Mons (famille de)

Cette famille, qui descend d’une branche cadette des comtes Régnier, a joué un rôle important dans la région entre le IXème et le début du XIIIème siècle. Cependant, il existe beaucoup d’approximations et de controverses quant on cherche à réaliser leur généalogie. J’ai tenté d’en faire une synthèse. Il ne faut pas la considérer comme la vérité absolue. D’autres éléments nouveaux à l’avenir permettront peut-être de l’approcher.

Ils portèrent le nom de Mons, sans que l’on puisse affirmer qu’ils en étaient originaires. Ce patronyme leur a sans doute été donné parce que plusieurs de leurs membres ont été châtelains de Mons, dès que cette fonction fut instaurée au XIème siècle.

Outre cette fonction, ils jouèrent un rôle de conseillers auprès des comtes, notamment en tant que pairs de la cour de Mons (comme seigneurs de Baudour). Ils figurèrent souvent comme témoins dans des actes notariés.

Malgré les assertions des généalogistes (Duvivier, Venderkindere, du Chastel de la Howarderie) et de Vinchant, l’historien Mathieu leur dénie la charge de châtelain de Mons et de seigneur d’Havré. Il se base sur le fait qu’il y ait eu en même temps deux personnages ayant porté le même nom (Isaac de Mons).

Leur ascendance remonte à Régnier Ier “au long col” (850-916), premier comte héréditaire de Henegau (Hainaut), mais aussi de Darnau (Hesbaye) et de Maasgau (Maastricht). Il eut plusieurs enfants, dont Régnier II (v882/890-v932) qui hérita du Hainaut. De son épouse Alix de Bourgogne, il eut:

  • Régnier III (921-973), comte de Hainaut, qui s’est rebellé contre l’empereur Othon Ier, qui dut s’exiler et perdit ses biens. Ceux-ci furent récupérés à la fin du siècle par ses fils Régnier IV et Lambert.
  • Rodolphe (922-964/966), comte de Hesbaye, qui épousa Adèle de Vienne et dont les descendants furent les membres de la Maison de Mons.
  • Marie, qui épousa Nivelon de Betuwe, à l’origine de la Maison de Looz.
  • Amaury “le Vieux” à l’origine de la Maison des Montfort-l’Amaury

Rodolphe/Rodulphe/Raoul/Rudolf I de Mons (919/922-964), second fils de Régnier II. Comte de Maasgau et de Hesbaye (probablement du comté d’Avernas ou Haspengau, à l’est de la Hesbaye), dont il fut dépouillé en 958 par Othon II lorsqu’il s’est révolté avec son frère Régnier III de Hainaut. Il épousa Adèle de Vienne (929- ?), fille de Charles Constantin de Provence. Ils eurent:

Gossuin de Mons (v952/955, Mons-997), qui épousa Benoite de Franconie ou des Monts (960-1060). Ils eurent:

Gossuin de Mons (v990/996, Mons-1088, Mons). Pas de mention quant à des titres éventuels ou à son mariage.

Il aurait eu comme enfant Gossuin de Mons (1020/1026, Ath – ?). Ce dernier réalisa plusieurs mariages, dont le premier avec Mélissende de Baudour. Le nom de cette Mélissende pourrait lui venir de son père et dans ce cas ce Gossuin aurait obtenu la seigneurie de Baudour par mariage ou alors plus vraisemblablement elle prit le nom de la seigneurie de son mari.

On est ici à l’époque de la comtesse Richilde, époque où il semble que furent mises en place les pairies (proches conseillers du comte) et les charges de châtelains (Mons, Valenciennes, peut-être Beaumont).

Gossuin I de Mons ( v1040/1056, Baudour-1088/1093, Mons), fils des précédents. Seigneur de Baudour et à ce titre pair de Hainaut. Châtelain de Mons, probablement le premier, ce qui expliquerait le “I” qui suit son prénom. Cité en  1056, comme témoin d’une donation par Gérard de Maulde d’une serve à l’abbaye de St-Ghislain. Il souscrivit avec Isaac, châtelain de Valenciennes, une charte en 1065, confirmant la restauration de la propriété du monastère de Hasnon par Baudouin I de Hainaut.       Nombreuses autres citations : 1066, 1070, 1073, 1081, 1084, 1086. Ce serait lui qui aurait épousé en 1085 Ermengarde de Chaumont, dite « de Liège » (1055/1060, Chaumont-1088/1090, Mons). Elle était la fille de Régnier de Chaumont-sur-Loire et d’Ermengarde/Ermentrude Mons, donc petite-fille de Régnier IV.  Elle avait épousé auparavant et était veuve de Gossuin, comte de Luihgau/Liège, dont elle eut Sigena de Liège, qui épousa Frédéric, comte de Burg-Lengenfeld. De son second mariage avec Gossuin de Mons, elle eut:

  • Gossuin II, infra
  • Isembard de Mons (v.1060- ?), nommé, avec sa mère dans une charte de 1088 (infra) et dans des actes de 1114 à 1142
  • Hildegarde/Hildiarde/Ade de Mons (v.1060-1145), ép. Hugues II d’Oisy, châtelain de Cambrai
  • Philippe (1070-1170), ép. Marie de Lautrec

Veuve une seconde fois, elle dota l’église d’Aymeries (près de Maubeuge), que l’évêque Gérard de Cambrai unit en 1088 à l’abbaye d’Anchin (fondée en 1079 par Anselme d’Ostrevent) à titre de prieuré.

Gossuin « Isaac »  II de Mons (v1070/1075, Mons-1122/1142, Mons). Seigneur de Baudour. Il est sans doute le « Isaac de Mons » cité dans les histoires de Thulin, Hainin et Dour. Châtelain de Mons et seigneur de Havré dès 1140 (contesté par Ernest Mathieu). Cité avec son père en 1073 et 1086. Après la mort de son père, et du consentement de son frère Isembard, il confirma au prieuré d’Aymeries les donations faites pas sa mère Ermengarde. En 1122, il fit une donation à Aybert le Reclus d’un lieu boisé entouré par la Haine et des marais (Castellulum ou Petit Château). Il y désigna Ide d’Ath, son épouse, et ses deux fils, Isaac et Gossuin de Ville ( ?). Il épousa Ide/Ida/Aleidis d’Ath (v1075, Ath – 1138, Mons ou Ghislenghien), fille de Walter d’Ath (pas du tout certain!). Elle avait épousé en premières noces Guy de Chièvres, dont elle eut Eve Damison. Ils eurent:

  • Gossuin III, infra
  • Isaac de Mons (v1093-1140). Cité dans des actes de 1122 et 1125, comme fils des précédents. Témoins dans des chartes de 1127 et 1135. En 1135, il donna à l’abbaye de St Ghislain une de ses serves et sa postérité. Il n’est jamais cité comme le châtelain de Mons. Il figure dans cet acte où Isaac, châtelain de Mons, est aussi cité (peut-être son père). En 1125, il fait plusieurs donations à l’abbaye de Liessies, où il est encore cité à côté de son homologue, châtelain de Mons. On ne lui connait pas de mariage ni d’enfants. Mais il pourrait être le père de Baudouin de Mons (infra)
  • Nicolas, évêque de Cambrai de 1137 à 1167. Il fit donation en 1138 à l’abbaye de Bonne-Espérance des autels de St-Brice de Tournai et de Haine-St-Paul
  • Ermengarde, ép. Gauthier de Lens (charte 1135)

Gossuin III de Mons “de Baudour” (1116/1120, Baudour-avt1177, Mons), fils du précédent. Problème de date avec son frère Isaac et son père Gossuin II. Seigneur de Baudour, de Boussu et de Hainin  ( ??? Thulin, Dour – contemporain de Guillaume de Dour, 1110-1155). Il pourrait cependant correspondre au « Gossuin de Valenciennes » cité dans l’histoire de Thulin. Compagnon et conseiller de Baudouin IV. Viro nobilissimo, riche de nombreuses possessions à raison desquelles il devait un stage ou séjour continuel aux châteaux de Mons, Valenciennes et de Beaumont. Châtelain de Mons, de Valenciennes, de Beaumont (contesté). Le plus riche seigneur d’alors en Hainaut, selon J. de Guise. Cité en 1161. Avec son épouse, ils sont perpétuellement en conflit avec l’abbaye de Saint-Ghislain pour des raisons de propriétés, ce qui se comprend quand on voit les domaines respectifs et voisins de chacune de ces seigneuries. Ce grand domaine va être divisé par les héritages. Il avait épousé en 1149 Béatrix de Rumigny (1120/1125-1191), fille de Nicolas II de Rumigny-Florennes et d’Aleidis/Alix de Hainaut (fille de Baudouin II de Hainaut, comte de Hainaut), dont il eut:

  • Gossuin – discussion infra
  • Alix/Ida/Aléide (1137/1145/1150, Baudour-1195/1207, Rumes), qui épousa:
  1. Ep. Roger de Condé (1120-1271), fils d’Henri de Condé
  2. Ep.  Renier I de Jauche (1135-v1184)  ==> Pairie de Baudour
  3. Ep.3. Baudouin « le Caron » ???
  • Rose de Mons (1155/1161-1202) qui épousa Etienne d’Ostrevant de Denain à qui elle apporta Hainin ==> Maison de Haynin
  • Béatrix de Mons (v1160-1219), ép. Baudry V de Roisin (1140-1192), dot inconnue
  • Mahaut/Mathilde de Mons (1165-1183), ép. Wauthier I « le Gâté » de Ligne
  • Agnès de Mons (v1140- ?), ép. Hugues III d’Antoing et d’Epinoy
  • Pétronille de Rumigny, dame de Boussu, ép. Raoul/Wauthier de Fontaine

Il est bizarre que certaines filles, qui ont fait des mariages importants n’ont pas reçu de dot (connue) sous forme de territoires, par rapport à leurs soeurs.

Gossuin, fils de Gossuin III – personnage énigmatique

  • selon certaines sources (dont J. de Guise), il est mort jeune sans postérité
  • il pourrait être ce Gossuin IV (1140-?) qui succéda à son père comme châtelain de Mons et seigneur de Havré
  • enfin, il pourrait être aussi ce “Gossuin de Thulin” qui donna la dîme des paroisses de Thulin et de Hainin (secours de la première) à l’abbaye de St-Ghislain. Ce personnage a été conseiller et diplomate des comtes Baudouin V et Baudouin VI.

Baudouin de Mons (?-1195), fils de Gossuin IV ou d’Isaac de Mons. Il aurait été châtelain de Mons, mais n’est pas mentionné comme seigneur d’Havré. Cité dans des actes entre 1155 et 1194. Conseiller de Baudouin V. Mariage non connu. deux enfants:

  • Henri, infra
  • Gérard, qui prit part à la quatrième croisade et fut fait prisonnier en 1218.

 

Henri de Mons (v1165/1173, Baudour- v.1211, Mons ou Baudour). Châtelain de Mons dès 1195. Seigneur d’Havré. Co-seigneur de Baudour. Cité dans des chartes. Il fut un bienfaiteur de l’abbaye d’Epinlieu, fondée en 1216. Epousa Mathilde de ?, dont il eut trois filles:

  • L’aînée épousa Ubald de Harvengt, chevalier, cité en 1238 comme châtelain de Mons. Ils n’eurent pas d’enfant.
  • Sara, qui épousa Henri Berthout, fils de Walter II Berthout, avoué de Malines, et d’Adeline d’Enghien. Chevalier. Cité en 1249, 1252, 1257 et 1261. Il succéda à son beau-frère comme châtelain de Mons. Pas d’enfant.
  • Julienne/Julianne “de Havré”, châtelaine après la mort de Sara, prend le nom d’Havré. Elle épousa  Englebert d’Enghien, quatrième fils de Siger I et d’Alix de Sotteghem. Il intervint comme châtelain de 1267 à 1291.

Les fonctions de châtelain de Mons et de seigneur d’Havré furent ensuite dans les mains de leurs descendants, à commencer par leur fils Siger d’Enghien (1293 à 1311).

 

Pour compliquer les choses, deux personnages sont encore cités, dont il est difficile de cerner l’ascendance:

Gossuin V de Mons (1209, Baudour- ?), cité comme seigneur de Baudour et seigneur de la ½ Havré. Co-châtelain de Mons. Chevalier.

Guy de Mons (1245- ?), son fils. Seigneur de de Baudour et de la ½ Havré. Co-châtelain de Mons. Il épousa Sylvère de Habarcq, dont il eut Ermengarde de Mons (1276, Baudour-1319, Gouy), dame usufruitière de la moitié de Baudour, qui épousa en 1295 Hennin II de Gouy-en-Artois, seigneur de Gouy et de Corbehem, dont elle eut Wilbert II de Gouy-en-Artois

Ce Guy de Mons serait le dernier représentant de la famille de Mons.

Pour tenter de faire cette synthèse de la généalogie compliquée de cette famille (sans aucune certitude de vérité), j’ai compulsé de nombreuses généalogies sur le web, sur des sites différents.

La controverse est reprise de: Les premiers châtelains de Mons et la famille des Gossuin de Mons – Ernest Mathieu, Impr. UCL 1914

 

Une réflexion sur « Mons (famille de) »

  1. Bonjour,
    Je découvre avec émerveillement votre site, votre travail…
    Je vous en félicite et voudrais connaître vos coordonnées de sorte de vous citer quand je rédige un document sur Mons.
    Merci déjà…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *