Preux-au-Sart

Le territoire

Superficie: 509 ha

Altitude: de 80 à 139 m

Situation géographique : sur le versant sud de la vallée de la Haine et de l’Escaut-Moyen, en bordure du plateau de Bavay

Cours d’eau : l’Aunelle (limite de Fasnoy) et le ruisseau du Sart qui traverse le village

Paysage préhistorique (après la dernière période glaciaire) : Forêt Charbonnière

Nature du sol : limoneux

Nature du sous-sol : grès, schiste

Préhistoire

Non documentée.

Antiquité gallo-romaine

Non documentée.

Premier Moyen-Age (période franque mérovingienne et carolingienne)

Non documenté.

Deuxième Moyen-Age – le village

Première mention: 1163

Toponymie (anciennes orthographes) :

  • Pereus, 1163
  • Preus, 1186
  • Preux-lez-Wargny, 1349
  • Preu
  • Preux
  • Preux-au-Sart

Etymologie (hypothèses d’origine du nom) :

  • Sart : endroit né du défrichage de la forêt
  • Preux : du latin petra, signifiant « pierre » (terrain rocailleux)

Epoque de son apparition: probablement au cours du XIème ou du XIIème siècle

Facteurs ayant favorisé son émergence :

voies de communication: pas de voie antique ni médiévale d’importance

sources d’eau ou cours d’eau: le ruisseau du Sart et l’Aunelle

source de bois: région boisée

proximité d’un lieu de pouvoir: Gommegnies

Paroisse dédiée à Saint-Martin

Evêché: de Cambrai

Décanat/doyenné: Valenciennes (1186)

Autel (dîmes, entretien de l’église, nomination des officiants) donné au chapitre épiscopal de Cambrai

Les habitants d’Amfroipret et de Petit-Wargnies dépendaient de la paroisse de Preux-au-Sart, ce qui fait penser que la population y était plus importante que dans ces deux villages voisins.

Répartition des pouvoirs pendant la période féodale (jusqu’en 1678)

Autorité supérieure: comté de Hainaut

Autorité sous-jacente (administrative et judiciaire): Prévôté du Quesnoy

Seigneuries et fiefs

En 1083, le domaine est cité comme propriété de l’abbaye d’Hautmont.

A partir d’un certain moment, les terres de Preux-au-Sart, ou une partie de celles-ci, dépendirent des seigneurs voisins de Gommegnies. Ce fut le cas jusqu’en 1617, soit jusqu’à Guillaume de Hamal, encore cité comme seigneur des lieux.

A partir de cette date, Gommegnies se trouva sous l’autorité de la famille de Franeau jusq’à la Révolution. Nous ne savons pas si ce fut aussi le cas de Preux-au-Sart. Les données sont alors fragmentaires.

Un certain André Joseph Boulé (1670, Valenciennes – 1727) est cité comme seigneur de Preux-au-Sart. Issu d’une famille de magistrats de Valenciennes, il fut receveur du duc d’Arenberg et préident du Conseil Provincial de Valenciennes en 1708. Il ne semble pas que son père ai été cité seigneur de Preux, ni sa fille, Marie Catherine Boulé (1710-1794), qui a épousé un Franeau d’une branche cadette. On peut donc imaginer qu’André Joseph Boulé ait acheté, puis revendu Preux-au-Sart, à des dates inconnues et à des personnages non moins connus.

Un peu plus tard, est citée pour avoir acheté le domaine Marie Anne Ignace Françoise de Sars (1726-1805), épouse de Benoit Dominique de Croeser. Quand ? A qui ? Nous n’avons pas l’information.

C’est avec eux que se termina le régime féodal dans le village.

Hormis ce dernier couple qui fit construire un château à la fin du XVIIIème, il ne semble pas qu’il y en ait eu d’autre (s) auparavant.

D’Adrien de Montigny (fin XVIème)
L’ancien régime dans le royaume de France (1678 à 1789)
  • Etat : le royaume de France, dès 1660 (Traité des Pyrénées)
  • Prévôté : Le Quesnoy
Répartition des pouvoirs pendant la période contemporaine (à partir de 1792)
  • Etat: France dans ses divers régimes (républiques, monarchie, empire)
  • Département: Nord
  • Arrondissement : Avesnes-sur-Helpe
  • Canton: Aulnoye-Aymeries
Evènements et faits marquants sur le sol de la commune

Le village étant situé non loin du chemin allant du Quesnoy vers Bavay et les anciens Pays-Bas, le passage de troupes armées s’est souvent accompagné de gros dommages pendant diverses guerres : 1340, 1477, 1554, 1568, de 1636 à 1714.

Economie

Elle se basa uniquement sur l’agriculture, l’élevage et les activités annexes. On mentionne un moulin à eau sur l’Aunelle depuis le XIIIème (cascade de Quélipont), détruit en 1918. Une brasserie fonctionna aussi au XIXème siècle.

Cascade de Quélipont
Patrimoine

Eglise Saint-Martin, 1878

Château, 1771, construit par Madame de Kroezer- de Sars.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *