Havay

Entité communale de Quévy

Le territoire

Superficie: 917 ha

Altitude: de 70 m (au nord)à 133 m (frontière)

Situation géographique : 

Il est situé sur la bordure nord du plateau de Bavay (Hauts-Pays) et donc sur une pente descendant au nord vers la vallée de la Trouille.

Cours d’eau : 

Plusieurs ruisseaux (Pire, Anoile, Coq) traversent le territoire de la commune et rejoignent la Wampe du côté d’Harveng au nord. Celui du Pire passe dans le village, dont l’habitat primitif s’est concentré à proximité.

Paysage préhistorique (après la dernière période glaciaire) : boisé (Forêt Charbonnière)

Nature du sol : limoneux

Nature du sous-sol : grès, pierre calcaire

Préhistoire

Néolithique (Homo Sapiens) : 

Selon Th. Bernier, on a trouvé une hache en silex de la période néolithique.

Age du bronze :

Il est probable que les vestiges de l’âge du bronze à Givry concernent aussi le territoire de Havay, vu la proximité du site.

Antiquité gallo-romaine

La chaussée Bavay-Cologne traverse le territoire.

On a retrouvé des monnaies de Dioclétien selon Th. Bernier.

Des découvertes importantes ont été faites à la limite des territoires d’Havay et de Givry. Elles sont rapportées dans le chapitre de Givry. Une villa gallo-romaine ou du moins un établissement d’une certaine importance y a existé.

Premier Moyen-Age (période franque mérovingienne et carolingienne)

Havay serait cité dans le testament de Sainte Aldegonde, datant de 661. Il est donc possible que dès cette époque l’abbaye de Maubeuge possédait un domaine ici, à moins que Havay fut un alleu de la famille d’Aldegonde.

Deuxième Moyen-Age – le village

Première mention: 661

Toponymie (anciennes orthographes) – Etymologie (hypothèses d’origine du nom) : non documentées

Epoque de son apparition: entre le Xème et le XIIème siècle

Facteurs ayant favorisé son émergence :

voies de communication: la chaussée romaine Bavay-Tongres-Cologne

sources d’eau ou cours d’eau: ruisseaux mentionnés plus haut

source de bois: toute la région était boisée

proximité d’un lieu de pouvoir: ?

Trois hameaux lui sont attachés : Ihy, Bonnet, Bois-Bourdon.

Paroisse dédiée à Saint Jean-Baptiste, dépendant de celle de Goegnies, dont elle se sépara en 1803.

Evêché: de Cambrai (jusqu’en 1803), puis de Tournai ensuite

Décanat/doyenné: Maubeuge jusqu’en 1803, puis Pâturages

Autel (dîmes, entretien de l’église, nomination des officiants) donné à l’abbaye de Liessies.

On rapporte qu’en 935,  le franc Adelme, peut-être seigneur du lieu, reçut pour mission de réclamer à l’abbaye de Maubeuge les reliques de Saint-Ghislain qui avaient été subtilisées pendant le grand chaos qui suivit les raids vikings dans la région.

C’est durant ces années que des paysans se sont regroupés pour former un petit noyau villageois organisé dans un domaine seigneurial.

Répartition des pouvoirs pendant la période féodale

Autorité supérieure: comté de Hainaut

Autorité sous-jacente (administrative et judiciaire):  prévôté de Mons

Seigneuries et fiefs

Si le noyau villageois, à proximité du Ruisseau du Pire, n’était pas grand, le territoire de Havay était relativement étendu, avec des fermes isolées qui furent parfois à l’origine des hameaux qui se sont développés plus tard.

Il est possible que dans ce chaos politique de la fin du IXème et du Xème, les comtes se soient réappropriés les lieux aux dépens des abbayes ruinées et saccagées, dont ils se firent d’ailleurs les protecteurs et souvent les propriétaires. Le tout forma un ensemble de seigneuries et de fiefs au fil des siècles:

  • La seigneurie principale releva dès le XIIème siècle des seigneurs d’Havré, hommes-liges des comtes de Hainaut, dont ils furent aussi les châtelains à Mons. Outre Havré, ils possédaient aussi Ghlin, Harveng et Goegnies-Chaussée.
  • La seigneurie de La Haye, relevait des seigneurs de Ligne et fut la propriété notamment des Vinchant de Mons
  • Le fief de Ladeuze
  • Le fief de Beaudroit, relevant du comte, tenu un certain temps par la famille Derbaix
  • Le fief d’Aubechies
  • Le fief de l’abbaye Saint-Pierre d’Haumont
  • Un fief de l’abbaye Sainte-Aldegonde de Maubeuge
  • Un fief des Warelles se continuant sur Quévy et Bougnies
  • Un fief (avec la ferme de Beauvoir) de l’abbaye de Liessies

    D’Adrien de Montigny (fin XVIème)
Période française (1794-1814)

Fin de l’Ancien Régime féodal en 1794

  • Département: Jemappes
  • Canton: Pâturages
Répartition des pouvoirs pendant la période contemporaine (à partir de 1814)
  • Etat: Royaume des Pays-Bas (1814-1830), puis Royaume de Belgique
  • Province: Hainaut
  • Arrondissement administratif: Mons
  • Arrondissement judiciaire: Mons
  • Canton: Pâturages
  • Entité communale depuis 1977: Quévy

    Carte de Ferraris (XVIIIème)
Evènements et faits marquants sur le sol de la commune

Parmi les actes de brigandage commis par la bande à Moneuse, à la fin du XVIIIème siècle, il faut relever celui de la ferme de Beauvoir.

En 1860, fut fondé un couvent des Filles de Marie de Pesches pour l’instruction des jeunes filles de la région.

De  février à novembre 1918, les occupants allemands firent évacuer le village. L’aviation allemande se livra alors à des bombardements expérimentaux sur le village. Celui-ci fut totalement détruit. On rapporte que certaines bombes pesaient 1 tonne. Il fallut tout reconstruire après la guerre. On le fit à l’identique dans la majeure partie des cas, avec des aspects fort rustiques parfois.

Economie

Elle tourna autour de l’agriculture et de l’élevage.  On y vit un élevage ovin jusqu’à 1900. Le village était donc constitué de petites et de grosses fermes. 

Il persiste encore quelques grosses fermes bâties ou rebâties au XVIIIème et au XIXème siècle de Bois-Bourdon, d’Ihy, du Bonnet et de Beauvoir (appartenant à l’abbaye de Liessies).

Il exista au moins un moulin à vent (rue de la chapelle St-Jean), qui fonctionna entre 1714 et après 1871 (ferme du moulin) sur une crête entre le ruisseau du Pire et celui de l’Anoite.

Brasserie Sainte-Marie (XIXème)

On exploita un peu jadis des carrières de calcaire à chaux.

Voies de communication

Trois axes routiers désenclavent Havay de son apparent isolement.

Le plus ancien est la chaussée romaine Bavay-Cologne qui passe au sud.

L’axe Mons – Maubeuge a dû prendre une relative importance au VIIème siècle lors de la fondation des abbayes par les sœurs Waudru et Aldegonde. Ce n’était bien sûr qu’un chemin traversant la plupart du temps des bois et des clairières.

Enfin, lorsque Beaumont prit de l’importance au XIIème siècle, le chemin qui le reliait à Mons en prit aussi.

Des sentiers et des petits chemins reliaient le village à ces axes routiers, ainsi qu’aux fermes isolées et aux villages voisins (dont ceux de Villers-Sire-Nicole et d’Elesmes).

Patrimoine

Eglise Saint-Jean Baptiste. Elle fut rebâtie au XVIIIème siècle. On y trouve un mobilier Louis XVI homogène, des pierres tombales de la famille Derbaix qui possédait la seigneurie de Beaudroit.  Ancien cimetière autour de l’église.

Château de Beauvoir

Ancien relais de poste XVIII-XIX, au Bois-Bourdon, après que la route Mons-Maubeuge fut pavée pour faciliter le transit de diligences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *