligny
    • Waléran, mort jeune
    • Jean, mort en Afrique
    • Catherine ( ?-1492), ép. 1445 Arthur III de Bretagne
    • Philippa, abbesse de Saint-Maixent
    • Isabelle ( ?-1472), dame d’Athis (la seigneurie reviendra plus tard à son frère Louis). Elle épousa en 1443 Charles IV d’Anjou, comte du Maine, favori du roi Charles VII de France. Elle reçut en héritage en 1419 les seigneuries d’Athis, Aulnoy, Fayt-le-Franc, Onnezies, Montignies-sur-Roc, Poix. Ils eurent:
      • Louise (1445-1477), ép. Jacques d’Armagnac, duc de Nemours
      • Charles V

Tous ces fiefs repassèrent en 1448 à  Louis de Luxembourg, comte de St Pol. Claire d’Enghien, veuve de Pierre d’Assigny, sénéchal de France, s’en réserva l’usufruit jusqu’à la vente. Louis (infra) en devint le seigneur en 1452.

Louis de Luxembourg-St-Pol  (1418, Enghien-1475), fils du précédent. Comte de St-Pol (1433-1475), de Brienne, de Ligny, de Guise et de Conversano (1441-1475), de Marle et de Soissons (par mariage, 1435-1475). Seigneur d’Enghien, d’Oisy, de Bohain, de Beauvoir, de Condé-en-Brie, de Bourbourg, d’Athis, d’Aulnoy, de Fayt-le-Franc, d’Onnezies, de Montignies-sur-Roc et du Pois du Roeulx. Orphelin de son père en 1433 à l’âge de 15 ans. Vassal du duc de Bourgogne par le comté de St-Pol. Elevé par son oncle Jean de Luxembourg, celui qui participa à la capture de Jeanne d’Arc en 1430. A la mort de Jean de Luxembourg en 1441, les biens hérités de ce dernier (Brienne, Ligny, Conversano et Guise) furent mis sous séquestre par le roi Charles VII de France, car Louis refusait de signer le traité d’Arras de 1435. I fit ses premières armes sous Philippe le Bon et Charles VII de France. Il se rapprocha ensuite de la France et put ainsi récupérer ses biens.

Le comte de Maine, Charles IV d’Anjou, lui contesta la propriété de Guise et lui intenta un procès. Un arrangement fut trouvé en 1444 avec le mariage de sa sœur Isabelle qui lui apporta Guise en dot (ainsi que Athis, Montignies, … qu’elle restitua à son frère en 1448). Louis devint proche du dauphin Louis (futur Louis XI) avec qui il participa au siège de Dieppe en 1443. Le dauphin l’arma chevalier. Louis de Luxembourg continua à guerroyer contre les Anglais pour les refouler hors de Normandie et de Flandre.

Simultanément, il apportait son soutien au duc Philippe de Bourgogne, comte de Flandre et de Hainaut. C’est ainsi qu’il aida ce dernier à mater les révoltés gantois. En 1456, le duc de Bourgogne fit saisir la seigneurie d’Enghien. Il fallut l’intervention du seigneur de Croÿ pour qu’il la récupère en 1461.

En 1465, il se ligua à des grands féodaux dans la « Ligue du Bien public » contre le roi Louis XI.  Il commanda l’avant-garde de Charles le Téméraire à la bataille de Montlhéry la même année. Mais Louis XI tenta de le ramener à lui en le nommant connétable du royaume en 1465 et en l’honorant du collier de l’Ordre de Saint-Michel en 1469.

Il épousa en secondes noces Marie de Savoie, sœur de la reine de France. C’est ainsi qu’il reçut les seigneuries de Guise et de Nouvion-en-Thiérache.

Il continua à jouer un rôle dans les intrigues de l’époque, entre Charles le Téméraire et Louis XI. En 1471, Le Téméraire fit saisir toutes les seigneuries qu’il possédait en Hainaut. Le Téméraire prévint même Louis XI de ce jeu double. Et les deux princes firent de Louis de Luxembourg leur ennemi commun. Il eut une conduite équivoque en 1475 lors de l’invasion de la France par le roi Edouard IV d’Angleterre qu’il incita à marcher sur la Picardie. A la suite de la conférence de Picquigny entre les rois de France et d’Angleterre, le 29 août 1475, Edouard IV, trompé par St-Pol, révéla à son homologue français la correspondance de son connétable. Louis XI tenta de l’arrêter. St-Pol se réfugia à Mons auprès du Téméraire qui décida de l’arrêter et de le livrer à Louis XI. On le jugea à Paris. D’autres princes étaient également impliqués. Condamné pour lèse-majesté, il fut exécuté le 19 décembre 1475 à Paris.

Ses biens furent confisqués et partagés entre le roi et le duc de Bourgogne. Marie de Bourgogne, fille du Téméraire, restitua une partie de ses biens à son fils Pierre II.

De son premier mariage en 1435 avec Jeanne de Bar (1415-1462), héritière, comtesse de Marle et de Soissons, vicomtesse de Meaux, dame d’Oisy, de Dunkerque, de Bourbourg, de Gravelines, il eut:

  • Jean ( ?-1476), comte de Marle et de Soissons, chevalier de la Toison d’Or. Mort à la bataille de Morat le 22 juin 1476.
  • Pierre, infra
  • Charles (1447-1509), archevêque de Laon
  • Antoine ( ?-1519), comte de Roucy, Brienne et Ligny, ép. Antoinette de Bauffremont
  • Jacqueline ( ?-1511), qui épousa en 1455 Philippe de Croÿ ( ?-1511), comte de Porcien
  • Hélène ( ?-1488), qui épousa en 1466 Jean de Savoie ( ?-1491)
  • Philippe, abbesse au Moncel

Il épousa en secondes noces en 1466 Marie de Savoie (1448-1475), fille de Louis de Savoie, sœur de la reine de France, dont il eut:

  • Louis ( ?-1505), duc d’Andria, comte de Ligny. Grand chambellan de France. Il épousa Eléonore de Guevarra. Pas d’enfants
  • Jeanne, religieuse à Gand
  • Charles

Pierre II de Luxembourg-St-Pol (v1440-1482, Enghien), fils du précédent. Comte de St-Pol, de Ligny, de Soissons et de Marle, de Brienne et de Conversano. Vicomte de Meaux. Seigneur de Roucy, Enghien, Athis, Aulnoy, Onnezies,… Châtelain de Lille. Il hérita, avec ses frères, des terres que Louis XI et Charles le Téméraire n’avaient pas confisquées. Puis sa fidélité aux Bourgogne lui permit de récupérer, sous Marie de Bourgogne, les biens confisqués. Chevalier de la Toison d’Or (1478), par l’archiduc Maximilien. Il épousa en 1464 Marguerite de Savoie, fille du duc de Savoie, dont il eut:

  • Trois garçons morts jeunes : Louis, Claude, Antoine
  • Marie de Luxembourg (v1467-1547). Comtesse de St-Pol, Marle et Soissons. Elle hérita en 1524 de sa sœur Françoise : Enghien et les seigneuries de la prévôté de Mons (Athis, Onnezies, …). Elle épousa en premières noces en 1483 Jacques de Savoie (1440-1486), son oncle, dont elle eut une fille. En secondes noces, en 1488, elle épousa François de Bourbon, comte de Vendôme (1470-1495), dont elle eut six enfants
  • Françoise de Luxembourg (v1468-1523). Comtesse de Marle. Dame héritière d’Enghien et des fiefs de la prévôté de Mons (Athis, Onnezies …). Elle épousa en 1495  Philippe de Clèves (1459-1527), duc de Clèves et comte de Ravenstein, vice-roi de Gènes pour le roi de France jusqu’en 1502. Il rentra ensuite à Enghien, où il rédigea de savants commentaires sur l’art de conduire les armées, livre qui fit partie de l’instruction de Charles Quint. Il repartit à Gènes en 1515 pour de nouveau assurer la vice-royauté. De retour, il résida à Enghien et à Wynendaele. Il siégea dans le conseil de Charles Quint et en reçut une pension. A la mort de son épouse en 1523, il dut abandonner le bénéfice des seigneuries de celle-ci. Il mourut à Wynendaele en 1527. Pas de postérité.

Fin de la branche des Luxembourg-Saint-Pol. Leurs biens allèrent aux Bourbon-Vendôme via Marie de Luxembourg et François de Bourbon-Vendôme.

 

Croÿ (famille de)

Origines et présentation de la famille

On trouve les premières traces de la Maison de Croÿ au XIIème en Picardie, dans le petit village de Crouy-Saint-Pierre dans la Somme, près d’Amiens. C’étaient alors de petits seigneurs locaux sans fortune ni influence. Il faut attendre la période bourguignonne pour les voir entrer dans la politique « internationale » (époque de la Guerre de Cent Ans où sont en conflits la France et l’Angleterre, mais où sont entraînés les principautés vassales, dont le duché de Bourgogne, les comtés de Flandre et de Hainaut. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, les membres de cette famille vont occuper des rangs élevés dans les Pays-Bas et en France.

Cette famille s’est divisée en plusieurs branches (principale, Chimay, Havré, Roeulx, …). La principale s’est éteinte au XVIème siècle. D’autres ont survécu jusqu’aujourd’hui, dont la branche de Croÿ-Solre. Les plus connues sont détaillées plus bas, dans le contexte de ce site consacré à la vallée de la Haine.

Les deux premiers personnages connus sont:

Pierre de Croÿ (-apr.1269), écuyer

Enguerrand de Croÿ (v.1270), seigneur de Clairy Saulchoix

C’est à partir du suivant que la dynastie se dessine plus clairement.

Branche principale (aînée)

Jacques I de Croÿ (?-?), seigneur de Croÿ

  • Ep.1 en 1287 Marguerite d’Airaines
  • Ep.2 Marguerite de Soissons, dame de Moreuil (fille de Bertrand V de Soissons, seigneur de Moreuil et Coeuvres

Jacques II de Croÿ « le Vieux », fils du précédent. Seigneur de Croÿ et d’Airaines. Il épousa en 1313 Marie de Picquigny (fille de Renaud de Picquigny, seigneur de Picquigny, vidame d’Amiens), dont il eut:

Guillaume de Croÿ ( ?-1384), seigneur de Croÿ, baron d’Airaines. Il fut au service des premiers rois Valois à la tête d’une compagnie de gens d’armes au début de la Guerre de Cent Ans (1350). Il épousa en 1345 ou 1354 Isabeau de Renty, dame de Renty, Séneghem et Sempy, dont il eut:

  • Jean I (infra)
  • Eléonore de Croÿ ( ?-1404) ép. Colibeaux de Boissu – sans postérité
  • Marie de Croÿ, ép. Mathieu de Fontenay – sans postérité

Jean Ier de Croÿ (v.1365-1415, Azincourt), fils du précédent. Il est considéré comme le fondateur réel de la Maison de Croÿ. Seigneur de Croÿ, de Seneghem. Baron d’Araines et de Renty (par sa mère). Châtelain d’Aires. Il entra au service des ducs de Bourgogne. C’est le début de l’ascension de cette famille vers les plus hautes charges politiques, militaires et diplomatiques. Conseiller et chambellan de Philippe le Hardi, puis de Jean sans Peur. Gouverneur d’Artois (1405), du Boulonnais, puis du Crotoy (1411). Il mena les armées bourguignonnes contre les Liégeois révoltés. Il fut nommé grand-bouteiller du roi Charles VI en 1412, après avoir pris part au siège de Bourges. L’année suivante, il fut capturé par Isabeau de Bavière et emprisonné au château de Montlhéry d’où il réussit à s’évader. En 1384, il avait épousé une riche héritière, Marie de Craon (1368/1370-1420) qui lui donna 17 enfants dont 7 moururent jeunes et parmi lesquels :

  • Jeanne de Croÿ, qui épousa successivement Jean I de Lannoy « le Ramageur », seigneur de Lannoy, mort en 1415 à Azincourt, puis Jean « Jacques » de Sombresse
  • Agnès de Croÿ (1386 ?), dame d’honneur d’Isabelle de Portugal, maîtresse de Jean sans Peur, avec qui elle eut Jean de Bourgogne, bâtard de Bourgogne, évêque de Cambrai, archevêque de Trèves
  • Antoine I de Croÿ (1385-1475), qui continua la branche aînée (infra)
  • Archambaud de Croÿ (1386 – 1415, Azincourt), ép. Jeanne de Preure. Sans postérité
  • Jean de Croÿ (1387 – 1415, Azincourt)
  • Jean II de Croÿ (1395-1473), comte de Chimay ==> Branche Croÿ-Chimay (voir plus loin) Il  hérita de Quiévrain et d’Ecaussines-Lalaing.
  • Jacqueline de Croÿ, dame de Bièvres, ép. 1420 Antoine de Rubempré, seigneur d’Anthies, chambellan du duc de Bourgogne, grand bailli du Hainaut. Postérité : Rubempré, Ongnies, Saluces, Ysebrant de Lendonck
  • Marie-Louise de Croÿ ép. Louis de Bournel
  • Jeanne « la jeune » ép. 1420 Jean IV de Beauvoir – sans postérité
  • Bâtards :
    • Victor, bâtard de Croÿ
    • Jean-Butor, bâtard de Croÿ, chevalier
    • Jacotin, bâtard de Renty, légitimé en 1404, écuyer de Louis d’Orléans dès 1409
    • Guyot, bâtard de Renty, légitimé en 1404

Il fut enterré à l’abbaye de St-Bertin à St-Omer.

Antoine Ier de Croÿ dit le Grand (v.1385/1390-1475), fils de Jean Ier. Seigneur de de Porcien (Aisne, près de Rethel) et de Guînes. Baron d’Airaines et de Seneghem. Seigneur de Croÿ, de Renty (près de St-Omer), de Beaurain, de Bar-sur-Aube et de Rozay. Seigneur du Roeulx (don du duc Philippe le Bon en 1433), de Condé-sur-l’Escaut (1438), de Montcornet (1446), de Beaumont (don de Philippe le Bon), de Fumay et de Revin (1453). Au service de Jean-Sans-Peur  (2ème duc de Bourgogne), il conduisit les armées franco-bourguignonnes contre les révoltés de Liège et les Anglais. Alors qu’il était en mission en la maison du duc de Berry pour Jean-sans-Peur, il fut impliqué dans l’assassinat de Louis Ier d’Orléans et fut mis à la question au château de Blois. Cet assassinat déclencha la guerre entre Armagnacs et Bourguignons. Il entra ensuite au service de Philippe le Bon (3ème duc de Bourgogne). Il fut son grand chambellan. Il se distingua à la bataille de Brouwershaven en 1426. En 1426 il acheta le château de Montcornet, le rebâtit et l’étendit. Il fut fait chevalier de la Toison d’Or en 1430 (par Philippe le Bon), lors de la fondation de l’Ordre. En 1431, son mariage avec Marguerite, fille d’Antoine de Vaudémont et de Marie d’Harcourt, lui apporta Aerschot et Bierbeke en dot. En 1433, à la suite de l’exécution de Gilles II de Mortagne pour trahison, les biens de ce dernier lui furent donnés par Philippe le Bon. Ses biens furent entre autres le château de Solre-sur-Sambre et le château de Potelle. En 1433, Antoine obtint de Philippe le Bon la partie comtale de la seigneurie de Chièvres. Quant à l’autre partie, il l’acheta à Charles I d’Orléans en 1440. En 1438, il acquit le château le Château-Porcien. Gouverneur du comté de Namur. Gouverneur du duché de Luxembourg. En 1454 il donna en mariage Joanne ou Jeanne, sa fille, à Louis Ier “Le Noir” de Bavière, membre de la dynastie de Wittelsbach-Deux-Ponts et se rapprocha ainsi du Saint-Empire romain germanique. En 1455 il fut fait comte du Porcien et de Guînes par Charles VII de France. Lors de la succession de Jeanne d’Harcourt, comtesse de Namur, contre sa sœur Marie, il prit une position qui le mit en défaut par rapport au duc Charles (le Téméraire). Avant de quitter la cour de Bourgogne, il fut premier chambellan de Philippe le Bon. Avec Charles le Téméraire (4ème duc de Bourgogne), Antoine fut accusé de complot et de prise de parti pour la France, contre son seigneur et s’enfuit en France. Là il assista au couronnement de Louis XI qui lui conservait son amitié depuis quelques années. Il devint parrain de Louis XII. Après son sacre, Louis XI le nomma grand maître de l’Hôtel de France en 1461. Toutefois, il fut remplacé, en 1465, par Charles de Melun. Sa réconciliation avec Charles le Téméraire ne se fit pas avant 1468,  moment où il recouvrit ses possessions bourguignonnes.

  1. Ep.  1410 Marie de Roubaix (1390-1430) , dame d’Aubencourt (fille de Jean de Roubaix)
  2. Ep.  1432 Margueritte de Lorraine-Vaudémont (1420-1477), dame d’Aerschot, d’Heverlee et de Bierbeke.

Ses enfants:

  • Marguerite « Marie » de Croÿ ép.1432 Hendrik IV, burggraaf de Monfoort
  • Jeanne (1435-1504), mariée en 1454 à Louis I de Bavière, 1424-1489, “Le Noir”, de la dynastie de Wittelsbach-Deux-Ponts;
  • Philippe I de Croÿ, 1435-1511, héritier des titres et possessions de son père. Infra
  • Jean III de Croÿ (1436-1505), qui hérita du Roeulx ==> branche des Croÿ-Roeulx (voir plus loin)
  • Marie, 1440-1489
  • Jacqueline (1445-1486), qui épousa en 1472 Jean de Ligne (1435-1491)
  • Isabeau (1450-1523, dame de Bar-sur-Aube et de Florennes – ép. Guyon d’Estouteville
  • Jeanne de Croÿ, religieuse, puis abbesse des Cordeliers à Paris
  • Mort jeune : Charles

Philippe Ier de Croÿ (1435 – 1511), fils aîné du précédent. Comte de Porcien. Seigneur de Croÿ, d’Airaines, de Renty, d’Aarschot, Senghem, Sempy,  Chièvres, Montcornet, Bierbeke, de Beaumont, Aerschot, … Gouverneur du Luxembourg et de Ligny. En 1471, il passa au service du roi de France  avec 600 chevaliers, puis repassa au parti de Bourgogne pour prêter main-forte à Charles le Téméraire. Il fut fait prisonnier à la bataille de Nancy, où le duc de Bourgogne trouva la mort (1477). Il se mit ensuite au service de Marie de Bourgogne dont il arrangea les fiançailles avec Maximilien, archiduc d’Autriche. Par la suite, l’empereur Maximilien lui confia les charges de gouverneur de Valenciennes, lieutenant-général de Liège, stadhouder de Hainaut (lieutenant-gouverneur). Philippe fit construire une église remarquable à Château-Porcien, où il fut inhumé en 1511.

Philippe Ier de Croÿ eut trois enfants de Jacqueline de Luxembourg, dame de Bar-sur-Aube (fille de Louis I, comte de Luxembourg, Ligny et Saint-Pol) :

  • Henri de Croÿ (1456-1514), infra
  • Antoine de Croÿ (1457-1496, Chypres, de retour de Terre Sainte, évêque de Thérouanne
  • Guillaume de Croÿ « de Chièvres »(1458-1521), qui hérita de Chièvres, infra

Henri de Croÿ (1456-1514), fils aîné du précédent. Comte de Porcien et de Seneghem. Seigneur de Croÿ, d’Airaines, de Renty, Montcornet, Bar-sur-Aube. Il épousa vers 1495 Charlotte de Chateaubriand († 1509) dont il eut

  • Philippe II de Croÿ (1496 † 1549), infra
  • Guillaume III de Croÿ (1498 † 1521), évêque de Cambrai, archevêque de Tolède et primat d’Espagne, cardinal
  • Charles de Croÿ (-1556). Comte, puis prince de Château-Porcien. Baron de Montcornet. Seigneur d’Hoogstraeten et d’Airaines. Il épousa Françoise d’Amboise, dame de Reynel. Pas de postérité.
  • Antoine III de Croÿ (1541-1567). Comte de Château-Porcien, érigé en principauté en 1561 par Charles IX. Seigneur, puis marquis de Reynel (1560). Calviniste. Il épousa Catherine de Clèves en 1560. Sans postérité.
  • Charles de Croÿ (1506-1564), évêque de Tournai (1524-1564)
  • Robert de Croÿ (1507-1556), évêque de Cambrai (1519-1556)Jacqueline de Croÿ ( ?-1550) ép. 1520 Antoine de Berghes
  • Charlotte de Croÿ, abbesse de Ghislenghien
  • Hélène de Croÿ, ép. Jacques III de Luxembourg, seigneur de Fiennes, comte de Gavre

Guillaume de Croÿ (1458-1521), frère cadet d’Henri de Croÿ. Seigneur de Rotselaer et de Tamise.  Seigneur d’Aerschot (héritage paternel) qui fut érigé en marquisat en 1519. Seigneur de Beaumont et de Chièvres (achat à son père en 1485). Beaumont fut érigé en comté par Charles le Quint en 1519. Duc de Sora et d’Archi (Naples). Baron de Rocca-Giulelma, Heverlee et Bierbeke. Il fut au service de Maximilien d’Autriche. En 1489, il fit partie des négociateurs qui tentèrent de convaincre le prince Philippe de Clèves de mettre un terme à sa rébellion contre Maximilien d’Autriche. Il fut fait chevalier de la Toison d’Or en 1491. Il se mit ensuite au service de Philippe le Beau, dès 1494. Il fut en 1501 ambassadeur de celui-ci pour le contrat de mariage du futur Charles Quint avec Claude de France, fille de Louis XII. Grand bailli de Hainaut (1497-1503). Stadhouder de Namur (1503). Il fit partie, à la mort du prince Philippe le Beau en 1506, du conseil de régence, en charge plus spécialement des finances et de l’armée des Pays-Bas. Maximilien le confirma à ce poste en 1510.

Il se mit enfin au service de Charles Quint, en remplaçant son cousin Charles de Croÿ-Chimay comme précepteur du jeune prince Charles. Poste qui allait assurer sa fortune, car dès son émancipation, Charles lui octroya le rang de conseiller et de grand chambellan. Après l’affaire Don Juan Manuel, en 1515, qui vit l’éviction de Marguerite d’Autriche au profit de Charles Quint, Guillaume de Chièvres devint une sorte de premier ministre. Guillaume de Croÿ fut nommé Amiral du Royaume de Naples et grand amiral des provinces (en 1516), et enfin Grand Trésorier d’Espagne (contador mayor) (1517). Charles-Quint l’investit en 1516 des fiefs de Sora, d’Arce et de Rocca Guglielma, dans le royaume de Naples, qu’il venait d’hériter de son grand-père Ferdinand d’Aragon. Guillaume profitait de la situation pour se faire attribuer des charges et des bénéfices pour lui ou sa famille. Son neveu Guillaume, déjà évêque de Cambrai et cardinal, obtint ainsi à vingt ans à peine, le très lucratif archevêque de Tolède. Son avidité provoqua la colère des Castillans qui n’entendaient pas voir ainsi la richesse du pays profiter à des étrangers. Guillaume de Croÿ poussa Charles, devenu roi d’Espagne, à briguer la couronne impériale au décès de Maximilien d’Autriche, ce qui fut fait encore avec de l’argent castillan. Croÿ prit part à la diète de Worms (1521) où il fut en butte aux violences de Martin Luther et de ses partisans, et où il mourut empoisonné, le 28 mai 1521 peu de temps après son neveu homonyme.

Guillaume de Croÿ avait épousé Marie-Madeleine de Hamal, la veuve d’Adolphe de La Marck, fils de Jean d’Arenberg, comte de La Marck. Il n’eut pas de postérité. Ses biens revinrent à son neveu Philippe II de Croÿ.

Philippe II de Croÿ (1496-1549, Bruxelles), fils aîné d’Henri et neveu de Guillaume. Seigneur de Croÿ. Comte de Porcien (1514), à la mort de son père. Comte de Beaumont. Il hérita des titres de son oncle Guillaume en 1521, notamment les possessions napolitaines (Sora, Archi) et Chièvres. Heverlee fut érigée en baronnie (1518). Aarschot fut érigée en marquisat en 1518, puis en duché en 1533, par Charles Quint. Renty fut érigé en marquisat en 1532 par Charles Quint. Par mariage, il devint entre autres: prince de Chimay, S. de Quiévrain, (et de sa dépendance d‘Elesmes) d’Avesnes et de Landrecies (ce dernier village fut échangé – infra). Par échange avec la duchesse de Longueville, il acquit en 1518 Havré qu’il donna à son fils Charles-Philippe, à la racine de la branche Croÿ-Havré. Le 16 décembre 1545, Charles Quint lui accorda les terres et seigneuries de Quevaucamps, Grandglise, Fegnies, Wadelincourt, démembrées de la seigneurie de Blaton, pour être tenues en un seul fief à relever du comte de Hainaut, en échange de la ville et de la terre de Landrecies. Au service de Charles Quint, il fut encore général, grand bailli du Hainaut, gouverneur de Hainaut, Grand d’Espagne. Il fut fait chevalier de la Toison d’Or en 1516.

  1. Ep. 1520 Anne de Croÿ, sa cousine, princesse de Chimay, dame d’Avesnes, de Landrecies, de St-Venant et de Lillers (fille de Charles de Croÿ, prince de Chimay et de Louise d’Albret)
  2. Ep.  Jeanne d’Humières
  3. Ep. 1548, il épouse Anne de Lorraine, fille d’Antoine II, duc de Lorraine, veuve de René de Nassau, Prince d’Orange.

Les enfants de son premier mariage sont:

  • Charles II de Croÿ (1522-1551)
  • Louise (1524, Valenciennes – morte après 1585), qui épousa successivement Maximilien de Bourgogne, puis Jean de Bourgogne, seigneur de Froidmont. Pas de postérité.
  • Philippe III de Croÿ (1526-1595)
  • Guillaume de Croÿ (1527, Binche-1565, Renty).  2e Marquis de Renty. Vicomte de Bourbourg et de Gravelines. Seigneur de Chièvres, Meulant, Neufmaisons. Chevalier de la Toison d’or. Il épousa en 1555 Anna van Renesse, dont il eut:
    • Anne de Croÿ ( ?-1608), marquise de Renty, dame de Chièvres, vicomtesse de Bourbourg. Elle épousa successivement Emmanuel de Lalaing (1557-1590), seigneur de Montigny, puis Philippe de Croÿ ( ?-1612), comte de Solre, seigneur de Molembaix
  • Antoine de Croÿ (1530- 1530)
  • Louis (1533- 1533)

De son second mariage, il eut Charles-Philippe de Croÿ (1549-1613) (* 1549, † 1613) ==> Branche Croÿ-Havré

Charles de Croÿ  (1522, Quiévrain-1551, Quiévrain), fils de Philippe II de Croÿ. Par héritage de son père en 1549 : Prince de Chimay et du St Empire. Duc d’Aerschot. Comte de Beaumont. Seigneur de Croÿ, de Quevaucamps, Grandglise, Wadelincourt, Feignies, …Baron de Quiévrain (et d’Elesmes), Avesnes et autres lieux. Il épousa en premières noces Louise de Lorraine et en secondes noces, Antoinette de Bourgogne. Il mourut à Quiévrain, blessé mortellement par un traître, le 24 juin 1551. Il n’avait pas d’enfant. Son frère cadet Philippe III lui succéda.

Philippe III de Croÿ (1526, Valenciennes – 1595, Venise), fils cadet de Philippe II, frère du précédent. Il hérita des titres de la famille à la mort de son frère en 1551. Prince de Chimay. Marquis d’Aarschot. Duc de Sora et Ara. Comte de Beaumont et de Porcien. Seigneur de Croÿ, Seneghem, Quiévrain (et d’Elesmes), Avesnes, Quevaucamps, Grandglise et autres lieux. Au service de Philippe II d’Espagne : Gouverneur général des Flandres. Il fut fait chevalier de la Toison d’Or en 1555. Diplomate. Ambassadeur d’Espagne à la diète de Francfort en 1562. Gouverneur de la citadelle d’Anvers en 1577. Conseiller d’Etat en 1592 et capitaine d’une compagnie.

Il resta aux côtés des Espagnols durant les guerres religieuses et remplaça même le duc d’Albe durant son absence. En 1563, il s’opposa à Guillaume d’Orange et aux autres princes réformistes des Etats Généraux des Pays-Bas qui demandaient le départ du cardinal de Granville. Cette prise de position, ainsi que sa dévotion à la papauté, qui s’exprima notamment lors du massacre de la Saint-Barthélemy, accrurent sa faveur auprès de Philippe II malgré l’accueil mitigé qu’il réserva en 1576 à Don Juan d’Autriche. Malgré la défiance de la population, il fut nommé gouverneur militaire de la place d’Anvers au repli du corps expéditionnaire espagnol en 1577.
Opposé au gouverneur général Don Juan, jaloux de la popularité de Guillaume d’Orange, il prit la tête des partisans de l’archiduc Matthias et fut bientôt élu gouverneur général des Flandres par les États généraux des Pays-Bas. Mais une faction puissante de bourgeois Gantois le détestait et se saisit de lui au cours d’une émeute ; il ne fut libéré qu’après avoir démissionné de son poste de gouverneur. Une fois libre, Philippe de Croÿ chercha à rentrer en faveur auprès de Philippe II. Il obtint effectivement son pardon en 1580 et fut nommé vice-gouverneur des Pays-Bas. Mais lorsque le comte de Fuentes fut nommé gouverneur général en 1594, il préféra se retirer à Venise.

Philippe III épousa

  1. en 1558 Jeanne Henriette d’Halewijn(1544-1581), dame d’Halluin et de Comines, vicomtesse de Nieuwpoort
  2. Jeanne de Blois-Trélon

Elles lui donnèrent les enfants suivants :

  • Charles II ou III de Croÿ, duc d’Aerschot(1560-1612)
  • Anne(1564, Beaumont -1635, Enghien) qui hérite de son frère Charles. Duchesse d’Aerschot et de Croÿ. Princesse de Chimay. Comtesse de Beaumont. Dame d’Avesnes et d’Elesmes. Elle épousa en 1587 Charles de Ligne, prince d’Arenberg (1550-1616) ==>  Ligne-Arenberg
  • Marguerite de Croÿ (1568-1614), Dame d’Halewyn et de Comines, qui épousa Pierre II de Hénin-Liétard,comte de Boussu (mort en 1598) puis le comte Wratislaw von Fürstenberg

Charles III de Croÿ (1560, Beaumont – 1612, Beaumont), fils de Philippe III, mort en 1595. Prince de Chimay, en apanage dès 1580. Seigneur d’Halluin et de Comines (à la mort de sa mère en 1581). Il céda le duché d’Aerschot à Charles-Philippe de Croÿ-Havré. Puis en 1595, par héritage de son père : Principauté de Château-Porcien. Duc d’Aarschot. Comte de Beaumont, de Seninghem. Vicomte de Nieuport. Seigneur de Croÿ, puis duc de Croÿ. Seigneur d’Avesnes, Lillers, Quiévrain, Elesmes, Quevaucamps, Grandglise, Esclaibes, Halewijn, Comines, des Terres de Fumay, de Revin, …

Il se mit au service des rois d’Espagne Philippe II et Philippe III, dont il fut grand bailli du Hainaut en 1593, général d’Empire, diplomate. Il négocia la paix de Vervins avec Henri IV. Il fut fait chevalier de la Toison d’Or.

Il régna sur ce vaste domaine comme un prince sur les siens, les administrant via un conseil et une chambre des comptes. Désormais il était devenu le plus puissant seigneur des Pays-Bas. Il participa à de nombreuses expéditions militaires et assuma plusieurs fonctions importantes au service du roi d’Espagne puis des archiducs Albert et Isabelle. Cette fidélité retrouvée lui vaudra d’être reçu chevalier de la Toison d’Or en 1599. Soucieux de se faire un allié de ce puissant seigneur bien implanté en Picardie, Henri IV érigea par ailleurs la seigneurie de Croÿ en duché en 1598. Il est aujourd’hui surtout connu par les albums de Croÿ, dispersés à travers le monde, mais dont les gouaches, représentant les villes et propriétés ducales de l’époque, offrent une source unique d’information sur les paysages et l’architecture de la Renaissance.

En 1580, il épousa Marie de Brimeu (1550 † 1605), veuve de Lancelot de Berlaymont. À l’occasion de ce mariage, il reçut la Principauté de Chimay en apanage.  Sa femme, calviniste convaincue, exerça une influence décisive sur son second mari ; elle lui fit abandonner la foi catholique et abandonner son soutien au roi d’Espagne. À partir de 1584, il entama un long retour dans le giron de l’autorité catholique et royale. Il commença par se séparer de sa femme. Il administrera cependant ses biens jusqu’en 1599. Peu après, il abjura sa conversion au calvinisme et revint à la foi catholique de sa jeunesse. En décembre 1605, Marie de Brimeu mourut.

Il se remaria avec Dorothée de Croÿ-Havré en 1605 (fille de Charles-Philippe). Il quitta les affaires publiques et passa ses dernières années à la gestion de ses domaines, à l’écriture de ses mémoires et à l’accroissement de ses collections. Ce mariage resta stérile. Charles III prépara donc sa succession à partir de 1610 en ordonnant le partage de ses biens.

  • Le duché d’Aerschot, avec ses trois baronnies, devait revenir à son oncle, Charles-Philippe de Croÿ, marquis de Havré et ainé des Croÿ après lui-même.
  • Les seigneuries françaises de Croÿ, Château-Porcien, Montcornet et Orchies revinrent à Charles-Alexandre de Croÿ, fils du marquis.
  • Chimay, Avesnes, Quiévrain, Beaumont et plusieurs autres furent destinées à Alexandre d’Arenberg, fils cadet de sa sœur et du prince et comte Charles d’Arenberg, à condition qu’il portât le nom et les armes de Croÿ.
  • Sa femme Dorothée de Croÿ, enfin, conserverait la jouissance viagère de l’ensemble des biens mobiliers et des collections du duc, avec l’obligation cependant de les léguer à Alexandre d’Arenberg à sa mort.

Il mourut à l’âge de 52 ans, en 1612, sans descendance légitime. Sa veuve lui survivra encore cinquante ans. Il laissa une immense fortune mais aussi d’immenses dettes. Contrairement à ce que stipulait son testament, l’essentiel de ses biens revint à la famille d’Arenberg. Seules les seigneuries françaises passèrent effectivement aux Croÿ-Havré.

Maison De Croÿ-Chimay

Lignée cadette créée par Jean II de Croÿ, fils de Jean Ier et frère d’Antoine « le Grand » (supra)

Jean II de Croÿ « à la Housette » (1380/1395 – 1473, Valenciennes). Seigneur, puis comte de Chimay (1468, par Charles le Téméraire). Seigneur  de Tours-sur-Marne, de Quiévrain , d’Ecaussines, d’Elesmes (fief de Quiévrain) par mariage. Il acheta la seigneurie de Gommegnies à Aimé “Mansart” d’Esne. Seigneur de Wargnies-le-Petit. Au service des ducs de Bourgogne (Philippe le Bon). Chambellan et ami du duc Philippe le Bon, dont il reçut 4000 écus et la terre d’Estinnes, en 1430, pour son mariage. Il eut l’honneur en 1433 de tenir le futur Charles le Téméraire lors de son baptême. Chevalier de la Toison d’Or, lors de la fondation de l’Ordre en 1430. Diplomate. Gouverneur du comté de Namur (1429). Grand bailli et capitaine général du Hainaut (1434-1456). Il conduisit les troupes bourguignonnes au secours du roi de France Charles VII en 1436. Il soumit Amiens à l’autorité bourguignonne. Il tenta de reprendre Calais aux Anglais en en faisant le siège. Gouverneur du Luxembourg en 1443. Pendant la révolte de Gand, il libéra la garnison d’Audenarde assiégée par les Gantois. En 1453, il défit Guillaume de Brunswick près de Thionville et assura ainsi la mainmise ce Philippe le Bon sur le duché de Luxembourg. Ambassadeur des Bourguignons auprès du roi de France en 1456 et 1460. Lors de l’exil du dauphin Louis, futur Louis XI, en Brabant de 1457 à 1461, ce conseiller du duc de Bourgogne devint un de meilleurs amis du dauphin.  Notamment, avec le duc Philippe le Bon, il accepta le 5 août 1459  d’être le parrain du premier enfant de Louis, Joachim de France né le 15 juillet. Il fit bâtir un hôpital à Chimay. Aussi, lorsque Charles le Téméraire devint duc de Bourgogne, fut-il contraint à l’exil à cause de ses positions pro-françaises, ainsi que son frère Antoine et son fils Philippe. Le retour en grâce eut lieu en 1473 lorsque la seigneurie de Chimay fut élevée en comté. Il décéda la même année et fut enterré avec sa femme dans la chapelle Sainte-Barbe de la collégiale de Chimay.

Jean épousa en 1428 Marie de Lalaing, dame de Quiévrain et d’Ecaussines, qui lui donna 5 enfants ;

  • Jacques de Croÿ (1436-1516). En 1482, il brigua l’évêché de Liège, qui fut finalement attribué à Jean de Hornes. Evêque de Cambrai (1503-1516). En 1510, Maximilien érigea Cambrai en duché. Jacques de Croÿ devient duc-évêque.
  • Philippe Ierde Croÿ  (1436-1482, Bruges), infra
  • Michel de Croÿ « à la Longue Barbe » ( ?-1516).  Seigneur de Sempy. Chevalier de la Toison d’Or. Il épousa Isabelle van Rotselaer, dame de Perwez et Duffel. Ils eurent:
    • Michel de Croÿ, bâtard de Sempy, qui épousa Marie van Halle, dont il eut:
      • Charles de Croÿ ( ?-1555), ép. Madeleine de Meldert – sans postérité
      • Jean de Croÿ
      • Jacques de Croÿ
      • Guillaume de Croÿ ( ?-avt1555) qui épousa  Gertrude van Halle, dont il eut:
        • Michel de Croÿ ( ?-apr.1615)
        • Guillaume de Croÿ
  • Olivier de Croÿ, chevalier de Rhodes
  • Jacqueline de Croÿ, épouse en 1463 Jean de Nesle
  • Isabeau de Croÿ, ép. 1463 Philippe de Wavrin – sans postérité
  • Jeanne de Croÿ, abbesse des Cordeliers à Paris
  • Catherine de Croÿ, épouse d’Adrien de Brimeu – sans postérité

Philippe Ier de Croÿ-Chimay (1436-1482, Bruges). Comte de Chimay. Seigneur de Quiévrain, (et de sa dépendance d’Elesmes), de Gommegnies, Sempy, de Tour-sur-Marne et d’Ecaussines. Au service de Philippe le Bon, puis de Charles le Téméraire : Membre de la cour de Bourgogne – conseiller et chambellan. Grand bailli de Hainaut (1456). Gouverneur des villes et châteaux du Quesnoy et de Bouchain. Gouverneur de Hollande. Chevalier de la Toison d’Or (1473). Il fut fait prisonnier à la bataille de Nancy, le 5 janvier 1477, où son suzerain Charles le Téméraire mourut en voulant donner l’assaut à cette cité du duc de Lorraine, aidé par les Suisses. En 1478, il tint sur les fonts baptismaux le fils de l’archiduc Maximilien d’Autriche qui lui donna son nom, le futur Philippe le Beau, père de Charles Quint. Il épousa Walpurge, fille de Vincent comte van Mors/Meurs, dont il eut:

  • Charles I de Croÿ-Chimay (1455-1527), infra
  • Jean de Croÿ (1460-1546), seigneur de Tours-sur-Marne, ép. Adrienne van Stavele, vicomtesse de Furnes
  • Antoine de Croÿ-Chimay, seigneur de Sempy, gouverneur du Quesnoy. Il épousa Louise de Luxembourg (infra) ==>  Branche de Croÿ-Solre (infra)
  • Françoise, ép. Antoine de Luxembourg, Comte de Charny (+ 1519)
  • Catherine, ép. Robert II de la Marck(+ 1536), seigneur de Sedan
  • Marguerite, ép. vers 1501 Jakob, Comte de Hornes(+ 1531)

Charles Ier de Croÿ-Chimay (1455-1527, Beaumont), fils de Philippe I de Croÿ-Chimay. Comte de Chimay, puis prince de Chimay (1486) par Maximilien Ier. Seigneur de Wavrin, Lillers et Saint-Venant, Quiévrain (et de sa dépendance d’Elesmes), de Gommegnies et Ecaussines. Par mariage, seigneur d’Avesnes et de Landrecies. Seigneur de Bry, il vend cette seigneurie en 1484 à Gilles de Ruelin, seigneur d’Eth. Il vendit également en 1506 Gommegnies à Claude Bonnard. Pair de Hainaut. Chevalier de la Toison d’Or en 1491. Parrain en 1500, tuteur et gouverneur du futur Charles-Quint. En 1515, il fut choisi pour conduire à Vienne la princesse Marie (future Marie de Hongrie), sœur de Charles Quint, pour y épouser Louis, fils du roi Ladislas de Hongrie et Bohême. Chambellan de Charles Quint. Il épousa en 1495 Louise d’Albret, vicomtesse de Limoges, dame d’Avesnes et dame de Landrecies, fille d’Alain d’Albret et donc sœur du roi  de Navarre. Il mourut à Beaumont le 2 septembre 1527 et fut enterré en l’église de Chimay dans un superbe mausolée détruit par l’armée française d’Henri II en 1552. Il fut reconstruit plus tard. Un splendide gisant en albâtre représente Charles Ier de Croy-Chimay. Il se trouve en la collégiale des Saints Pierre et Paul, à Chimay. Louise mourut au château d’Avesnes le 12 sept 1535 et enterrée dans l’église d’Avesnes. Ils eurent huit enfants :

  • Charles (1496-1496)
  • Françoise née le 07/11/1498.
  • Philippe (1500-1503)
  • Anne (1501-1539), héritière,  princesse de Chimay, dame d’Avesnes, Landrecies, d‘Elesmes Saint Venant et Lillers. Epousa en 1520 son cousin Philippe II de Croÿ (1496-1549), duc d’Aarschot et marquis de Renty (lignée principale)  ==> retour à la branche principale
  • Engilbert (1503-1503)
  • Isabeau née le 18/07/1504.
  • Jean (1505-1505)
  • Marguerite de Croy (1508-1549), dame de Wavrin, d’Escaussines, de Marpont et de Berbières, épousa Charles de Lalaing, baron d’Escornaix

Maison de Croÿ-Havré

Elle fut fondée par Charles-Philippe de Croÿ,. Voir plus haut.

Charles-Philippe de Croÿ  (1549-1613), fils de Philippe II de Croÿ et de Jeanne d’Humières. Seigneur d’Havré, puis marquis de Havré en 1574. Chevalier de la Toison d’Or. Prince du Saint-Empire. Ambassadeur de la Diète de Ratisbonne. Il épousa en 1580 Diane de Dommartin, marquise d’Havré, baronne de Dommartin, comtesse de Fontenoy-le-Château, de Bayon, d’Hardemont et d’Oginvillier (1552-1625). En 1610, il recueillit une partie de l’héritage de son neveu, Charles III de Croÿ : le duché d’Aerschot et ses trois baronnies. Il eut:

  • Charles-Alexandre de Croÿ, infra
  • Jean-Guillaume de Croÿ (1582-1582)
  • Ernest de Croÿ-Aerschot (1583-1620). Il fut fait duc de Croÿ par le roi Henri IV de France. Puis il se mit au service de l’empereur Ferdinand II. Il épousa Anne de Poméranie (fille du duc Bogislaw XIII de Poméranie). Il mourut devant Oppenheim assiégée en 1620. Ils eurent Ernest-Bogislaw (ou Bogusław) de Croÿ (1620, Fénétrange – 1684, Königsberg). Neveu de Boguslaw XIV de Poméranie, dernier duc de Poméranie. Comte de Fontenoy. Recteur de l’université de Greifswald (1634-35). Evêque protestant de Cammin (rattaché au Brandebourg par le traité de Westphalie en 1648), poste qu’il abandonna contre une forte indemnité et la tutelle des biens viagers de sa mère en Poméranie. Gouverneur de Poméranie occidentale (1665-1670)  et de Prusse (1670-) pour le margrave de Brandebourg. Pas de mariage. Un bâtard.
  • Louis de Croÿ
  • Charlotte de Croÿ
  • Dorothée de Croÿ ( ?-1661), ép. 1605 Charles II de Croÿ, duc de Croÿ et d’Aerschot
  • Chrétienne de Croÿ ( ?-1764) ép. 1616 Philippe-Othon de Salm

Charles-Alexandre de Croÿ  (1581-1624), fils du précédent. En 1610, il reçut une partie de l’héritage de son cousin Charles III (par le partage de la branche aînée qui se terminait) : les seigneuries françaises de Croÿ, Château-Porcien, Montcornet et Orchies. Il hérita de son père en 1614 Havré et quelques autres seigneuries. Il fut donc duc de Croÿ (2ème), puis Prince de Croÿ et du St Empire. Marquis d’Havré (1613, par son père). Comte de Fontenoy. Vicomte d’Havrache. Châtelain héréditaire de Mons. Seigneur d’Arçay, Inverback, Blécourt, … Seigneur de Blaregnies, par mariage. Prince et maréchal héréditaire du St Empire. Grand d’Espagne. Membre du conseil de guerre du roi d’Espagne et conseiller d’Etat du roi Philippe III. Surintendant des Finances. Chevalier de la Toison d’Or. Maréchal héréditaire du St-Empire.

  1. Ep. 1599/1610 Yolande de Ligne, dame de Blaregnies, dont il eut Marie-Claire de Croÿ (1605-1664), infra
  2. Ep. 1617 Geneviève d’Urfé
  • Ferdinand-Philippe, mort jeune

Marie-Claire de Croÿ (1605-1664), fille héritière du précédent. Princesse du Saint-Empire. Marquise puis duchesse d’Havré. Comtesse de Fontenoy. Dame de Biévène, Araine, Everbecq, Thy-le-Château, Blaregnies, …

Elle épousa en premières noces en 1627  Charles-Philippe de Croÿ, fils de Philippe Eugène de Croÿ (1562-1612) et d’Anne de Croÿ (en secondes noces). Marquis de Renty, Porcien et Guines ( ?-1640). Duc d’Havré (1627 – Havré est érigé en duché par le roi Philippe IV d’Espagne). Comte de Solre. Vicomte de Bourbourg. Seigneur de Courcelles, de Chièvres, de Rumenghien, d’Eperlecques.  Seigneur de Baudour par achat en 1629 à Henri van Etten. Il revendit Blaregnies à Philippe François de Franeau-Hyon. Grand d’Espagne. Chevalier de l’Ordre de St Jacques. Gentilhomme de la Chambre du roi d’Espagne. Premier chef des domaines et finances du roi d’Espagne. Gouverneur de Tournai

Leurs enfants :

  • Philippe Eugène de Croÿ ( ?-1665). Marquis de Renty. Carme à Valenciennes, puis évêque de Gand. Seigneur de Baudour et autres lieux. Pas de descendance. Il vendit Hal, Braine-le-Comte et Baudour au duc Philippe-François d’Arenberg en 1652.
  • Marie Ferdinande de Croÿ, ép. Philippe Louis d’Egmont

Marie-Claire de Croÿ épousa en secondes noces Philippe-François de Croÿ, vicomte de Langle, seigneur de Tourcoing (oncle du premier mari). Dont ils eurent:

  • Ferdinand François Joseph (1644-1694), infra
  • Léopoldine Wilhelmine (1647-1655)

Ferdinand-Joseph de Croÿ (1644-1694, Bruxelles). Duc d’Havré et de Croÿ. Prince et maréchal du St-Empire. Comte de Fontenoy. Grand d’Espagne. Colonel d’un régiment wallon. Chevalier de la Toison d’Or. Il épousa Marie-Thérèse-Joséphine de Halluyn, duchesse douairière d’Havré et de Croÿ, dont il eut:

  • Marie-Thérèse (1672- ?), ép. Arias Gonzales d’Avila
  • Marie Ernestine Josèphe, (1673-1714), ép. Philipp von Hessen Darstadt
  • Marie Claire Josèphe (1679- ?)
  • Marie Madeleine Josèphe (1681), ép. Pascal Gaetano d’Aragon
  • Marie Elisabeth Josèphe (1682- ?)
  • Charles Antoine Joseph (1683-1710), infra
  • Jean-Baptiste Joseph (1686-1727), infra
  • Ferdinand Joseph François (1688- ?)

Charles-Antoine-Joseph de Croÿ (1683-1710, Saragosse), fils du précédent. Seigneur de Tourcoing. Duc de Croÿ (4ème), depuis 1694 (mort de son père). Duc d’Havré. Chevalier de la Toison d’Or. Grand d’Espagne (par le prétendant Charles III). Il guerroya dans la guerre de Succession d’Espagne, contre Philippe V. Premier colonel du régiment des Grades royales d’infanterie wallonne de l’empereur Lépolod Ier du St Empire (1703). Il succomba à la bataille de Saragosse en 1710. Non marié. Pas de postérité.

Jean-Baptiste-François-Joseph de Croÿ, (1686-1737), fils de Ferdinand-Joseph et frère du précédent, dont il hérita les titres et les biens. Marquis de Wailly. Duc d’Havré (5ème). Prince et maréchal du St Empire. Comte de Fontenoy. Vicomte de Langle. Grand d’Espagne. Il épousa Maria Anna Lante Montefeltro della Rovere, dont il eut:

  • Louis Joseph Ferdinand (1713-1761), infra
  • Marie Anne (1717- ?)
  • Ernest (1718-1726)
  • Jean-Just-Ferdinand-Joseph de Croÿ (1716, Bruxelles – 1790, Cordoue). Prince de Croÿ. Militaire au service du roi de France Louis XV. Colonel du régiment de Berry cavalerie (1738). Brigadier de cavalerie (1742). Passa ensuite au service du roi d’Espagne, allié de la France. Comte de Priego, par mariage avec Marie-Bethléem-Ferdinande Lanti de la Rovere. Grand d’Espagne. Aide de camp de l’infant Philippe. Maréchal de camp. Lieutenant général (1755). Gentilhomme de la chambre de Charles III. Colonel des gardes wallonnes (1755). Chevalier de la Toison d’Or (1767). Il mourut sans postérité en 1790

Louis-Ferdinand de Croÿ (1713-1761), fils de Jean-Baptiste de Croÿ. Duc d’Havré (6ème). Prince du St Empire. Gouverneur de Sélestat. Lieutenant général des armées du roi. Mort à la bataille de Villinhausen en 1761. Il épousa Marie-Louise-Cunégonde de Montmorency-Luxembourg (1716 ?-1764), dont il eut:

  • Joseph Anne Maximilien de Croÿ (1744, Paris – 1839, Havré) – même mère ?
  • Marie-Anne-Christine-Joséphine, princesse de Croÿ (1737 -1788), chanoinesse de Remiremont – ép. Gabriel François, comte de Rougé
  • Emmanuelle-Louise-Gabrielle-Josèphe, princesse de Croÿ (1738-Paris, 1796), religieuse
  • Marie-Charlotte-Joséphine-Sabine, princesse de Croÿ (1740-1776), chanoinesse à Maubeuge, ép. le marquis de Vérac
  • Eléonore Frédérique (18 juin 1746 – 27 juillet 1746) ;
  • Louise Elisabeth (1749-1764), ép. le marquis de Souches
  • Anne Louis François Ferdinand Joseph (16 novembre 1751 – 25 novembre 1751).

Joseph Anne Maximilien de Croÿ (1744, Paris – 1839, Havré), fils de Louis-Ferdinand. Duc d’Havré (7ème). Prince du St Empire. Grand d’Espagne. Seigneur de Tourcoing. Châtelain héréditaire de Mons. Aide de camp de son père dès l’âge de 16 ans lorsque celui-ci fut tué à la bataille de Filinghausen en 1761. Colonel à 20 ans. Colonel du régiment de Flandre (1767). Brigadier des armées du roi (1780). Maréchal-de-camp (1784). Chevalier de la Toison d’Or (1790) par Charles IV d’Espagne. Député de la noblesse aux Etats Généraux (1789) par le baillage d’Amiens et de Ham. Il fit partie de la minorité hostile à toute réforme, protesta contre la réunion des trois ordres et contre la déclaration des droits. Il émigra en 1791 en Allemagne, puis en Espagne.Il fut chargé par Louis XVI d’une mission diplomatique à la cour de Madrid. Il y resta comme représentant de Louis XVIII qui le chargea de plusieurs missions. Il accompagna le roi lors de son retour en France en 1814. Il devint capitaine des gardes du corps du Roi, pair de France, lieutenant-général. En 1830, il refusa le serment au gouvernement de Louis-Philippe. Il se retira en Belgique où il mourut en 1839. Il avait épousé en 1792 sa cousine Adélaïde-Louise-Françoise-Gabrielle (1741-1822), fille d’Emmanuel de Croÿ-Solre. De ce mariage sont issus :

  • Adélaïde-Marie-Louise-Justine-Joséphine, princesse de Croÿ (1768-1846), ép. son cousin germain Emmanuel Maximilien de Croÿ-Solre (1768-1848)
  • Amélie Gabrielle Josephine, princesse de Croÿ (1774-1847), ép. le marquis d’Armentières
  • Pauline Aimée Louise Joséphine, princesse de Croÿ (1776-1849)
  • Ernest Emmanuel Joseph, prince de Croÿ, marquis d’Havré, titré duc Ernest de Croÿ

Lignée de Croÿ-Le Roeulx

Fondée par Jean III, fils cadet d’Antoine le « Grand » qui avait acheté la seigneurie du Roeulx et dont il investit son fils (supra – lignée principale)

Jean III de Croÿ (1436-1505), fils d’Antoine le Grand. Seigneur du Roeulx, de Crésèques (par mariage). Baron de Wesemmel. Il épousa en 1489 Jeanne, dame de Crésecque et Clarque (fille de Jean IV de Crésecques), dont il eut:

  • Ferri de Croÿ, infra)
  • Jean IV de Croÿ (- ?1524). Seigneur de Crésèques, Clarque, Rebecque et Wich. Il épousa en 1509 Eléonore de Thiennes, dame  de Lombise et Rebecque ==> Branche de Crésècques (voir infra)
  • Yolande de Croÿ, ép. Claude I de Baudoche – sans postérité

Ferry de Croÿ (v.1470-1524), fils de Jean III. Seigneur du Roeulx, de Beaurain, de Long, de Longpré, et Hangest-sur-Somme. Chevalier de la Toison d’Or. Chambellan de Maximilien Ier, puis maître d’hôtel de Charles-Quint. Gouverneur d’Artois. Il épousa Lamberte de Brimeu (1474-1556), dont il eut:

  • Adrien de Croÿ (v.1500-1553), infra
  • Ferri de Croÿ, seigneur de Fromessent
  • Eustache de Croÿ (1503/1505-1538). Prévôt d’Aire-sur-la-Lys, sur décision de Charles V. Prévôt de St-Omer (1521). Chanoine de Cambrai. Evêque d’Arras (1523). Sous son ministère, les idées de Luther pénétrèrent à Arras et à Douai, colportées par des marchands. Elles firent des adeptes parmi les clercs, les milieux aisés et cultivés, mais aussi dans le petit peuple des artisans et des ouvriers. Le tombeau d’Eustache de Croÿ, dans la cathédrale de St-Omer, commandé par sa mère, est l’œuvre de Jacques du Broeucq.
  • Marie de Croÿ ( ?-1546), dame de Longpré, ép. 1529 Adrien de Boulainvilliers, vicomte de Dreux – sans postérité

Adrien de Croÿ (v.1500-1553), fils du précédent. Seigneur de Beauraing et Hangest-sur-Somme. Seigneur (1524), puis comte du Roeulx (érection par Charles Quint en 1531) dont il restaura le château, qui subit un incendie en 1552. Chevalier de la Toison d’Or (1519, de Charles Quint).  Chambellan et premier maître d’hôtel de Charles Quint. Gouverneur des châtellenies de Lille, Douai et Orchies (à partir de 1530). Il fut chargé par Charles Quint de mater la rébellion gantoise et reçut l’ordre de raser l’abbaye St-Bavon pour y construire une citadelle (1539). Gouverneur de Flandre et d’Artois (1546). Il épousa en 1531 Claude de Melun (v.1474-1556), fille de François de Melun, comte d’Epinoy, baron d’Antoing

  • Jean IV de Croÿ ( ?-1581), infra
  • Eustache de Croÿ ( ?-1585), infra
  • Gérard de Croÿ ( ?-1607), infra
  • Lambertine de Croÿ ( ?-1601)
  1. Ep. 1555 Antoine de Croÿ, seigneur de Fontaine l’Evêque. Sans postérité.
  2. Ep. 1564 Gilles de Berlaymont. Sans postérité
  • Claude de Croÿ, ép. 1555 Antoine de Rubempré, seigneur de Bièvres – sans postérité
  • Marie
  • Louise

Jean IV de Croÿ ( ?-1581), fils d’Adrien. Comte du Roeulx. Seigneur de Beaurain, Long, Longpré, Hangest-sur-Somme. Gouverneur de Tournai et de Flandres. Il épousa en 1568 Marie de Recourt, dont il n’eut pas d’enfants.

Eustache de Croÿ ( ?-1585), frère du précédent. Seigneur de Rumenghen, La Motte, de Beaurain. Comte du Roeulx. Il épousa en 1564 Louise de Ghistelles (fille su seigneur de la Motte). Sans postérité.

Gérard de Croÿ ( ?-1607), frère des deux précédents. Seigneur de Frémessen. Prévôt de Lille.  Chanoine de Tournai et de St-Omer. Seigneur de Beaurain et comte du Roeulx (1585, à la mort de son frère-1607). Il épousa Yolande de Berlaimont, dont il n’eut pas non plus d’enfant.

Les domaines passèrent à Claude de Croÿ (1569-1636) membre de la lignée Croÿ-Crésèques, fils d’Eustache I de Croÿ-Crésèques. Il devint comte du Roeulx à la mort de ses petits cousins (voir plus loin).

Maison de Croÿ-Solre

La seigneurie de Solre et de son château furent acquis en 1433 par Antoine de Croÿ le Grand. Le domaine semble rester dans la branche aînée jusqu’au milieu du XVIème siècle, où il fut transmis par Guillaume de Croÿ (1527-1565), de la branche de Chimay, fils de Philippe II (1496-1549), à son fils Philippe (supra).

Antoine II de Croÿ (1460-1546). Il est le fils cadet de Philippe Ier de Croÿ (comte de Chimay, Seigneur de Sempy, Tour-sur-Marne, Quiévrain et Ecaussines)  et de Walburge von Mörs. Il est le fondateur de la branche Croÿ-Solre. Seigneur de Solre, de Tours-de-Marne, de St Piat, de Sempy. Gouverneur du Quesnoy. Seigneur de Sempy, Tours-sur-Marne et Saint-Piat.

  1. Ep.. Louise de Luxembourg, dont il eut Jacques III de Croÿ (infra)
  2. Ep.. Anne van der Gracht, comtesse de Furnes, dont il eut Anne de Croÿ (v.1524-1573), vicomtesse de Furnes et dame de Stavele, qui épousa en 1539 Martin de Hornes, seigneur de Gaesbeek

Jacques III de Croÿ (1508, Tours-sur-Marne-1587). Seigneur, puis comte de Solre (1580). Seigneur de Sempy, Tours-sur-Marne. Seigneur de Fontaine-l’Evêque par son premier mariage (doute !!!), puis de Molembaix , de Senzeilles, Maingoval par son second mariage. Gouverneur du Quesnoy. Chanoine de Ste Waudru de Mons.

  1. Ep. 1532 Anne de Hénnin-Liétard, dame de Fontaine-l’Evêque, fille de Baudouin VIII (branche de Sebourg-Fontaine), dont il eut:
    1. Antoine de Croÿ (1533-1555). Seigneur de Fontaine-l’Evêque et de Sempy. Il épousa Ep. Lambertine de Croÿ (fille d’Adrien) – Sans postérité
    2. Anne de Croÿ ( ?-1618), dame de Pamele, ép. Nicolas de Montmorency – sans postérité
  2. Ep. 1538 Anne de Hornes
  3. Ep. 1560 Yolande de Lannoy (1525-1610), dame de Molembaix, Senzeilles et Maingoval, dont il eut:
    1. Philippe II de Croÿ (1562-1612), infra
    2. Antoine de Croÿ ( ?-1682), marquis de Falcres, ép. 1590 Marie de Lens, baronne d’Aubigny – sans postérité
    3. Jacques de Croÿ, seigneur de Ferrières, qui épousa en 1596 Juana Ana Maria de Peralta, marquise de Falcres et dont il eut Antoine de Croÿ de Peralta y Mendoza ( ?-1682), marquis de Falcres, ép. Maria Hurtado de Mendoza – sans postérité

Philippe II de Croÿ (1562-1612, Bohême). Comte de Solre (1590 – seigneurie érigée en comté par le roi Philippe II). Seigneur de Molembaix, Tourcoing, Cauroy

  1. Ep. 1582 Anne de Beaufort ( ?-1588, Solre), fille de Philippe de Beaufort
  2. Ep. 1592 Anne de Croÿ, marquise de Renty, vicomtesse de Bourbourg (fille de Guillaume de Croÿ, marquis de Renty ; veuve d’Emmanuel de Lalaing, comte de Montigny), dame de Chièvres et de Neufmaison
  3. Ep. Guillemette de Coucy-Vervins, dame du Biez et de Chemery

De ces trois mariages, il eut:

  • Alexandre de Croÿ ( ?-1604, bataille de l’Ecluse), comte de Solre, marquis de Renty
  • Jean de Croÿ ( ?-1640), infra
  • Charlotte de Croÿ
  • Jeanne de Croÿ
  • Charles-Philippe-Alexandre de Croÿ ( ?-1640). Marquis de Renty, vicomte de Bourbourg. Seigneur de Courcelles, de Chièvres, de Rumenghien, d’Eperlecques. Duc d’Havré (1627, par mariage – Havré est érigé en duché par le roi Philippe IV d’Espagne). Comte de Solre. Grand d’Espagne. Il épousa Marie-Claire de Croÿ (1600-1601-1664, Nancy), marquise, puis duchesse d’Havré, comtesse de Fontenoy, fille unique de Charles-Alexandre, marquis d’Havré, duc de Croÿ). Voir plus haut. Ils eurent:
    • Philippe-Eugène de Croÿ ( ?-1665), marquis de Renty, évêque de Gand
    • Marie-Ferdinande de Croÿ (1636/37-1683), marquise de Renty, qui épousa Philippe II Louis, comte d’Egmont, prince de Gavere
  • Anne de Croÿ, baronne de Pamele
    • Ep.1. Robert de St Omer, comte de Morbecque
    • Ep.2. Claude d’Ognies
  • Eugénie-isabelle-Claire de Croÿ, ép. 1665 Louis de Mailly « dit de Coucy »
  • Claude de Croÿ, vicomte de Langle
  • Philippe-François de Croÿ ( ?-1650), infra

Jean de Croÿ (1588-1640, Madrid), fils du précédent. Comte de Solre. Baron de Molembais et Beaufort. Seigneur de Condé et de Montigny (par mariage). Chevalier de la Toison d’Or. Capitaine de la garde du roi d’Espagne. Gentilhomme de sa chambre. Il épousa Jeanne de Lalaing, dame de Renty,  Condé et Montigny, dont il eut:

  • Albert-Emmanuel de Croÿ, comte de Solre – pas de postérité
  • Philippe-Emmanuel-Antoine-Ambroise de Croÿ (1611-1670), infra
  • Marie-Wilhelmine-Philippine de Croÿ ( ?-1676), ép. 1634 Charles-Albert de Longueval, comte de Bucquoy
  • Anne-Marie de Croÿ (1620-1700), ép. Antoine de Créquy

Philippe-Emmanuel-Antoine-Ambroise de Croÿ (1611-1670, Bruxelles), fils du précédent. Comte de Solre et Buren. Baron de Molembaix, Beaufort. Seigneur de Condé et Montigny. Il acheta en 1641 à Louis d’Egmont la seigneurie de Péruwelz, dont il commença à rénover le château. Chevalier de la Toison d’Or. Maître de camp d’un régiment d’infanterie wallonne. Grand veneur héréditaire du Hainaut. Il épousa en 1638 Isabelle-Claire de Gand-Villain et eut:

  • Marie-Jeanne de Croÿ (1639-1704), ép. Eugène-Maximilien, prince de Hornes
  • Isabelle-Marguerite-Caroline de Croÿ (1640-1662), ép. 1661 Guillaume de Mailly
  • Philippe-Emmanuel-François-Ferdinand de Croÿ (1641-1718, Paris), infra
  • Marie-Philippine de Croÿ (1642-1670) ép. 1670 Philippe de Montmorency
  • Balthazar-Charles-Joseph de Croÿ (1644-1704), baron de Molembaix, ép. Marie-Philippine-Anne de Créquy ==> Lignée  de Molembaix
  • Louis de Croÿ, chanoine à Tournai
  • Albert-Hyacinthe de Croÿ, mort en Hongrie
  • Jean-François de Croÿ, abbé d’Acey
  • Dorothée-Brigitte de Croÿ (1706-1761), ép. Ambroise-Augustin-François Bette, marquis de Leyde

Philippe-Emmanuel-François-Ferdinand de Croÿ (1641-1718, Paris), fils du précédent. Comte, puis prince de Solre (érigé en principauté en 1677 par Charles II d’Espagne). Baron de Molembaix et Beaufort. Seigneur de Condé, de Péruwelz et de Montigny. Grand veneur du Hainaut. Il était présent à Valenciennes, lorsque cette ville fut assiégée et prise par l’armée de Louis XIV.Avec l’assentiment du roi d’Espagne, il passa au service de la France. Il devint brigadier, puis colonel. Il assista à la bataille de Steenkerque en 1692. Il fut ensuite élevé au grade de maréchal de camp. Blessé à Neerwinden. Il quitta l’armée active et fut nommé gouverneur de Péronnes (Picardie).Il devint encore lieutenant général. Gouverneur et Grand Bailli de Péronne, de Roye et de Montdidier (1693).  Lieutenant-général (1702). Il épousa en 1672 Anne-Marie-Françoise de Bournonville, dont il eut:

  • Philippe-Alexandre-Emmanuel de Croÿ (1676-1723), infra
  • Albert-François de Croÿ « chevalier de Croÿ » ( ?-1709, à Malplaquet). Colonel d’un régiment d’infanterie
  • Alexandre-Jean-François de Croÿ (1680-1744, Naples, comte de Beaufort, colonel du régiment de Solre
  • Isabelle-Alexandrine de Croÿ (1681-1718), ép. 1704 Charles-Claude de Montmorency
  • Marie-Thérèse de Croÿ, religieuse
  • Joséphine-Charlotte de Croÿ (1593-1774), abbesse de Maubeuge

Philippe-Alexandre-Emmanuel de Croÿ (1676-1723), fils du précédent. Comte et prince de Solre et Mœurs. Baron de Molembaix et Beaufort. Seigneur de Condé et de Péruwelz. Par mariage : comte de Millendonck, baron de Pesche, seigneur d’Andrimont, de Bernissart et de Cerfontaine. Il devint mousquetaire en 1690.  Il assista aux sièges de Mons et de Namur, à la bataille de Steenkerque (1691) et à celle de Neerwinden (1693). Il devint lieutenant-colonel. Il prit part à des guerres en Espagne, en Italie et en Allemagne. Il devint brigadier en 1704. Participa aux campagnes de Flandre en 1707 et 1708. Il y fut fait prisonnier à Audenarde. Il devint ensuite maréchal de camp et lieutenant-général en 1709. Il se livra alors à des travaux scientifiques, se constituant une fameuse bibliothèque (aujourd’hui dispersée). Il épousa en 1716 Marie-Marguerite Louise, comtesse de Millendonck, dont il eut:

Anne-Emmanuel de Croÿ (1718-1784), fils du précédent. Duc de Croÿ (à la mort du dernier duc, comte du Roeulx). Prince de Solre, de Mœurs et du SERG. Comte du Roeulx. Duc de Croÿ en 1767 au décès du chef de la branche aînée. Seigneur et gouverneur de Condé. Seigneur de Bernissart et de Péruwelz. Seigneur de Blaton par achat en 1752 à la famille de la Cattoire. En 1778, par lettre patente de l’impératrice Marie-Thérèse, la baronnie de Péruwelz fut réunie à celle de Condé pour former, avec d’autres seigneuries limitrophes, l’apanage de la maison de Croÿ. Grand d’Espagne de première classe. Mousquetaire en 1736, puis colonel en 1738. De 1741 à 1744, il guerroya en Allemagne, en Bohême, en Bavière, en Lorraine  et en Flandre. Il assista à la bataille de Roucoux (Liège) en 1748. Il commanda le camp d’Aymeries (1754-1755), la ville de Calais (1756), la Picardie, l’Artois, le Calaisis et le Boulonnais (1757). Fut fait chevalier des ordres du Roi (1759). Nommé lieutenant-général (1759). Il servit dans l’armée d’Allemagne (1760), puis dans celle du Rhin sous le général Soubise (1761).  Gouverneur de la place de Condé (1763).  Maréchal de France (1783). Il commença à faire bâtir le château de l’Hermitage à Condé. La terre de Condé fut érigée en majorat par Louis XV en 1770. Il épousa en 1741 Angélique-Adélaïde-Louise d’Harcourt (1719-1746), dont il eut:

  • Adélaïde-Louise-Angélique-Gabrielle de Croÿ (1741-1822) ép. Joseph-Anne-Auguste-Maximilien de Croÿ, duc d’Havré
  • Anne-Emmanuel-Ferdinand-François de Croÿ , infra

Anne-Emmanuel-Ferdinand-François de Croÿ « Prince de Croÿ » (1743-1803). Duc de Croÿ. Prince de Solre et du Saint-Empire. Seigneur de Condé, Péruwelz, Bernissart et Blaton.  Mousquetaire en 1757. Colonel en 1760. Maître de camp et chevalier de St-Louis en 1771.  Brigadier en 1780. Maréchal de camp en 1781.  Député aux Etats Généraux et vice-président de la noblesse en 1789. Il émigra en 1791. Ses biens furent séquestrés. Il obtint la souveraineté de Dulmen (Westphalie) au Congrès de Ratisbonne. En 1772, il avait achevé la construction du château de l’Hermitage. Ce château fut démoli en 1784, sauf les dépendances. On recommença une nouvelle résidence princière en 1786. Il mourut au Roeulx en 1803. Grand d’Espagne. Aide-de-camp de son père. Maître de camp au régiment Royal-Normandie (1767). Maréchal de camp. Il épousa en 1764 Augusta-Frederika-Wilhelmina-Ernestine de Salm-Kirburg, dont il eut:

  • Auguste-Philippe-Louis-Emmanuel de Croÿ (1765-1822)
  • Emmanuel-Marie-Maximilien de Croÿ (1768-1842). Prince de Croÿ-Solre et du Saint-Empire. Maréchal de camp ‘1815). Lieutenant-général (1825). Il épousa en 1788 Adélaïde de Croÿ (fille de Joseph, duc d’Havré), dont il eut:
    • Anne-Louise de Croÿ (1789-1869), ép. 1810 Ferdinand, prince de Croÿ ( ?-1865)
    • Adolphe de Croÿ (1790-1803)
  • Louis-Charles-Frédéric-François de Croÿ (1769-1795), prince de Croÿ, brigadier
  • Charles-Emmanuel-Guillaume de Croÿ (1771-1841)
  • Gustave-Maximilien-Juste de Croÿ (1773-1844). Prince de Croÿ, Pair de France. Evêque de Strasbourg (1819-1820). Archevêque de Rouen (1820-1844). Cardinal (1820-1844, par Léon XII). Grand Aumônier de France (1821-1830)
  • Amédée-Louis de Croÿ (1777-1832), prince de Croÿ

Avec Anne-Emmanuel, se termina l’ancien régime.

Lignée Croÿ-Crésèques

Jean IV de Croÿ (- ?1524). Il est le fondateur de la lignée. Fils de Jean III de Croÿ-Roeulx. Seigneur de Crésèques, Clarque, Rebecque et Wich. Il épousa en 1509 Eléonore de Thiennes, dame  de Lombise et Rebecque, dont il eut:

  • Eustache I de Croÿ (1510-1609), infra
  • Marie de Croÿ, religieuse

Eustache I de Croÿ (1510-1609), fils du précédent. Seigneur de Crésèques, Clarques, Rebecques et Wich.

  1. Ep. Louise d’Ongnies – sans postérité
  2. Ep. Anne van Norhout
  3. Ep. Anne de Bernemicourt

De ces trois unions, il eut:

  • Anne de Croÿ ( ?-1592)
    • Ep.1. Louis de Longueval, seigneur d’Escornaix
    • Ep.2. Philippe de Rubempré – sans postérité
  • Claude de Croÿ (1569-1636), infra
  • François-Henri de Croÿ ( ?-avt1619). Comte de Meghem. Seigneur de Crésèques, Clarques. Baron de Norhout. Il épousa en 1617 Honorine van Witthem, dont il eut:
    • Albert-François de Croÿ ( ?-1674). Comte de Meghem. Gouverneur de Namur. Chevalier de la Toison d’Or. Il épousa en 1644 Marie-Madeleine-Eugénie de Gand-Vilain d’Isenghien
    • Madeleine-Cécile-Dorothée de Croÿ ( ?-1692). Chanoinesse de Nivelles. Puis épousa en  1644 Charles-François d’Ideghem
    • Anne-Alexandrine de Croÿ, ép. 1650 don Antonio de La Cueva
  • Marie de Croÿ, religieuse à Warst
  • Jeanne-Lambertine de Croÿ ( ?-1624), ép. Antoine du Chastel de la Howarderie. Pas de postérité

Claude de Croÿ (1569-1636), fils du précédent. Seigneur de Crésèques, Wich, Clarques, Rebecques. Comte du Roeulx (à la mort de ses petits cousins, fils d’Adrien de Croÿ-Roeulx). Il épousa Anne d’Estourmel, dame de Guinegatte, dont il eut:

  • Eustache II de Croÿ (1608-1673), infra
  • Louis de Croÿ ( ?-1647), évêque d’Ypres
  • Charles de Croÿ ( ?-1658, Dunkerque), colonel de régiment allemand
  • Jacques-Philippe de Croÿ (1614-1685) ==> voir lignée Croÿ-Havré
  • Florent de Croÿ ( ?-1672 lors de la prise de Rhinberg), baron de Clarques
  • Claude de Croÿ, baron de Clarques. Ep. Francesca Marecidor, dont il eut Henri de Croÿ, baron de Clarques
  • Jeanne-Françoise-Marie de Croÿ ( ?-1681), ép. René de Thiennes
  • Claire-Eugénie-Françoise de Croÿ, chanoinesse de Nivelles

Eustache II de Croÿ (1608-1673). Comte du Roeulx. Gouverneur de Lille, Douai et Orchies. Chevalier de la Toison d’Or. Il épousa  Théodora Gertrude Marie de Loghem

  • Albert-Claude de Croÿ ( ?-1660), sans alliance
  • Ferdinand-Gaston Lamoral de Croÿ ( ?-1720), infra
  • Philippe-Albert de Croÿ ( ?-1660)
  • Philippe-François de Croÿ, marquis de Warneck
    • Ep.1. Claudine du Fay
    • Ep.2. Marie Helman
    • Ep.3. Isabelle Blyleven
      • Marie-Thérèse de Croÿ ( ?-1713), baronne de Fay, ép. Henri de Salm-Kyrburg
      • Philippine-Charlotte de Croÿ ( ?-1734)
      • Marie-Philippine de Croÿ, abbesse de Herkenrode
      • Lucie de Croÿ
  • Catherine-Françoise-Elisabeth-Marie de Croÿ ( ?-1686) ép. Waleran de Nassau-Usingen
  • Marie-Léopoldine de Croÿ, ép. 1679 Adrien, marquis de Lannoy
  • Charlotte-Henriette-Marie de Croÿ
  • Marie-Philippine-Hippolyte de Croÿ, chanoinesse à Mons

Ferdinand-Gaston Lamoral de Croÿ ( ?-1720). Duc de Croÿ – chef de la Maison de Croÿ. Comte du Roeulx. Prince du SERG. Grand d’Espagne. Baron de Beaurain et de Langhem. Chevalier de la Toison d’Or. Pair de Hainaut. Conseiller du roi d’Espagne pour la guerre. Général de ses armées Gouverneur de Mons et du Hainaut. Il épousa Marie-Anne-Antoinette de Berghe, dont il eut:

  • Marie-Philippine de Croÿ (1669-1737), ép. 1708 Othon-Gillon, marquis de Trazegnies
  • Adrien de Croÿ ( ?-1699)
  • Philippe-François de Croÿ (infra)
  • Joseph-Ferdinand de Croÿ ( ?-1711, avant son père), marquis de Croÿ
  • Alexandre de Croÿ ( ?-1703, Spire), prince de Croÿ, maître-de-camp – pas de postérité
  • Thérèse-Maximilienne de Croÿ ( ?-1719), chanoinesse à Mons)

Philippe-François de Croÿ ( ?-1713), fils du précédent. Comte du Roeulx. Duc, prince de Croÿ et du Saint-Empire. Grand d’Espagne.

  1. Ep. Anne-Louise de la Tramerie ( ?-1706), dont il eut Anne Marie du Croÿ (1706-1792), qui épousa Jean François Nicolas Bette (1667-1725). Elle hérita du Roeulx à la mort en 1767 de son demi-frère Ferdinand Gaston (infra). Sans postérité.
  2. Ep.2. Louise-Françoise de Hamal, dont il eut  Ferdinand-Gaston-Joseph-Alexandre de Croÿ (1709-1767)

Ferdinand-Gaston-Joseph-Alexandre de Croÿ (1709-1767). Duc de Croÿ. Comte du Roeulx, dont il fait restaurer le château (aspect actuel). Prince du SERG. Grand d’Espagne. Chevalier de la Toison d’Or. Il épousa en 1735 Maximilienne-Thérèse d’Ongies, dont il n’eut pas d’enfant.

Extinction de la branche en 1767. Sa demi-sœur Anne-Marie de Croÿ hérita du Roeulx.

 

Enghien (famille de)

Quelques personnages sont peu étayés :

Anselme/Ansiau, croisé en 1096

Englebert II (v1090), peut-être fils d’Anselme, seigneur d’Enghien, vassal du comte de Louvain

Eustache d’Enghien

Ep. v1150 Richilde de Rumigny, fille de Nicolas II de Rumigny et d’Alix de Hainaut

Eustache, il aurait bâti le premier château (pas prouvé). Epouse Louise de Ligne, fille d’Héribrand et d’Adelise de Montroeul (cité en 1073)

Personnages plus avérés de la branche aînée

Engelbert d’Enghien (v1065/1070). Peut-être aussi le fils d’Anselme. Il est cité en 1092 dans une charte de l’évêque Gérard II de Cambrai. Il serait le véritable fondateur de la famille et le bâtisseur du premier château. Il se serait croisé aussi. Ses enfants furent:

  • Boniface d’Enghien (peut-être aussi le frère d’Englebert), seigneur d’Enghien, chevalier, cité en 1117. Pas de postérité connue (cependant Hugues et Gossuin pourraient être ses fils)
  • Hugues, infra
  • Gossuin (v1100),  chevalier. Il vendit le village de Lembeeke au comte de Hainaut qui le fortifia, provoquant une guerre entre Brabant et Hainaut. Cité en 1148, 1155, 1158, 1161
  • ? Régnier
  • ? Amande, ép. Wauthier de Maulde

Hugues d’Enghien  (avt1120-1183/1190), frère de Boniface, seigneur d’Enghien, cité dès 1121 (succession à son frère). Aussi seigneur de Lembeeke, Tubize, Rameru, La Folie. Chevalier. En 1154, il  fit hommage de sa terre à Godefroid-le-Barbu, duc de Louvain. Il acheva en 1167 le château fort qui fut occupé par des troupes brabançonnes. Baudouin V de Hainaut, indigné, assiégea la place pour le contraindre à rétracter son hommage. Il donna une terre qu’il possédait à Wasmes à l’abbaye de St-Ghislain peu avant sa mort.

Enghien devint la première baronnie du comté de Hainaut.

Il épousa Hedwige de Bentheim ou Elisabeth/Jeanne de Luxembourg, dont il eut:

  • Gossuin, infra
  • Englebert II, infra
  • ?Siger/Sohier ( ?-1170), ép. Ide de Mons (fille de Gossuin III et de Beatrix de Rumigny)
  • ?Boniface, chevalier, cité à la prise d’Arlon
  • ?Nicole
  • ? Marie, ép. Ernoul Vilain, châtelain de Gand

Gossuin d’Enghien, fils du précédent, co-seigneur d’Enghien.

Epousa Gille/Gisèle de Bruxelles (ou de Aa), châtelaine de Bruxelles. Sans postérité.

Englebert II d’Enghien ( ?-1193), second fils d’Hugues, co-seigneur d’Enghien, chevalier, avoué de Tubize et de Castres. Il fit la guerre au duc de Limbourg et prit Arlon. Il commença par reconstruire la forteresse d’Enghien dans les premières années du XIIIe siècle, tâche que poursuivit son fils Siger 1er. Une enceinte fut construite autour de la ville. Engelbert profita d’une guerre entre le comte de Hainaut et le duc de Louvain pour se rallier à celui-ci, mais il fut contraint de rendre la forteresse d’Enghien au comte de Hainaut Baudouin V qui la rasa.

Epousa Elisabeth de Trazegnies (avt1170-1195), fille d’Othon II, dont il eut:

  • Hugues, cité en 1173, mort sans postérité avant son père
  • Englebert, infra
  • Marie, ép. Gossuin d’Héripont
  • Briselor, bâtard

Englebert III d’Enghien (v1160-1244), fils du précédent. Chevalier. Seigneur d’Enghien. Il fit de nombreux dons à l’abbaye de Cambron. Il fut aussi un allié du duc de Louvain, mais duit se soumettre au comte de Hainaut. Cité en 1189

  1. Epousa Ide/Adélaïde d’Audenaerde (v1185- ?), fils d’Arnould III ou de Gilbert II
  2. Epousa en secondes noces Ide d’Avesnes (v1180-1217), fille de Jacques et d’Améline de Guise,
  • Mahaut/Ide/Elisabeth (v1203-v1250), ép. 1215 Evrard IV de Tournai, seigneur de Mortagne, gouverneur de Tournai
  • Marie, religieuse à Preuny
  • Siger/Sohier, infra
  • Englebert IV d’Enghien ( ?-1271), chevalier, châtelain de Mons et seigneur d’Havré. Il épousa Juliane/Ide de Mons, fille d’Henri de Mons ==> Branche Enghien-Havré (infra)
  • Jakeme d’Enghien (v1218-v1268), seigneur de Braine, Bassily, Silly, châtelain de Wanake. Il épousa Marie de Braine ( ?-1280), fille de Gauthier, S. de Braine et d’Acren è Enghien-Braine

http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Enghien.pdf

  • Hugues, chanoine à Tournai
  • Gilles, chevalier
  • Adèle/Adeline (v1205- ?), ép. 1220 Gauthier Berthout, seigneur de Malines

Sohier/Siger 1er, fils aîné d’Englebert III (v1205-1261), chevalier, seigneur d’Enghien (par héritage paternel), de Zottegem (par mariage). Avoué de Nivelles. Il reçut de Jean d’Avesnes, fils rebelle de la comtesse Marguerite, des avantages territoriaux lui permettant d’étendre sa seigneurie. En 1254, Charles d’Anjou, frère de Saint-Louis, à qui la comtesse Marguerite avait promis le comté de Hainaut, se vit refuser par Sohier l’hommage de vassalité qu’il exigeait et vint mettre le siège devant Enghien. Il essuya un échec.

Epousa Alix, fille héritière de Walter, seigneur de Zottegem/Sothenghien (v1195-), apparentée aux Avesnes

  • Jean ( ?-1281), prêtre, trésorier du chapitre de Leuze, évêque de Tournai en 1226, puis de Liège en 1274.
  • Gauthier, infra
  • Ide/Anne/Agnès (v1225-1264), ép. Gilles III de Trazegnies (1222/1228-1253)
  • Marguerite (v1221-1291), ép. Rasse VII de Gavere, S. de Liedekerke (1209-1291)
  • Gérard (v1230-v1290), hérite de Zottegem ==> branche de Enghien-Zottegem
  • Arnould 1erd’Enghien (v1227-avt1295). Celui-ci avait reçu du même Jean d’Avesnes les seigneuries de Blaton (et dépendances), Préaux à Harchies, Quevaucamps, qui avaient appartenu à Philippe le Noble jusqu’à sa mort en 1212.

Il épousa la fille de Gérard de Thiant ==> branche Enghien-Blaton-Préaux (infra)

Gauthier/Wautier/Walter 1er « le Grand », son fils (1225-1271). Chevalier. Seigneur d’Enghien. Il continue à fortifier le château. Il est cité en 1267 dans la charte de Cortenberg qui rétablit la paix entre Louvain et la duchesse de Brabant.

  1. Ep.1. Mahaut de Barbençon, fille de Nicolas de Barbençon
  2. Ep.2. Mathilde/Mahaut de Perwez, dame de Dongelberg
  3. Ep.3. Marie de Rethel
  • Gautier II, infra
  • Gérard ( ?-1307), chevalier, ép. Jeanne de Barbençon
  • Marie, ép.1. Hugues V d’Antoing, puis apr1312 Guy de Flandre, seigneur de Richebourg

Wauthier/Gauthier/Walter II  (1267-1309/1310), son fils aîné. Chevalier. Seigneur d’Enghien. Avoué de Tubize. Il achète la terre de Grimbergen en 1309

Ep. 1287 Yolande de Flandre-Dampierre (fille du comte Robert II de Béthune), dont il a:

  • Enfants morts jeunes : Gautier, Siger
  • Marie, ép.1. Robert V de Dreux et de Braine et ép.2. Robert II de Pierrepont, comte de Roucy
  • Yolande, ép.v1325 Raoul le Flamenc
  • Gautier III, infra
  • Jeanne ( ?-1361), dame de Landelies, ép. Jean de Hennin « le Gras », seigneur de Boussu
  • Jacqueline, ép. Foulques de Pierrepont, S. de Mortemart
  • Madeleine, ép. Jean de Ville
  • Arlette
  • Sibylle, religieuse à Preuny
  • Marguerite, ép. Philippe van Maldeghem

Il est inhumé en l’église paroissiale d’Enghien.

Walter III d’Enghien (1302-1345). Chevalier. Sa mère, douairière d’Enghien, assure d’abord la régence. Seigneur d’Enghien (dès 1316), de Tubize, de Lembeeke. Et par mariage : comte de Conversano, de Brienne, duc d’Athènes

En 1316, il prend en main l’administration de ses domaines et prend part aux guerres de son époque. Il part, envoyé par le comte de Hainaut Guillaume  I « le Bon », au secours d’Edouard III, roi d’Angleterre, époux de Philippine, fille du même Guillaume, contre Robert Bruce, roi d’Ecosse. Il assiste aux fêtes qui accompagnent la fondation de l’Ordre de la Jarretière en 1343.

Ep. 1321 Isabelle de Brienne « la Belle Hélène », fille de Gauthier V de Brienne, duc d’Athènes, comte de Conversano, et de Jeanne de Châtillon-Porcien. Elle hérite des titres de comte de Brienne et de Conversano, ainsi que de duc d’Athènes. Ils eurent:

  • Gautier (1322-1340), écuyer
  • Isabeau, abbesse de Flines
  • Siger II, infra
  • Jean ( ?-1380), Duc titulaire d’Athènes, comte di Castro, S. d’Omophita, Knodora et Discoria (Chypres), seigneur de Gouy, Novelle, Machaud et Praelle. Il épousa Blanche des Baux, dont il eut:
    • Englebert, mort jeune
    • Pierre ( ?-1384). Chevalier, comte titulaire de Lecce di Castro. Ep. 1377 Marguerite de Luxembourg. Pas d’enfant
    • Marie (1367-1445) hérite de son frère: comtesse titulaire de Lecce. Devint reine consort de Naples, Hongrie, Croatie et Jérusalem. Elle fut l’otage de sa belle-sœur, Jeanne II. Elle épousa en 1386 Raimondo Orsini « di Balzo », puis en 1407 Ladislas « le Magnanime », roi de Naples, de Sicile et de Hongrie. Elle n’eut pas de postérité apparente.
  • Marguerite, ép. Pierre de Préaux
  • Louis ( ?-1394), infra
  • Jacques, chanoine à Liège, puis prince-évêque
  • Guy ( ?-1371), S. d’Argos et de Kiverion (Chypres). Epousa Bonne de Foucherolles
    • Jacques, écuyer, mort jeune
    • Marie (1364-apr1393), ép. Pietro Cornaro, puis P. Zano
  • Françoise, ép. Pietro, comte de Montebello
  • ?, ép. Eustache du Roeulx « de Lens »
  • Jeanne, religieuse à Flines

Siger/Sohier II d’Enghien (1324-1364) fils du précédent. Seigneur d’Enghien et dépendances (héritage paternel en 1346). Comte de Brienne, de Lecce, duc d’Athènes (héritage maternel en 1360). On est au début de la Guerre de Cent Ans. En 1348, il devint plénipotentiaire du Comte de Flandre, Louis de Male. Il fut amené à traiter avec les Anglais. Ses positions, trop en faveur d’Edouard III déplurent à Louis de Male dont il devait pourtant être l’ambassadeur. En 1350, le bruit se répand que Siger aurait fomenté un complot pour faire occire le comte et la comtesse de Flandre. Edouard III, dans un avis rendu le 8 mai 1351, le blanchit de tous soupçons. Le Roi d’Angleterre intervint également pour apaiser les esprits. Il envoya un courrier adressé à son cher cousin, Louis de Male. Il devint à la mort de son oncle, Gauthier de Brienne, connétable de France en 1360. Il acheta à Marie de Braine  la terre de Bassily et la réunit à sa terre d’Enghien en 1361.

À cette époque, Edouard III revendiquait le Hainaut. Le comte de Hainaut, Aubert de Bavière, éprouvant maintes difficultés pour asseoir son autorité en Hainaut et s’étant rendu coupable de bien des exactions à l’égard de ses vassaux, décida de faire enlever de nuit Siger II d’Enghien, trop proche des velléités du Roi d’Angleterre. Albert tenta, vainement, de s’emparer de la ville et du château. Siger s’enfuit et trouva refuge au château de Baisieux, près de Quiévrain. De concert avec le seigneur du lieu (Simon deLalaing de Quiévrain), le duc Aubert de Bavière surprit pendant la nuit le sire d’Enghien au château de Baisieux. Il l’emmena au château du Quesnoy, où il eut la tête tranchée le jeudi 21 mars 1364. Les rumeurs populaires accusèrent Jean, sire de Werchin, sénéchal de Hainaut, Baudry, sire de Roisin, Gérard, sire de Ville, et Gilles d’Ecaussinnes  d’avoir aidé le duc Aubert à commettre ce crime. La vengeance d’Aubert de Bavière à l’égard de Siger d’Enghien provoqua une guerre longue et acharnée, désastreuse pour le Hainaut. Certains nobles hennuyers s’allièrent au comte de Flandre, qui répondit à la supplique des frères de Siger d’Enghien de venger son assassinat dans le sang. Ce fut la guerre en Hainaut. Le 26 juillet 1365, Aubert de Hainaut demanda à ses plus fidèles lieutenants de se tenir prêts au combat. Son armée sera défaite entre Enghien et Hoves. Les Flamands de Louis de Male déferlèrent alors sur le Hainaut. Soignies fut notamment incendiée à cette époque. Cette guerre civile se termina en 1376, par l’obligation faite à Aubert de Bavière de fonder une messe dans l’église du Quesnoy au bénéfice du repos de l’âme du Sire exécuté, ainsi que de fournir une indemnité pécuniaire à ses orphelins.

Siger avait épousé Jeanne de Condé-Morialmé, fille de Robert de Condé, dont il eut:

  • Walter IV
  • Quatre fils bâtards connus d’Elisabeth van Liere
  • Colart (1346-1398), chevalier, S. d’Arbre, … Ep. Juliana van Beringen ==> tige de Kestergat  http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Enghien.pdf     p.10
  • Wauthier, écuyer, ép. Clara van Dilbeeke
  • Antoine, chevalier, S. d’Indeveld
  • Jean, chevalier, ép. Liesbeth Smuls

Walter/Wauthier/Gauthier IV d’Enghien  (1360-1381, Gand), fils légitime du précédent. Il fut armé chevalier en 1379. Seigneur d’Enghien dès 1364. Seigneur de Strépy sous la tutelle de son père Sohier II. Il fait ses premières armes au service de Louis de Male, comte de Flandre. En 1380, les Gantois s’étaient emparés de l’abbaye d’Ename. Le seigneur d’Enghien  accourut aussitôt les surprendre à la tête de 300 lances en s’écriant : “Enghien au seigneur”. Walter IV fut tué avec son frère Gérard, bâtard d’Enghien, en 1381, au siège de Gand.

Pas de mariage connu. Un fils bâtard : Boniface. Ses titres et possessions passèrent à son oncle Louis. Le partage des biens eut lieu le 28 décembre 1383.

Louis d’Enghien (v1323-1394, Conversano), fils de Walter III, oncle de Walter IV. Il devint le chef de famille en 1381, à la mort de Walter IV. Il hérita de celui-ci et des enfants de son frère Jean. Il reçut Onnezies, Athis, Aulnoy (en France), Montignies-sur-Roc, Poix et Fayt, relevant du comte de Hainaut. Il fut également comte de Brienne (1360), Lecce et Conversano (1356), duc titulaire d’Athènes (1360 ou 1381, après la mort de son neveu Walter IV), seigneur d’Enghien, de Ramerupt, de Gouy-lez-Piéton et Lembeek (1381). Il fut également seigneur de Jeanlain, peut-être par achat.

En 1382, il aida Guy de Blois à empêcher le pillage du Hainaut par des bandes à la solde du comte de Flandre. Il combattit dans l’armée française du roi Charles VI. Il prit part à la bataille de Roosebeke en 1382. Il devint connétable de France.

Il fit refaire les fortifications d’Enghien en 1383. Il assista aux funérailles de Louis de Male. En 1384, il participa à la suite du comte de Hainaut, à la guerre faite par le duc de Bourgogne contre les Liégeois en révolte contre leur prince-évêque Jean de Bavière.

Lieutenant du comte d’Anjou, prétendant au trône de Naples. Par la suite, le comte Louis de Conversano prit le chemin de l’Italie  pour aller soutenir le comte d’Anjou  qui faisait la conquête du royaume de Naples. Il dut interrompre son voyage et se rendit dans son comté de Conversano dans les Pouilles. Le 12 novembre 1385, il délégua à son gendre, Jean de Luxembourg, la gestion de ses domaines belges. Il séjourna à Conversano et y mourut le 17 mars 1394.

Il avaité épousé Giovanna de Sanseverino, fille du comte de Sanseverino, prince de Salerne, grand connétable de Naples, dont il eut:

  • Antoine, mort jeune
  • Marguerite (1365-1397), comtesse de Brienne, de Conversano, duchesse titulaire d’Athènes, héritière d’Enghien et des seigneuries familiales de la prévôté de Mons (Onnezies, Athis, Montignies-sur-Roc)
  1. Ep. Pierre de Baux de Provence – pas d’enfant
  2. Ep. 1407 Giacopo di Sanseverino – pas d’enfant
  3. Ep. 1380 Jean de Luxembourg (1370-1397), seigneur de Beaurevoir et de Richebourg. De ce dernier, elle eut Pierre de Luxembourg ( ?-1433), comte de St-Pol
  • Yolande, comtesse de Brienne, ép. 1384 Philippe de Bar
  • Isabeau (1365-1399), dame de Bassily et de Rebecq, ép. 1355 Guillaume « Pinchart » I de Gavere, S. d’Hérimez, de Steenkerke, Brugelette et Harchies. Elle administra la terre d’Enghien de 1397 à 1399 et y mourut peu après.
  • Hélène ( ?-1459), ép. Pierre d’Assignies, sénéchal de Provence

Extinction de la branche aînée d’Enghien ==> Luxembourg St-Pol

Branche Enghien-Havré

Elle descend d’Englebert IV d’Enghien ( ?-1271), fils d’Englebert III, chevalier, châtelain de Mons et seigneur d’Havré, de par son mariage avec Juliane/Ide de Mons, fille d’Henri de Mons. Il aurait acheté Harveng à Moreau de Harveng. Ils eurent:

  • Englebert, mort jeune
  • Jacquemin, mort jeune
  • Sohier, infra
  • Gérard ?
  • Marie, ép. Robert II, S. de Montigny-en-Ostrevent
  • Mechtilde, ép. Rasse de Winty, S. de Naast

Sohier d’Enghien ( ?-apr.1318), fils du précédent, châtelain de Mons, d’Havré, de Harveng et de Lens. Il fut cité cité en 1295, 1310, 1318. Il épousa Béatrice de Raineval ( ?-1339), dont il eut:

  • Gérard, infra
  • Sohier, S. de Lens

Gérard I d’Enghien ( ?-1361), fils du précédent, châtelain de Mons, seigneur de Rhode, de Biévènes, d’Havré, de Harveng. Il fonda la chapelle Sainte-Marguerite à Mons en 1358.

  1. Ep. Marie de Rumigny-Fagnoles, fille de Jacques de Rumigny
  2. Ep. apr1333 Jeanne de Ligne, fille de Fastré de Ligne et de Jeanne de Condé
  • Jeanne d’Enghien « de Fagnoles » ( ?-1425), dame héritière dHarveng, de Biévennes, d’Havré, de Villers-Sire-Nicole, de la Longueville, châtelaine de Mons qu’elle obtient de son neveu Jacques en 1407.
  1. Ep. 1374 Jacques III de Werchin, S. de Walincourt (ou Walcourt), de La Longueville, de Cysoing, sénéchal de Hainaut
    1. Jeanne de Werchin (?-1442), dame de Cysoing, de Villers-Sire-Nicole, de La Longueville, sénéchale de Hainaut. Epousa en 1391 Henri de Melun, fils d’Hugues, seigneur d’Antoing et d’Epinoy. Elle n’eut pas d’enfant et ses biens allèrent à sa soeur Philippotte
    2. Jean de Werchin (?-1415)
    3. Philippotte de Werchin, dame héritière de Villers-Sire-Nicole et de La Longueville.
  2. Ep. Colart d’Auxy
  3. Ep. Jacques d’Harcourt (1343-1405), comte de Montgomery et Tancarville, conseiller du roi
  • Gérard II, infra
  • Hue « de Fagnoles »

Gérard II d’Enghien (v1320-1385). Sous tutelle de sa sœur aînée, il devint seigneur d’Havré, de Goegnies (dès 1379, possible don comtal), de Biévennes, de Fagnoles, de Ghlin (par achat à Michel II de Ligne), de Wiège, d’Harveng (1383). Châtelain de Mons. Par mariage, il devint seigneur de Villers-Sire-Nicole en 1383. Il fonda à Havré la chapelle de Saint-Antoine en Barbefosse. Il légua Havré,  et la châtellenie de Mons à son fils Jacques qui les légua à sa tante Jeanne. Il avait épousé Jeanne de Barbençon, fille de Nicolas de Barbençon et de Marguerite d’Agimont. Ils eurent:

  • Gérard III d’Enghien « le Barbu » ( ?- ?), seigneur de Seraing, Bievennes, Fagnoles. Grand maître de l’Ordre de St Antoine en Barbefosse. Militaire, il se battit à Roosebeke (1382), en Frise (1396), en Barbarie (1390), en Prusse (1411, 1413), en Terre sainte (1393, 1404, 1411, 1414), en Tunisie (1390).
  1. Ep. Jeanne, dame de Seraing, Warfusée, Walhain
  2. Ep. Marguerite de Marbaix
  • Gérard IV d’Enghien ( ?-1421), chevalier, seigneur de Warfusée, de Seraing et de Walhain. Militaire. Pas de postérité
  • Jeanne « de Havré », célibataire
  • Jehan, bâtard d’Havré, écuyer, seigneur de Presles (don de son frère Gérard IV). Il épousa Gillette de Marbaix ==> Tige des Haverech et seigneurs de Presles   http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Enghien.pdf
  • Jacques d’Enghien ( ?-1427), fils de Gérard II, seigneur de Ghlin, de Havré, de Fagnoles, de Braine-l’Alleud, de Jurbise, de Montignies, de Masnuy, de Plancenoit, de Villers-Sire-Nicole. Châtelain de Mons. Capitaine lors de la campagne en Frise.
  1. Ep. Jacqueline de St-Aubert
  2. Ep. Marie de Roucy-Pierrepont
  • Simon d’Enghien ( ?-1415, Azincourt), seigneur de Fagnoles. Campagnes militaires en Prusse (1411), en Terre Sainte (1381, 1414)
  • Jacques ( ?-1415, Azincourt), Seigneur de Mès
  • Yolande « Mariette » d’Enghien « de Havré », dame de Wiège et Fagnoles. Elle épousa en 1389 Aubert le Flamenc, conseiller et chambellan du roi de France, puis du duc Charles d’Orléans. Elle eut une liaison avec Louis de France (1372-1407), duc d’Orléans en 1392, comte de Blois, de Dunois, d’Angoulême, de Dreux, de Soissons, de Périgord. Ils eurent un bâtard : Jean « bâtard » d’Orléans, comte de Dunois et de Longueville
  • Marguerite « de Havré » ( ?-1444), dame de Braine-l’Alleud. Epousa Godefroid de Sombreffe, puis Henri de Witthem,
  • Isabelle d’Havré, dame de Préaux et Hussignies qui épousa Arnould IV de la Hamaide ( ?-1426), seigneur de Rebaix, Renaix; puis épousa Jacques de Bourbon

Jacques d’Enghien, à sa mort, n’avait plus d’enfant mâle. Il légua ses biens à sa tante Jeanne d’Enghien (supra) qui avait épousé en troisièmes noces Jacques de Harcourt. Havré, Goegnies et Ghlin passèrent à la famille de Harcourt. On ne connait pas le sort d’Harveng.

Branche Enghien-Blaton

Arnould 1erd’Enghien (v1227-avt1295), fils cadet de Siger Ier d’Enghien. Il aurait reçu de Jean d’Avesnes , en rébellion contre sa mère, la comtesse Marguerite, les seigneuries de Blaton (et dépendances), Préaux de Harchies et Quevaucamps, qui avaient appartenu à Philippe le Noble jusqu’à sa mort en 1212. Il épousa la fille de Gérard de Thiant, dont il eut:

  • Arnould II d’Enghien ( ?-1315), infra
  • Marie, dame de Thieusies, qui épousa en premières noces Jean de Brienne, roi de Jérusalem, Naples et Chypres; et en secondes noces Hugues IV, comte de Rethel
  • Alice « Richilde » ( ?-1293), abbesse de Ghislenghien

Arnould II d’Enghien (?-1315), seigneur de Blaton, Quevaucamps et Préaux. Maréchal de Hainaut (par le comte Jean d’Avesnes pour la garde de l’évêché de Cambrai). Il se battit au siège d’Enghien

  • Ep.1. Isabeau de Denain
  • Ep.2. Marie de Péruwelz
    • Arnould III, infra
    • Nicole d’Enghien, ép. Guillaume de Jauche-Mastaing, seigneur dd Gommegnies
    • Marie, ép. Robert le Borgne de Robersart.

Arnould III d’Enghien (v1285-avt10/1323), fils d’Arnould II. Chevalier, seigneur des mêmes lieux. Il fut fait prisonnier par Amauri de Melun  pour le règlement d’une dette vers 1323. Le comte de Hainaut  négocia sa libération le 10 janvier 1324. Il avait épousé Marie de Meulant-Cantaing, dont il eut Marguerite, religieuse en 1324.

Le 23 mars 1324, Gérard de Harchies (probablement le Gérard de Strépy, seigneur de Ville, qui a plus tard exercé des fonctions pour Aubert de Bavière, notamment dans le conflit avec Siger d’Enghien) déclare avoir « donné » ( ?) au comte de Hainaut, Guillaume I le Bon (1304-1337),  les terres de Blaton et de Préaux,  avec la ratification de Marguerite de Cantaing, veuve d’Arnould III d’Enghien. Il semble qu’en fait le comte Guillaume I récupéra ce qui était peut-être un apanage donné à son grand-père Arnould I. La grande seigneurie de Blaton repassa alors dans les propriétés comtales.

 

Condé (famille de)

 

Héribaud de Condet ( ?-apr.1114). Cité vers 1114. Il serait le premier possesseur des terres de Condé, dite “de Bailleul” (appellation plus tardive). Terre reçue vraisemblablement du comte de Hainaut.

Pierre (Wédric) de Condé ( v1090-apr.1117/v1130), fils du précédent. En 1117, il accompagna le seigneur de Trazegnies en croisade (2ème) et combattit à Tripoli. Epousa Mahaut de Fontaine, sœur de Wauthier de Fontaine. Dont il eut:

Roger de Condé  (1120-1171), seigneur de Condé. En 1140, une charte cite Robert ( ?) de Condé comme possesseur d’un château sur une rive de l’Escaut (à Vieux-Condé). Son ennemi, Nicolas “le Beau”, seigneur d’Avesnes, en possède un sur l’autre rive. Il épousa Alix de Mons (1144/1146-1200), fille de Gossuin III de Mons et de Béatrice de Rumigny. Ils eurent:

  • Nicolas, infra
  • Basilie de Condé, ép. Gauthier III  de Fontaine ( ?-1235), qui obtint le fief de Colfontaine en 1229 lors du partage des “Pâturages communs” et qui en fit don à son beau- frère Godefroid, ci-après
  • Godefroid de Condé « de Fontaine », évêque de Cambrai (1219-1237). Il fut propriétaire du fief de Colfontaine qu’il transmit à son chapitre épiscopal. Il devint aussi comte de Cambrai, investi par l’empereur Frédéric II également en 1219. Il eut de gros démêlés avec les bourgeois de Cambrai, à qui il dut céder des droits civiques et pénaux en 1227.
  • Gautier, trésorier de la même église.

Égide de Condet – ? (un frère ?), qui accompagna Baudouin V vers 1172 lors d’un conflit avec le duc de Limbourg.

Nicolas Ier de Condé (1171-1230, Bailleul), fils de Roger. Seigneur de Condé, puis par mariage : de Beloeil, (et Ellignies-Ste-Anne) et de Morialmé (Ham-sur-Heure, Nalinnes). Il épousa en 1220  Isabelle/Isabeau de Bailleul (aujourd’hui Beloeil) et de Morialmé (1190-1260), héritière des seigneuries de Bailleul, de Morialmé, d’Ham-sur-Heure (fille d’Arnould IV, seigneur de Morialmé et de Jeanne de Bailleul/Beloeil). C’est peut-être lui qui, dans la famille, fut investi du domaine de Ghlin par le comte. Après la mort de Nicolas 1er, Isabelle se remaria en 1230 avec Robert de Béthune. Elle fut la mère de Mahaut de Béthune, qui épousa Guy de Dampierre, comte de Flandre. Avec Nicolas de Condé, elle eut:

  • Jacques, infra
  • Jeanne (v.120- ?), ép. Gilles II, seigneur de Beaumetz

Jacques I de Condé (1195/1211 ??? par rapport à la date de mariage des parents -1259), fils du précédent. Seigneur de Condé, de Beloeil, de Morialmé et de leurs dépendances. Il semble obtenir en 1214 la seigneurie de Stambruges (qui dépendait de celle de Blaton) à la mort de Philippe de Hainaut « le Noble ». Il est aussi possible que ce soit lui qui ait été investi de la seigneurie de Ghlin et non son père. Avoué de l’abbaye de Fosses-la-Ville. Chevalier en 1235. Il est cité en 1256 dans une charte entre Marguerite, comtesse de Flandre  et de Hainaut, et son fils Jean d’Avesnes. Il épousa avant 1235 Agnès du Roeulx, fille d’Eustache III du Roeulx, dit “Canivet”, et de Béatrice de Tournai. Ils eurent:

  • Isabelle Agnès (1210 ?-1298), ép. Enguerrand de Fiennes, baron de Tingry
  • Nicolas (v.1230-1298), infra
  • Isabelle (v.1240- ?), ép. Jean, comte de Looz (1227-1279)
  • Joie, ép. Thierry de Walcourt, comte de Rochefort

Nicolas II de Condé-Bailleul (1229/1231-†1292/1293), fils du précédent. Seigneur des mêmes lieux à partir de 1259 et de Carency (Pas-de-Calais/Artois) par mariage. Chevalier. Avoué de Fosse-la-Ville. En 1284, la terre de Beloeil devint le siège d’une pairie relevant du comté de Namur (Je manque de renseignement sur ce lien. Hypothèse: la possession de la seigneurie de Morialmé qui est dans ce comté). C’est Nicolas II de Condé qui adopte les armes de Bailleul.  Il est cité dans des actes de 1267, 1272, 1282, 1288 et 1290.
Il épousa Catherine de Carency ou de Cayeux (1243-1304), dont il eut:

  • Guillaume Ier, infra
  • Henri, cité dans un acte de 1287
  • Isabelle, ép. Gérard IV de Jauche, S. de Jauche et Baudour.
  • Catherine (v.1267-1329), dame de Carency, de Buquoy, de Duisant et d’Aubigny. Elle épousa Jacques de Châtillon-Saint-Pol (1255/1257-1302), seigneur entre autre du château voisin, de Leuze, de Buquoy et d’Aubigny
  • Catherine Agnès, ép. Renoul IV de Culant

Les deux époux furent inhumés à l’abbaye de Cambron.

Guillaume I de Condé (1275-1302), fils du précédent. Seigneur de Condé, Morialmé, Beloeil, Ellignies, Stambruges, Ghlin, , Rosoy en Vermandois (par mariage), Ham-sur-Heure, Cayeux,  … Chevalier. Pair de Namur. Avoué de Fosses-la-Ville. Mort à la bataille des Eperons d’Or. Il épousa Mahaut de Rosoy et/ou Béatrice de Thourotte (1274/1276-1326), dont il eut:

  • Jeanne de Condé (1289/1291-1325/1330), dame héritière de Beloeil et Stambruges. Elle épousa Fastré de Ligne, infra
  • Jean (1290-1339), infra
  • Nicolas/Collart (1294-1338), écuyer, ép. Mahaut de Gavre de Liedekerke, dont il eut Catherine de Condé (1320-1396)
  • Robert (1300-1359), infra
  • Jacques, ép. Marguerite de Bovers, dont il eut Arnold de Condé

 Jean Ier de Condé (1302-1339/1353), fils aîné du précédent. Seigneur des mêmes lieux. Chevalier. Pair du comté de Namur. Avoué de Fosses. En 1314, lors de la bataille au lieu-dit « Ry-Massart », la cavalerie de Jean Ier de Condé, délivra Hanzinelle, assiégée par les troupes d’Adolphe de la Mark, évêque de Liège. Il épousa Marguerite/Marie de Luxembourg. Pas de postérité. Son frère Robert lui succéda, puis le fils de celui-ci, Jean II.

Robert de Condé « Strépy »  (1300, Condé-1359), frère du précédent. Ecuyer. Seigneur de Strépy, Héry (avant 1339, donc avant l’héritage familial, comment ? achat ?), de Condé, Beloeil et Morialmé (1339, à la mort de son frère Jean). Il épousa en premières noces Isabeau/Isabelle  de Hennin-Liétard (1308-1349), dame de Fontaine-l’Evêque, dont il eut:

  • Jean II (1349-1391), chevalier, infra
  • Jeanne, ép. Sohier II d’Enghien

Il épousa (pas sûr) Marie de Gistel ( ?-1381), dont il eut Alix de Condé qui épousa Erard de Thuisy.

Jean II de Condé (1349-1391/1396), fils de Robert et Isabeau de Henin. Chevalier. Pair du château de Namur. Seigneur de Condé, Morialmé, de Bailleul, de Fontaine-l’Evêque (par héritage maternel), de de Landelies, et de Walcourt (par achat) et de  Strépy. Avoué de Fosses.

Il perdit sa mère quinze jours après sa naissance.
Comme il n’avait pas encore dix ans à la mort de son père, c’est son beau-frère Siger/Sohier II, seigneur d’Enghien, qui fut chargé de sa tutelle. Le 24 octobre 1360, le seigneur d’Enghien releva de l’évêque de Liège la mambournie de Jean de Morialmé et les terres que celui-ci tenait en fief de l’église de Liège.

Cité dans des actes de 1364, 1366, 1368, 1372, 1373, 1374, 1377 (exécuteur testamentaire du comte Aubert de Bavière), 1385. La mort de son neveu Wautier, sire d’Enghien, mit Jean de Condé en possession de la moitié de la seigneurie de Landelies, qu’il releva de la cour féodale de Liège le 22 décembre 1381. Le 22 juin 1390, Guillaume, comte de Namur, lui vendit pour la somme de 75,000 florins, avec droit de réméré, la seigneurie de Walcourt avec l’avouerie de Silenrieux et ses droits à Fontenelle. Il épousa Marie de Luxembourg, fille de Guy, comte de Ligny, et de Mahaut de Châtillon, comtesse de St-Pol. Il mourut à Nalinne sans héritier, où il fut inhumé.

Sa veuve, Marie de Luxembourg, dame de Morialmé et de Bailleul, consentit, par acte du 23 décembre 1391, à remettre le comte de Namur en possession de Walcourt et dépendances pour un prix inférieur à celui de l’achat, c’est-à-dire pour 6,000 florins. Elle mourut peu d’années après, probablement en 1396. Elle reçut sa sépulture en l’église de Nalinnes à côté de son mari.

Tous les domaines furent hérités par sa tante Jeanne de Condé qui avait épousé Fastré de Ligne.

Jeanne de Condé  (1289/1291-1325), fille de Guillaume (supra). Héritière des domaines de son neveu Jean II, dont Condé, Morialmé, Beloeil, Fontaine, Stambruges, Ghlin, Strépy, … Elle avait épousé en 1306 Fastré de Ligne (1280-1337). Celui-ci en secondes noces épousa Marguerite de Gavre, fille du seigneur d’Hérimez.

Arrivent dans la Maison de Ligne : Condé, Beloeil, Morialmé, Ellignies, Stambruges, Ghlin, Strépy. La baronnie de Condé entre dans la Maison de Ligne.

 

Haynin (famille de)

Cette maison est issue de la branche cadette de la Maison des Comtes d’Ostrevent, via les seigneurs de Denain. Elle trouve son origine dans le mariage d’Etienne de Denain, fils du comte d’Ostrevent, avec Rose de Haynin, fille de Gossuin III de Mons, châtelain de Mons et seigneur de Havré, Baudour, Boussu, Dour, Hainin et Thulin (même s’il existe des controverses à ce propos).

Les Haynin ont donné plusieurs branches. Leur nom se décline avec plusieurs orthographes : Henain, Henin, Hennin, Hainin. Ils ont parfois porté le sobriquet de « Brougnart » (ou Brognart). Leurs armoiries sont assez semblables à celles de Denain.

L’Ostrevent était un ancien petit comté situé entre l’Artois, la Flandre et le Hainaut, au sud de Valenciennes, sur la rive gauche de l’Escaut. Il est passé à un certain moment dans le comté de Hainaut .

Branche principale (aînée)

Etienne I de Denain fils d’Hugues II d’Ostrevent, petit-fils d’Anselme II d’Ostrevant. Seigneur de Denain. Seigneur de Hainin par son mariage. Chevalier à la cour de Baudouin VI/IX, comte de Hainaut et de Flandre. Il adopta le nom de Haynin. Il épousa Rose/Richarde de Mons-Hainaut ( ?-apr.1205), dame héritière de Haynin, fille de Gossuin III de Mons et de Béatrix de Rumigny. Ils eurent:

  • Etienne ( ?-1237), ép. Adélaïde de Cuinchy
  • Sara de Denain,
  • Thomas de Denain
  • Baudry de Denain
  • Gossuin, infra

Gossuin I « Brognart »  de Haynin (1165/1170-1239), fils du précédent. Seigneur de Hainin. Chevalier et/ou écuyer. C’est lui qui fait bâtir dans l’église du village une chapelle dédiée à Saint-Jean-Baptiste. Il épousa Anne de Jauche « de Mastaing » (avant1182- ?), fille de Régnier de Jauche et d’Ide de Mons. Ils eurent:

  • Michel de Haynin, ép. N. de Trazegnies – ?
  • Thomas de Denain
  • Wauthier, infra

Wauthier I « Brognart » de Haynin (v.1200-1260), fils du précédent. Seigneur de Hainin (par héritage paternel) et de Quincy (par mariage). Chef de l’armée du comte héritier de Flandre, Guy de Dampierre. Il épousa Jossine « de Quincy » de Rumigny (avt1217-1280) et eut:

  • Gilles de Haynin
  • Jeanne de Haynin, ép. Jean de Jauche
  • Marguerite de Haynin
  • Jean (avt 1235), infra
  • Gossuin, infra

Jean I de Haynin « Brogniart » (avt1235- ?), fils du précédent. Seigneur de Hainin et de Quinchy. Il vendit Quinc(h)y en 1260. Il devint seigneur d’Amfroipret par mariage v1250 avec Marie d’Amfroipret, dont il eut:

  • Wauthier
  • Gossuin

Ces deux enfants sont peut-être morts avant leur père, car c’est leur oncle qui hérite des seigneuries.

Gossuin II « Brognard » de Haynin (v.1230- ?), frère du précédent. Seigneur de Hainin et d’Amfroipret. Ecuyer. Il fonda une chapelle à Hainin en 1299. Il épousa Marie Desmaretz, dont il eut:

  • Gossuin ( ?-v.1300), ép. Hermensilde d’Ittre
  • Anne de Haynin, ép. Gossuin d’Enghien
  • Wauthier, infra

En 1270-71, la seigneurie de Bernières-lez-Bavay (Bermeries?) appartenait en partie, ainsi qu’une portion de Bernissart et de Vaubevert (?) à Brougniart de Haynin qui l’avait acquise en échange de terres ou d’argent avec l’abbaye de Cambron.

Parmi les fiefs de la seigneurie de Hainin, se trouvait comme fief séparé le camp à la Borgne et le Bois des Malagnes (vieux gaulois = mauvaises herbes), actuel bois d’Hainin.

Wauthier II « Brognard » de Haynin (v.1260-1319), fils du précédent. Chevalier. Seigneur de Hainin et d’Amfroipret (entre Bavay et Le Quesnoy). Grand Bailli de Hainaut (1305 et 1313). Il épousa Elisabeth/Isabeau de Bousies (1265-1295), fille de Wauthier V/VII de Bousies et d’Alix de Hainaut, dont il eut:

  • Etienne
  • Thomas
  • Jean

En 1310, Thomas, écuyer de Hainin, obtint son autonomie pour la paroisse de Hainin. Pour cela, il fit don de terres qu’il possédait à Chièvres et de rentes de la cure de Hainin, à condition qu’elle exista. Ce qui lui fut accordé. L’acte de donation fut contresigné par son frère Etienne II, le seigneur de Hainin, et par Roger, abbé de St Ghislain qui devint collateur de la dîme. Ce Thomas fit encore don de terres au Pré Hocquet (à Thulin) et 20 sols de rente hypothéqués sur des prés tenant au Pré Muchet et au chemin d’Elouges (enclave millénaire), ainsi que sur des terres à la Fossièle et au lieu-dit La Vigne. Entre Boussu et Hainin, sur les coteaux du Sequisse, s’étendait un vignoble.

Etienne II Brognart de Haynin (v.1280-apr.1359), fils du précédent. Seigneur de Hainin, Amfroipret  et Saint-Amand ( ?), ainsi que du Broeucq ( ?) par mariage, avec Marie du Broeucq. Ils eurent:

  • Jean, infra ==> Branche de Haynin-Wambrechies
  • Aubert/Lambert de Haynin, ==> Branche de Haynin du Cornet. Chevalier. Il épousa Marguerite de Rosimbos, dont il eut:
    • Antoine (de Hérin) de Haynin, ép. Marie de Lannoy, fille de Josselin/Gossuin de Lannoy
      • Antoine (Herin) de Haynin, ép. Jeanne de Roisin, fille de Baudry VII/XIII et de Jeanne de Sars
        • Madeleine (de Herin) de Haynin
    • Marc de Haynin (1357-1403), ép. Ide de Gouy; Seigneur du Cornet et de Frémicourt
      • Innocent de Haynin ( ?-1450), ép. Jeanne de Godrye –  branche à part

Aubert épousa en secondes noces Marie de Noyer, dont il eut: Etienne de Haynin

Jean/Jehan II  Brognart de Haynin (v.1310- ?), fils d’Etienne II. Chevalier. Seigneur de Hainin, d’Amfroipret, Malaquet (Malplaquet?, près d’Hon-Hergies), du Broeucq

  • Ep.1. Marie « Tieulaine » de Pottes (avt 1329- ?), dame de Rebaix
    • Isabeau de Haynin ( ?-1396/97), ép. Hugues III de Maulde
    • Jean, infra
  • Ep.2. Eléonore de Trazegnies, fille d’Othon de Trazegnies et de Catherine de Looz
    • Eléonore, ép. Rasse de Haverskerke
    • Mahaut, ép. Thierry de Lichtervelde
    • Jacques, ép. Marie de Noners
    • Michel, ép. Marie Joye
      • Hanin de Haynin
      • Marie de Haynin, ép. Philippe/Jacquemart de Peissant

Jean/Jehan III « Brognart » de Haynin (v.1340-1402, Haynin), fils du précédent. Chevalier. Seigneur de Hainin, Amfroipret, de Broeucq, de Frites, de Maing (sud de Valenciennes) et de Malplaquet. Il aurait eu une vingtaine d’enfants! Il épousa Marie de Roisin dite “de Wargnies”, dame héritière de Gussignies et de Bettrechies (1340-1402), fille de Jean de Roisin, S. de Roisin et de Petit-Wargnies  (Elle pourrait avoir amené Gussignies dans sa dot).  Avec elle, il eut:

  • Jeanne de Haynin, dame de Wargny, ép. Jean de Wargny ( ?-1433)
  • Thierry de Haynin, S. d’Oby et de Baviseau. Grand-bailli du Hainaut. Prévôt de Maubeuge en 1417. IL épousa  ? de Le Sauch, dont il eut:
    • Quintine de Haynin, dame d’Oby et de Baviseau, ép. Colard d’Ath
  • Marguerite de Haynin, ép. Jean de Forest
  • Pierre « Brougnart » de Haynin (v.1360-1431), infra

Relation extra-conjugale

  • Jean « bâtard » de Haynin (v1360-1417). Seigneur de Tristen et de Maing. Il releva en 1410 un fief à Bettrechies, hérité de son père. Il épousa Marie ( ?-1439), dame de Grand-Wargny, veuve de Jacques, sire de Cantaing, Marcoing, dont il eut:
    • Guillaume de Haynin ( ?-1417)

Pierre I « Brougnart » de Haynin (v.1360-1431), inhumé à Haynin. Chevalier. Seigneur de Hainin, d’Amfroipret (dont il fait construire le château), du Broeucq, de Gussignies, de Bettrechies. Par mariage, il devint seigneur de LouvigniesConseiller du comte Guillaume IV et de la comtesse Jacqueline de Bavière. Grand bailli du Hainaut (1408-1418 ; 1425-1426). Il participa à la bataille de Liège en 1408. Il (re) bâtit le château de Haynin. Il épousa Jeanne du Chastel de la Howarderie (avt1372-1443), dame de Louvignies (hameau de Bavay). Elle était fille de Pierre « Percheval » du Chastel (1350-1413) et de Marguerite de Louvignies (v1352-v1389). Ce Pierre était le fils ou le frère de Jacques Houars du Chastel, prévôt de Bavay en 1417. Ils eurent:

  • Jean de Haynin, infra
  • Collard/Nicolas de Haynin (avt1418-1471, Liège). Chevalier. Châtelain ou échevin d’Ath. Seigneur de Gussignies, de Bettrechies, de Montroeuil-au-Bois, d’Amfroipret. Conseiller des ducs de Bourgogne, Philippe le Bon et Charles le Téméraire. Il épousa Marie de Lannoy ( ?-1483).
  • Michel « Brognart » de Haynin. Receveur des villes de Maubeuge et de Bavay.
  1. Ep. Eléonore de Haulchin, dont il se sépara après trois mois, pour retrouver son ancienne amante, dont il avait un enfant. Elle mourut peu de temps après, ce qui libéra Brougnart.
  2. Ep. Jeanne d’Esclaibes ( ?-avt1405), dame de Simousies, chanoinesse de Maubeuge, fille de Fastré d’Esclaibes, prévôt du Quesnoy, qui s’opposa dans un premier temps au mariage et emprisonna Michel de Haynin. Ils eurent:
    1. Jacques « Brougnart » de Haynin, légitimé en 1427 par le duc Philippe de Bourgogne
    2. Jeanne de Haynin
  • Philippe de Haynin, (1451-1517). Seigneur d’Amfroipret, de Breucq, de Bettrechies, de Gussignies. Prévôt de Valenciennes. Propriétaire à Jeanlain et Sebourg. Maître d’hôtel de Maximilien d’Autriche. Conseiller et chambellan de Philippe le Beau, puis de Charles-Quint. Non marié, il légua ses domaines à son petit-neveu François, infra
  • Pierre de Haynin, prêtre
  • Janet de Haynin, ép. Jeanne de Gordier
  • Bertrand de Haynin

Jean/Jehan IV de Haynin (v.1390-1425, avant son père), fils de Pierre I. Ecuyer. Echanson du dauphin Jean de France, fils du roi Charles VI. Il épousa Jeanne « de Viane » de la Bouverie (avt1400-1479), fille de Bertrand et Isabeau de Melun, dont il eut:

  • Jean, infra
  • Bertrand, mort en bas-âge
  • Antoine de Hainin, S. du Breucq. Il épousa Jeanne de Roisin, fille de Baudry, seigneur de Roisin et de Rongy, et de Jeanne de Sars, dame d’Angre

Jean V « Brognart » de Haynin (1423-1495, Hainin), fils du précédent. Chevalier. En fait ses ascendants résidaient le plus souvent dans une maison à Saint-Ghislain. Lui, logea plus souvent à Hainin. Il avait aussi un hôtel à Maubeuge. Seigneur de Hainin, Louvignies, Oby. Militaire au service de Philippe le Bon et de Charles le Téméraire. Il devint chroniqueur entre 1465 et 1477. Il aurait été le premier à avoir utilisé le mot « wallon » lorsqu’il rapporta un combat entre les Bourguignons et la garnison liégeoise de Montenaeken. Il a fait construire la chapelle Notre-Dame de la Fontaine à Hainin. Il épousa Marie de Roisin (1435-1480), fille de Baudry et de Jeanne de Sars, dont il eut:

  • Jeanne (1457- ?)
  • Jean (1458, Louvignies-1476, mort avant son père)
  • Antoine (1459, Louvignies- ?)
  • Colette/Colle/Nicole (1460- ?), ép. Jean de Thiant
  • Catherine (1461- apr1532), dame de Zaa, de Vaux, de Peissant. Elle épousa d’abord Léon de Goegnies, seigneur de Fay et Sotteville, et ensuite Guillaume de Hosden/Haudion, seigneur de la Chapelle en Condroz
  • Pierre (1463- 1532). Mayeur de Sebourg. Il épousa Agnès Carlier, dont il eut:
    • Jehan de Haynin (1490-1555). Mayeur de Sebourg. Il épousa ? Moyaux (1500-1578) et en eut:
      • Jean de Haynin (1520-1579). Echevin-censier de Sebourg, qui épousa Jeanne Hiolle (1525-1579), dont il eut:
        • François
        • Jehan
        • Simon
      • Valentin de Haynin ( ?-1577)
  • François de Haynin (1463/1464-1537), infra
  • Madeleine (1466- ?), chanoinesse de Maubeuge
  • Anne de Haynin (1469-1474)
  • Barbe (1470-1478)
  • Bernard (1471-1471)
  • Collart/Nicolas « le Louvegnois » (1472, Hainin-1476), seigneur de Jeumont
  • Guillaume/Ghislain (1474, Hainin- ?). Chevalier. Seigneur de Louvignies. Prévôt de Bavay (1507-1508). Il épousa Jeanne de Hun, dont il eut:
    • Nicole, ép. Jean de Thiant
    • Catherine, ép. Lion de Goegnies, S. du Fay et de Sotteville,
    • Yolande, ép. Antoine de Ghistelles
    • Christine, ép. Charles de Landas
    • Bertrand
    • Philippe ( ?-1580), moine à l’abbaye d’Anchin
    • Adrienne ( ?-apr.1590), chanoinesse de Maubeuge
    • Julienne ( ?-1536), chanoinesse de Maubeuge
    • Jean de Haynin (1500- ?), prévôt de Bavay (1539), seigneur de Louvignies
    • Jeanne de Haynin ( ?-1556), dame de Louvignies. Dame d’honneur de la duchesse de Lorraine. Elle épousa Gian-Battista da Ferrara. Puis chanoinesse de Maubeuge.

François I de Haynin (1464, Louvignies-1537, Lille), fils du précédent. Seigneur de Hainin (héritage paternel en 1495). Il hérita en 1517 de son grand-oncle Philippe de Haynin : seigneur d’Amfroipret, du Broeucq, d’Oby, de Baviseau, de Bettrechies et de Gussignies. Ecuyer, chevalier. Capitaine du château de Lille.

  1. Ep. v.1506 Isabeau du Maisnil de Rosimbos, fille d’Antoine, dont il eut:
    1. Philippe, infra
    2. Jeanne
  2. Ep. Marie de Gosson – sans enfants
  3. Ep. Antoinette de Termonde/Tenremonde, dont il eut:
    1. Adrien, S. de Bettrechies
    2. François de Haynin (1510, Lille– ?) ==> Branche Haynin-Amfroipret (infra). Seigneur d’Amfroipret, de Bettrechies, de Gussignies
    3. Ghislain/Guillaume, chevalier, seigneur du Broeucq et Haut-Montreuil ==> Branche Haynin du Broeucq. Il épousa Marguerite Domessent, dont il eut:
      1. Antoinette, dame du Bos (Bois-Grenier), ép. Claude de Varennes
      2. François de Haynin ( ?-1602), chevalier, seigneur du Breucq (infra)
      3. Marie de Haynin, ép. Jacques de Pottes, puis Baudouin II de Croix ( ?-1626)
    4. Charlotte (1514-1583), ép. Pierre de Voisin, puis Jean Verdière
    5. Jeanne, ép. Henri de Wilperch
    6. Marie, religieuse à Deinze
    7. Anne de Haynin (1513, Lille- ?), ép. Jacques de la Trouillère
    8. Antoinette (1518- ?), ép. Henri van Coornhuyze
    9. Denis, religieux à St Bavon à Gand
    10. Jacqueline (1516- ?), religieuse et abbesse à Messines
    11. Guillaume ==> barons du Bernieules

Philippe I de Haynin ( ?-1538, Wambrechies).  Chevalier. Seigneur de Hainin. Seigneur de Wambrechies par mariage. Maître d’hôtel de l’archiduc Philippe le Beau. Il épousa en 1526 Claire de Croix ( ?-1542), dame de Wambrechies, Lesquin et La Motte (héritière de son frère). Ils eurent:

  • Jean de Haynin, infra
  • Antoine
  • Charlotte
  • Catherine, ép. Denis de Zoete, seigneur de Houtain-le-Val, gouverneur de Maestricht
  • Françoise, ép. François Defrez
  • Péronne de Haynin, ép. Antoine de Haudion, puis ép. Jean de Varennes
  • Jeanne, ép. Guillaume de Hosden

Jean VI de Haynin ( ?- ?), fils du précédent. Seigneur de Hainin, de Wambrechies et de Lesquin. Il épousa en 1533 Anne d’Ongnies, dame de Waterbeke, dont il eut:

  • François
  • Louis, page d’arme du Prince de Parme, mort à Anvers au siège
  • Philippe, infra
  • Jean, S. de Wambrechies. Il épousa Marguerite de Lens, dame d’Audrigny, dont il n’eut pas d’enfant.
  • Jeanne, chanoinesse du chapitre de Sainte-Aldegonde de Maubeuge
  • Marguerite, chanoinesse, puis abbesse séculière de Nivelles
  • Bonne, chanoinesse, puis abbesse du chapitre Sainte-Aldegonde
  • Anne de Haynin, ép.1599 Jean d’Andelot
  • Jossine, chanoinesse de Maubeuge

Philippe II de Haynin ( ?-1620). Baron d’Amelincourt. Seigneur de Hainin, Wambrechies, Lesquin, La Motte et Warlembecque. Il épousa  Isabeau/Jeanne de Douvrin, dame d’Hamelincourt et de Mastaing, dont il eut:

  • François, infra
  • Henry de Haynin, chevalier, S. de Lesquin, qui épousa Marie Louvel, dame de Fontaine et dont il eut:
    • Philippe
    • François-Paul
    • Bonne Françoise de Haynin, dame de Lesquin. Elle épousa en 1661 Michel de Kessel, S. de Wattignies, chevalier
    • Marie Anne
    • Marie-Philipotte ( ?-1704), sans alliance
  • Eustache
  • Claude

François II de Haynin (avt1590-1625). Baron d’Hamelincourt. Seigneur de Hainin, de Wambrechies. Gouverneur de Valenciennes. Il épousa en 1610 Florence d’Estourmel-Creton, dont il eut:

  • Robert ( ?-1668), baron de Wambrechies, évêque de Bruges en 1664
  • Philippe, infra
  • François Isidore ( ?-1668), abbé de Marchiennes
  • Marie-Philippe, chanoinesse de Maubeuge. Elle épousa en 1646 Philippe François de Haynin, baron de Reckem, seigneur de Wavrans et d’Anchin
  • Maximilien
  • Albert

Philippe III de Haynin (v1612- 1677). Baron d’Hamelincourt et de Wambrechies. Seigneur de Hainin. Il épousa en 1638 Anne Jeanne de Liedekerke de Gavere, dame de Harlebeek, chanoinesse de Maubeuge, dont il eut:

  • Philippe ( ?-1707), chanoine de Ste Gertrude à Louvain
  • Charles ( ?-1688), chanoine de Seclin
  • Robert ( ?-1707), chanoine de Saint-Donat à Bruges
  • François Philippe de Haynin (?-1709). Baron d’Amelincourt, qui épousa en 1659 Louise Anne Françoise de Haynin, dame d’Amfroipret et d’Eth, dont il eut:
    • Philippe Charles de Haynin ( ?-1709, Lille). Baron de HayninNon marié et sans postérité. Son oncle Henri Joseph hérita.
    • Charles François
    • Anne Robertine
  • Henri Joseph ( ?-1711), infra
  • Marie-Madeleine, religieuse à Marquette
  • Marie-Anne, chanoinesse à Maubeuge
  • Marie-Aldegonde, chanoinesse à Maubeuge

(Henri) Joseph de Haynin ( ?-1711, Maubeuge).  Baron de Hainin, d’Hamelincourt et de Wambrechies. Bourgeois de Lille. Maire de St-Amand. Rewart de Lille

  1. Ep. 1686 Jeanne/Anne-Thérèse d’Ostrel
    1. Marie Robertine de Haynin, religieuse aux dames de Ghislenghien
  2. Ep.2. 1689 Marie Rose de la Porte
    1. Louis-François de Haynin (1700, Lille- ?)
    2. Bonne-Aldegonde Josèphe de Haynin (1704-1737), ép. Jean-Philippe du Bron
    3. Louise Eléonore Marie de Haynin, ép. Jean-François de Montfort

Louis François de Haynin (1700, Lille- 1781, Seclin). Baron de Hainin. Chevalier. Seigneur de Ransart et d’Amfroipret. Premier lieutenant des gardes wallonnes au service du roi d’Espagne. Mayeur d’Arras. Grand conservateur de la forêt de Mormale. Membre de l’Etat noble de l’Artois. Il épousa en 1737 Marie-Ignace de Widebien

  • Marie-Louise Bonne Josèphe de Haynin (1741- 1786), ép. 1772 Louis François de Tenremonde (1736-1795). Ce dernier hérita de son épouse les seigneuries de Ransart et d’Amfroipret.

La seigneurie de Hainin passa à Adrien Dominique le Duc (1663- 1722), seigneur d’Onnezies. Probablement par achat à une date non précisée avant 1722, date de son décès.

Branche Haynin – du Breucq

Elle ne concerne pas les villages de la vallée de la Haine. Je ne la développe pas ici.

Branche Haynin-Amfroipret

François de Haynin (1510, Lille- ?). Fils de François de Haynin et d’Antoinette de Tenremonde (supra). Seigneur d’Amfroipret, de Bettrechies, de Gussignies

  1. Ep. 1534 Marie d’Estaples
    1. Charlotte de Haynin, ép.1. Charles de Harchies, S. de Sars ; ép.2. Nicolas de Pierre, S. d’Aubry
    2. Claude, infra
    3. Marie de Haynin, dame d’honneur de la duchesse de Bavière. Elle épousa Georges d’Oostendorf, grand-veneur de Bavière
    4. Marguerite, ép. Jean van Alendorp
    5. Agnès ( ?-1566), religieuse à Messines
  2. Ep.2. Jeanne le Monoyer
    1. Jacques de Haynin « de Hennin ». Seigneur de Bettrechies
    2. Antoine de Haynin. Seigneur de Gussignies
  3. Ep.3. Antoinette de Bercus – sans enfant

Claude de Haynin (?-?), fils du précédent. Seigneur d’Amfroipret, de Bettrechies, de Gussignies. Il épousa Jacqueline de Carondelet, dont il eut:

  • Jacques de Haynin, infra
  • Charles de Haynin ==> Haynin-Gussignies, infra
  • Ferry de Haynin ( ?- ?). Seigneur de Hautmontaux, qui épousa Marie de Longueval

Jacques de Haynin (?-?). Seigneur d’Amfroipret, d’Auby, de Beauseau. Il épousa Françoise de la Pierre, dont il eut:

  • Hélène, dame d’Amfroipret, ép. Pierre Philippe de Chasteler, seigneur de Relegem
  • Nicolas
  • Jacques
  • Marie

Branche de Haynin-Gussignies

Charles de Haynin (1567- ?). Fils puiné de Claude de Haynin et de Jacqueline Carondelet (supra). Seigneur de Gussignies, BettrechiesGuidon d’ordonnance du comte de Berlaymont. Il épousa Louise de Ruelin (v1570- ?), dame d’Eth et de Florines/Sorinne, fille d’Antoine de Ruelin, S. d’Eth. Ils eurent:

  • Antoine de Hainin. Chevalier. Seigneur de Gussignies, d’Eth (par acte de déshéritance de dame Louise de Ruelin, sa mère), de Bernicourt. Pour endettement, il  y eut une saisie en 1638.
  • Anne de Haynin, dame d’Eth. Elle épousa Jacques de Haynin, son cousin « du Cornet », gouverneur de Landrecies, fils d’Adrien
  • Ferry de Haynin ( ?-1601, siège d’Ostende). Seigneur de Bettrechies.

Branche de Haynin-du Cornet

Ne concernant pas la vallée de la Haine, je ne l’ai pas traitée.