Quiévrain (famille de)

ou de Kiévraing  (± 1067 à 1300)

Armoiries: “d’or au chef bandé d’argent et de gueules de six pièces; cimier, deux tonneaux d’or”

Cette famille porta aussi le nom de “Des Prés” ou “Despretz”.

Anselme de Quiévrain  (v1010, Quiévrain-v.1044) est le premier cité (sources généalogiques diverses) et probablement seigneur de Kiévraing et de ses dépendances (Baisieux et Hensies). Nous n’avons aucune indication sur la provenance de cette famille. Quiévrain était-il un alleu ? Nous n’en avons pas trouvé mention, mais cela parait vraisemblable. Cet Anselme vivait du temps du comte Herman et de la comtesse Richilde, soit à une époque où le territoire du comté avait pris de la consistance et où ses souverains commencèrent à y organiser un pouvoir politique, administratif et judiciaire cohérent. Cité dans un acte de l’abbaye de Denain en 1044. Il avait comme épouse une certaine Guérine/Quérine de ? (v1015- ?). Ils eurent:

Wauthier/Waulcher I de Kiévraing (v.1036-v.1090). Il est le premier seigneur cité par Th. Bernier dans son ouvrage, suivant un acte d’asservissement envers l’abbaye de St Ghislain (1067-1088). A cette époque, il était commun que les seigneurs de la région mettent des serfs à la disposition des abbayes. En fait, eux et des membres de leur famille, se présentaient comme serfs lors d’une cérémonie actée. Il est aussi mentionné aussi dans une charte de l’abbaye de Crespin de 1090. On le cite aussi comme alleutier de Ronquières et du Pont à l’alleu, du chef de son épouse. Cité avec son père Anselme dans un acte de l’abbaye de Denain de 1044. Il épousa Nicoline van der Aa (v.1045, Anderlecht – ?), fille de Volhard II van der Aa, dont il eut:

Wauthier/Waulcher/Gauthier/Walter II (1067-v1109). Il se rendit également serf à l’abbaye de St Ghislain, avec toute sa postérité en 1101, en présence de 5 chevaliers (Gauthier de Bulccin, Liévin son fils, Baudry de Roisin, Gaulcher son frère, Gislard de Bozée) qui signèrent sa lettre, où il est dit issu de haute naissance. Cité dans des actes de 1067, 1086, 1090, 1099). Il épousa Ursule de Blaregnies (1067- ?), fille d’Anton de Blaregnies. Ils eurent:

  • Wauthier de Quiévrain (1087- ?), infra
  • Henri I (v.1090- ?), ép. Alice de Weze (v.1092- ?)
    • Henri II de l’Alleu de Quiévrain (v.1100/1115/1130- ?, Ronquières), ép. Gertrude van Neyghem
      • Mathilde/Mahaut de Quiévrain-Neyghem (V.1145-1216/1219), Dame de Meerbeek. Elle épousa en 1170  Othon II de Trazegnies et de Silly. Une autre source cite Godefroy de Bruxelles, seigneur de Seneffe. De plus, selon Th. Bernier, elle serait fille de Helin (infra)

Wauthier/Gauthier III de Quiévrain (v1087- apr1109), fils de Wauthier II. Seigneur de Quiévrain. Epouse inconnue ou Alice de Weze. Ils eurent:

  • Hauwel/Hellin Despret de Quiévrain, infra
  • Baudouin de Quiévrain
  • Liévin

Hellin « Hawel/Hauwel » de Kiévraing (surnom signifiant en francique « colérique » ou « tout entier » (<1108-v.1183)), fils du précédent. Seigneur de Quiévrain. Il est cité dans des actes d’asservissement de l’abbaye de St Ghislain (de 1127 à 1182). L’abbé Daniel de Cambron lui vendit des terres à Irchonwelz. Il est encore cité témoin dans des donations faites à l’abbaye d’Alne (Aulne?) en 1180 et 1182. Il faisait partie de l’armée du Comte de Hainaut dans son expédition contre Godefroid de Brabant en 1183. Il épousa Gertrude de Roisin (<1124- ?), fille de Baudry III et d’Agnès de Cysoing. Ils eurent:

  • Arnould de Walhain de Quiévrain (infra)
  • Wauthier/Gaulthier
  • Marguerite/Mahaut/Mathilde de Quiévrain (1145-1219), dame de Braine-l’Alleud, qui épousa en 1170 Otton II de Trazegnies (1150-1192)
  • Rasse de Quiévrain (1149- ?)
  • Hawel

Arnould de Quiévrain (v.1147/1150, Quiévrain-1183 ou 1199 ou apr.1211). Seigneur de Quiévrain, mais aussi de Walhain, de Villers Perwez et de Noirmont (obtenue soit par achat, soit par héritage ou mariage). Cité dans une charte de Baudouin VI de 1211 ( ?). Il épousa Marie de Warfusée de Dammartin ( ?-v1230), dont il eut

  • Gauthier/Wauthier de Quiévrain (v1176-1243)
  • Arnould de Quiévrain

Jean « Gauthier/Walter IV » de Quiévrain (1176-1243/1244), fils du précédent. Seigneur de Quiévrain (et sans doute d’autres lieux non indiqués). Seigneur de Forest par mariage. Il signe comme témoin à un accommodement fait au château de Mons, par Baudouin VI de Hainaut, entre l’abbaye de St Ghislain et Jean Bliaut, seigneur de Blaugies, en 1176. Il est encore témoin, en 1199, d’une donation faite à l’abbaye de St Denis par le Comte Baudouin. Il est un des signataires de la charte du Hainaut de l’an 1200, avant le départ du comte Baudouin VI pour la quatrième croisade. En 1211, il est témoin aux lettres par lesquelles Louis, fils aîné du roi de France et futur Louis VIII, confirme l’abbaye de St Bertin à St-Omer dans la possession de ses propriétés. Il est cité au nombre des partisans du faux Baudouin (légende qui rapporte le retour de l’ancien comte de Flandre et de Hainaut, Baudouin IX/VI, devenu empereur à Constantinople et tué peu de temps après au combat). Il combattit à Bouvines en 1214, sous la bannière du Comte Ferrand. Il fut, comme celui-ci, fait prisonnier. Libéré plus tôt, il fut envoyé à plusieurs reprises en ambassade par la comtesse Jeanne au près du roi Louis VIII de France pour solliciter la libération de son mari Ferrand. En récompense, le comte à son retour lui donna les terres d’Abigny et de Verdoing en 1232. Il assiste en 1219 au déshéritement fait par Gilles de Chin (?), de la terre de Buzegnies. En 1231, il est témoin à Valenciennes aux lettres de la Comtesse Jeanne, reconnaissant les droits et privilèges qui appartenaient à Hellin d’Aulnois, chevalier, comme bouteiller de Hainaut. Il épousa Isabeau de Mortagne « de Tournai » (1165-1208), dame de Mortagne et de Forest, fille de Baudouin, châtelain de Tournai. Il en eut:

  • – Richard (infra)
  • – Nicolas (infra)
  • – Albresonde (1234- ?)
  • – Wauthier « le Bon » (1235- ?)
  • – Gillebert des Prêt de Quiévrain

Richard de Quiévrain (1230-v1249), fils aîné du précédent. Seigneur de Quiévrain. En 1246, il intervint dans un acte par lequel il promet de reconnaître pour comte de Hainaut celui des fils de la Comtesse Marguerite, qui sera désigné par la sentence arbitrale du roi Louis IX et de l’Evêque Odon (dans le conflit d’Avesnes-Dampierre). Il meurt sans descendance.

Nicolas de Quiévrain, son frère  (1233-1280). Seigneur de Quiévrain, de Forest. Seigneur de Tongre-St-Martin (par achat). Il figure dans des actes d’asservissement envers l’abbaye de St Ghislain (1232-1266). En 1244, il apparaît, avec son frère Gillebert et d’autres chevaliers, à un jugement rendu par Henri de Luxembourg, par lequel sont adjugées au Comte Thomas et à sa femme Jeanne les terres de Crêvecoeur et d’Arleux. En 1260, il est témoin aux lettres par lesquelles le Comte Thibaut de Bar reconnait avoir reçu de Marguerite, sa mère, comtesse de Flandre et de Hainaut, 4800 livres parisis à compte de 10.000 livres qu’elle devait lui payer pour le dédommager des frais qu’il avait supporté pendant qu’il avait été en prison en Zélande et ailleurs pour les affaires de sa mère. En 1280, il appose son sceau aux lettres par lesquelles le comte Jean d’Avesnes confirme les privilèges de franchises de la ville de Valenciennes. Il acheta en 1270, du couvent de St Landelin de Crespin, tout fief qui lui appartenait au village de Tongres-St-Martin (près de Chièvres). Il avait épousé Julienne/Juliana de Looz, dame d’Amblise (fief boisé entre Quarouble et Condé, dont une partie fut attribuée vers 600 à l’abbaye de Crespin – une autre partie appartenait à l’abbaye de Denain avant de passer à la famille de Chiny), fille du Comte Arnould VII de Looz et de Jeanne de Chiny. Par acte du 27/06/1267, le comte Arnould de Looz assigna, pour la dot de sa fille, à Nicolas de Quiévrain, un revenu annuel de 200 livres-tournois. Le même jour, Arnould et Jeanne promettaient de donner à leur gendre pour la dot de leur fille la somme de 2000 livres à prélever en 10 ans (200 livres/an). Le lendemain, ils mandaient aux maires et échevins de Thys et de Neuville d’obéir aux ordres donnés en leur nom par Nicolas et Julienne. Nicolas de Quiévrain possédait alors de nombreuses seigneuries que ses trois enfants se partagèrent. Isabeau hérita de Quiévrain. De ce mariage, naquirent:

  • Wauthier (1255- ?), infra
  • Marie de Quiévrain, dame  d’Encerville/ Ancerville/Tencerville, épouse de Renaud de Bar, dont elle était veuve en 1284. En 1283, elle donna des lettres par lesquelles elle reconnait avoir reçu 50 livres tournois que lui devait le Comte de Flandre.
  • Isabeau, dame héritière de Quiévrain et d’Amblise, qui épouse vers 1280 Godefroid III d’Aspremont (Lorraine, entre Nancy et Metz), fils de Gobert III, IV ou VI (selon sources), sire d’Aspremont, de Dun, de Busancy et de Sorcy, châtelain de Noyon. Par ce mariage, la seigneurie de Quiévrain passa aux Aspremont.

Wauthier de Quiévrain (1255/1260- ?), fils aîné de Nicolas de Quiévrain. (Probable) seigneur de Quiévrechain et de Baisieux. Il est étonnant, qu’en tant que descendant mâle il n’ait pas hérité de la baronnie de Quiévrain. Il épousa N. dont il eut:

  •  Gérard de Quiévrain (1285 ou 1294-1342), infra
  •  Daniel

Gérard « des Prêt » de Quiévrain (1294-1342, Quiévrain, inhumé à Quiévrechain). Seigneur de Quiévrechain et de Baisieux. Lieutenant du prévôt de St Quentin. Il épousa N. de Ramblise, dont il eut:

  • Jean Gillon (1320-1378)
  • Elisabeth (1322- ?)

Jean Gillon/Gilles (ou « Hoyau ») de Quiévrain (v1310 /1320-1378, inhumé à Baisieux). Seigneur du Bois-de-Lessine, de l’Estreverie, du « tiers de Kiévrain » ( ???Baisieux, Quiévrechain). Il épousa en 1340 Esme de Mortagne « dame des Prêt », dont il eut:

  • Jean “Hawiel” (1343-?), infra
  • Gilles, infra
  • Jeanne (1344-?)
  • Catherine (1346-?)

Descendance de Jean “Hawiel”

Jean « Hawiel/Hauwiel» de Quiévrain (1340- ?). Seigneur de Fontery et de Ramblise (Rombies ?). Il épousa Jeanne de Noyelles de Wargnies/Warigny, dont il eut:

  • Georges (1364-1415)
  • Gilles, infra
  • Jean de Quiévrain (v1395- ?, Mons). Seigneur de Ressaix (seigneurie principale) par achat en 1415 à Marguerite de Solesmes. Seigneur de Monceau. Il épousa Marguerite de Vassenaere, dont il eut:
    • Antoine de Quiévrain (v1420- ?, Mons). Seigneur de Ressaix (seigneurie principale) et de Hautaing. Chambellan de Philippe le Beau. Il épousa Agnès de Ghistelles, dont il eut:
      • Charlotte de Quiévrain (v1450- ?), dame de Ressaix qui épousa Jacques de Rosimbos qui hérite de Ressaix (seigneurie principale).

Gilles « Hauwiel » de Quiévrain (v1365-1394), fils de Jean “Hauwiel”. Seigneur de Fontery et de Ramblise/Rambize. Ecuyer, chevalier.   Châtelain de Bouchain. Il épousa Jeanne de Brouckhove, dame de Renaix  (v1370-1460), dont il eut:

Jean « Hoyan/Hauwel » de Quiévrain (v1390/1394-1425). Seigneur de Renaix (par sa mère) et de Rombise (par son père). Il épousa Cunégonde de Marchipont (1390-1426), dont il eut:

  • Jeanne Marie (v1385- ?), ép. Jean de Vredeau, seigneur de Beaumont
  • Jean, infra

Jean de Quiévrain (1420- ?), fils du précédent. Chevalier de Monceau et de Renaix. Il épousa Bonne de Neufville en Artois, dont il eut:

  • Jean, infra
  • Jeanne de Quiévrain (v1450- ?), ép. Gobert XI d’Aspremont, S. de Thulin et prince d’Amblise.
    • Béatrix ( ?-1528), ép. Jean de Bolland de Rollé
    • Catherine (v1490-1558), ép. Frédéric de Brandebourg-Vianden

Jean de Quiévrain ( ?-apr.1489). Seigneur de Renaix et de Monceaux/Monchaux. Il épousa Jeanne/Marguerite d’Aspremont. 

Descendance? 

Il existe aussi une Catherine Despret de Quiévrain, épouse de Jacques I Mouton de Harchies (v1375- apr1444), dame de Baisieux.

Descendance de Gilles

  • Gilles de Quiévrain (1342-1378), fils de Jean (1340-?, supra). Chevalier. Seigneur du Bois-de-Lessine, de l’Estreverie, du « tiers de Kiévrain » ( ??? Quiévrechain et Baisieux ???). Il épousa Marie « Pérault » de l’Estreverie, fille de Gérard, seigneur de l’Estreverie, dont il eut:
    • Guillaume, infra
    • Catherine ( ?- ?)
    • Gilles ( ?- ?)
    • Jeanne ( ?- ?)
    • Marie ( ?-1399)
  • Guillaume « des Prêts » de Quiévrain (1371-1423, inhumé à Baisieux), seigneur de Bois de Lessines, de l’Estreverie, du « tiers de Kiévrain » ( ??? Quiévrechain et Baisieux ???). Il épousa  Jeanne, fille du seigneur de Reumont de Roisin, dont il eut:
  • Jean (1394- ?)
  • Jeanne
  • Wauthier « des Prêts », infra
  • Simon « des Prêts » de Quiévrain, de qui sont descendus ceux de Valenciennes et de Mons
  • Marguerite
  • Perceval
  • Marie

Wauthier « des Prêts » de Quiévrain (1400-1455, inhumé à Valenciennes). Seigneur de Bois-de-Lessines, Estreverie, du « tiers de Kiévrain » ( ??? Quiévrechain et Baisieux ???). Il épousa Jeanne Bougier de Bousies, dont il eut:

  • Guillaume, infra
  • Thierry, mort sans postérité
  • Pétronille, qui épousa Henri de Pennels

Guillaume « des Prêts » ( ?-1491). Seigneur de Bois-de-Lessines et de l’Estreverie, de Kievrechain, de Baisieux. Il épousa en 1460 Beatrix de Voorde, dont il eut: 

  • Jeanne ( ?-1498), dame de Bois-de-Lessines, qui épousa Jacques de Cottrel
  • Thierry (1460- ?)
  • Marie
  • Chrétienne « Christine de Quiévrain » (1462-1498), dame de Voorde, des Prets, de Kiévrechain, de Baisieux, qui épousa Gilles van den Heetvelde
    • Erasma van den Heetvelde (1481-1526), dame de Voorde et de Kievrechain. Elle épousa Baudouin de Neve (1473-1536), chevalier et grand bailli de Termonde, dont elle eut:
      • Jean III de Neve (v1503-1568), seigneur de Voorde et de Quiévrechain, chevalier
      • Ambroise de Nève (1505- ?)
  • Isabeau (1464-1464)
  • Jean (1466-1467)

2 réflexions au sujet de « Quiévrain (famille de) »

  1. Il est impossible compte tenu des dates de naissance et décès d’Isabeau de Mortagne 1165-1208, qu’elle ait eu ses enfants en 1230-1233-1234 et 1235. Elle aurait eu 65 ans à sa première Maternité!!!!! Je pense qu’il y a une erreur.
    Malheureusement beaucoup de généalogistes reprennent cette information.
    Pouvez vous me citer vos sources!!!!
    Merci par avance, cordialement.

    1. Vous avez raison de penser qu’il y a une erreur … qui m’a échappé. Si les dates s’avèrent exactes, il devrait y avoir une génération intermédiaire. Mes sources: les habituels sites généalogiques d’internet. Pour Quiévrain, je me suis surtout référé à Théodore Bernier qui avait publié une généalogie des seigneurs de Quiévrain. Je reconnais que je ne suis pas – et ne cherche pas à être – un généalogiste au sens “chercheur sur documents”. Les séries seigneuriales, mises sur le site, servent surtout à mettre en contexte les différentes histoires des villes et villages, à décrire un peu plus tel ou tel personnage. Elles sont avant tout indicatrices. De plus, la généalogie de ces siècles lointains est fort sujette à critique. De nombreux généalogistes vous le diront. Des familles anciennes ont voulu à tout prix se reconstruire des généalogies dans le but de se placer dans la suite d’un ancêtre brillant. Pour ce qui est de Quiévrain, je sais que Théodore Bernier (historien loco-régional du XIXème siècle) s’est référé aux archives d’un descendant du dernier intendant local du château. Archives qui avaient échappé aux destructions de la Révolution. Cette généalogie est sans doute le résultat du travail d’un ancien seigneur de la localité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *