Houdeng (famille de)

On commence à trouver les premiers seigneurs de Houdeng (Aimeries) vers l’an 1100. 

Plusieurs personnages sont cités dans divers documents d’époque, sans qu’il ne soit nécessairement écrit s’ils étaient seigneurs des lieux ni quels liens de parenté les reliaient. Les généalogies online ne sont pas claires non plus sur ce sujet.

Hubert de Houdeng (?-?, fin XIème). Il est le premier cité. Il accompagnait la comtesse Ida, femme de Baudoin II quand elle dut se retirer en l’abbaye de Saint-Hubert pour éviter les embûches du comte de Chiny. Celui-ci projetait de la saisir pour la rançonner, lorsqu’elle traversa ses domaines à son retour de Rome, où elle avait été s’enquérir si Baudoin était mort ou avait été fait prisonnier à la croisade, en 1100.

Allard de Houdeng (?-?). En 1119, il comparut avec Renard de Strépy et d’autres seigneurs, à la donation faite par l’évêque de Cambray à l’abbaye de Saint-Denis-en-Broqueroie, de l’autel Houdeng avec Goegnies, sa dépendance.

En 1119,  Guydon de Houdeng (?-?) et sa femme Alix abandonnèrent aux religieux d’Aine (Aulne?) certains biens à La Louvière et à Saint-Vaast (1157-1158).

Baudouin IV ratifia une donation à l’abbaye d’Aulne/Aine par Wautier de Houdeng et Allard, d’une dîme qu’ils avaient sur les terres que l’abbaye possédait à St-Vaast.

Raoul de Houdeng (deuxième moitié du XIIème).  Trouvère, auteur de romans de chevalerie. Epoque de Baudouin V, ami des lettres et poète lui-même.

Simon de Houdeng (Hosden et Hosdeng). Chevalier. Il intervint à plusieurs actes concernant les abbayes d’Aine et de Saint-Denis (1198-1220). La première en reçut deux bonniers de terre près de la Tombelle, à Houdeng. La communauté revendit ce bien à Gilles, seigneur du Sart à Houdeng (avant 1234).

Marie, dame de Houdeng échangea un fief, en ce village, contre un domaine que les moines de Saint-Denis possédaient à Lembecq (1200). Trois ans après, sa mère Clémence, dame de Hosdaing, céda à la même communauté ses alleux à Houdeng et à Goegnies. L’acte qui en fait foi présente certaines valeurs historiques en ce qu’il établit que Guillaume, oncle de Baudoin de Constantinople, eut la régence du Hainaut (???) pendant l’absence du héros de la quatrième croisade.

Guy ou Guydon ou Wadon de Houdeng (?-?). Chevalier. En 1202-1204, il  suivit à la croisade Baudouin VI de Hainaut. A son retour,  il donna en aumône au monastère des Bénédictins d’Aine son tiers dans la dîme de Saint-Vaast.

Nicholon ou Nicoles de Houdeng (?-?). Chevalier. Seigneur d’Epinois-lez-Binche. Ami de Jean II d’Avesnes, il signa en qualité d’homme de fief du comté, un nombre considérable de diplômes importants. Jean de Goegnies lui vendit en 1294 le bois de Luz et les bois situés proche de la baie de Roeulx. En 1309, il légua aux magistrats de Mons, le vaste hôtel qu’il possèdait dans cette ville et d’autres biens pour la création d’un hospice d’infirmes et de vieilles femmes. En 1545, on convertit le jardin de l’hôpital en un établissement d’instruction publique : le Collège de Houdain. En 1292, le comte lui offrit deux accroissements de fief: le fief de Saint-Vaast à Houdeng et un autre à Epinois. Il épousa Gerberge de Walcourt. 

Nicolas de Houdeng (?-?). Seigneur d’Epinois.  Conseiller de la comtesse Marguerite de Bavière de 1354 à 1372. 

Marie de Houdeng est citée dans un acte d’août 1316.

Messire Jakème de Houdeng (?-?) représentait, en 1324, le chapitre de Saint-Vincent aux conciles de Senlis et de Reims.

Cette famille aurait disparu en 1336. Le domaine d’Houdeng revint dans les possessions du comte de Hainaut. Vers 1340, le comte Guillaume II d’Avesnes l’octroya aux Walcourt, qui détenaient la charge héréditaire de maréchal de Hainaut.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *