Taisnières-sur-Hon

Le territoire

Superficie: 1622 ha

Altitude: 118 à 157 m

Situation géographique : sur le plateau de Bavay (Hauts-Pays)

Cours d’eau : le Hogneau et ses affluents (Ruisseaux de Goe, de l’Erelle, de Landrieux, du Louvion, de la Haute Lanière

Paysage préhistorique (après la dernière période glaciaire) : la Forêt Charbonnière

Nature du sol : limoneux

Nature du sous-sol : grès, schistes, (pierre calcaire ?)

Hameaux : Malplaquet, La Carlotte

Préhistoire

Non documentée

Antiquité gallo-romaine

Deux chaussées traversent le territoire, celle de Bavay à Utrecht (Batavie), celle de Bavay à Cologne.

Pas de vestiges documentés

Premier Moyen-Age (période franque mérovingienne et carolingienne)

Non documenté.

Deuxième Moyen-Age – le village

Première mention: 1186

Toponymie (anciennes orthographes) :

  • Tainnières, 1186, J. de G., Ann. du Hainaut
  • Tesnières, 1349, Pouillé de Cambrai
  • Taisnières, XIVe siècle
  • Tasnières, 1473
  • Taisnières-sur-Hon, XVIIIe siècle.

Etymologie (hypothèses d’origine du nom) :

Taisnières – Le village tirerait son nom de l’ancien nom du blaireau, taisson en ancien français, issu du bas latin taxo(nem), suivi du suffixe -aria, qui indique une présence. Signification: Lieu où il y a des “blaireaux”, « retraite des blaireaux », mais aussi par extension : « repaire de bêtes fauves » ou « tanière »

Hon : Du nom de la rivière qui pourrait être issu du gaulois onna (« cours d’eau »).

Epoque de son apparition: au XIème ou XIIème siècle

Facteurs ayant favorisé son émergence :

voies de communication: les deux chaussées romaines

sources d’eau ou cours d’eau: le Hogneau et ses affluents

source de bois: région boisée

proximité d’un lieu de pouvoir: la ferme abbatiale et le château de La Longueville

Paroisse dédiée à l’abbaye de Lobbes

Evêché: de Cambrai

Décanat/doyenné: Bavay (1186)

Autel (dîmes, entretien de l’église, nomination des officiants) donné à l’abbaye de Lobbes

Répartition des pouvoirs pendant la période féodale

Autorité supérieure: comté de Hainaut

Autorité sous-jacente (administrative et judiciaire): prévôté de Bavay

Seigneuries et fiefs

L’abbaye Saint-Pierre de Lobbes, fondée vers 654 par Saint Landelin (comme pour celle de Crespin) y possédait des biens. Elle y exerça ses droits féodaux (cens, redevances, justice, corvées) sur les habitants du village et des hameaux, probablement par l’intermédiaire d’un maïeur et d’échevins, peut-être d’un bailli. Elle avait également la collation de la cure et percevait les bénéfices de trois chapelles : la chapelle Saint-Nicolas (après 1724: chapelle Sainte-Chatherine), la chapelle de Sainte-Marie et la chapelle Saint-Michel à Malplaquet, construite en 1600.

Il est possible qu’il existât à côté un domaine laïc, relevant directement des comtes de Hainaut et peut-être à certains moments des seigneurs de La Longueville, au moins à partir du XVIIème siècle. Le comte Philippe-Louis d’Egmont est cité comme seigneur de La Longueville, de Taisnières et dépendances.

L’abbaye Saint-Pierre d’Haumont semblait aussi détenir des terres sur Taisnières.

Un château aurait existé au hameau de Surhon mais il a disparu à une date inconnue bien avant la Révolution.

D’Adrien de Montigny (fin XVIème)
L’ancien régime dans le royaume de France (1678 à 1789)

Tous les villages de la prévôté de Bavay ont été annexés au royaume de France par le Traité de Nimègue en 1678.

  • Etat : le royaume de France
  • Prévôté : de Bavay
Répartition des pouvoirs pendant la période contemporaine (à partir de 1792)
  • Etat: la France sous divers régimes (républiques, monarchie, empire)
  • Département: Nord
  • Arrondissement : Avesnes-sur-Helpe
  • Canton: Aulnoye-Aymeries
  • Depuis 2012, Taisnières-sur-Hon fait partie de l’Agglomération de Maubeuge.
Evénements et faits marquants sur le sol de la commune

En 1572, le duc d’Albe, gouverneur des Pays-Bas Espagnols, en lutte contre les huguenots, aurait logé à Taisnières, alors qu’il allait de Binche au Quesnoy.

L’événement le plus important sur le sol du village fut incontestablement la Bataille de Malplaquet qui se déroula le 11 septembre 1709. Pour rappel, à l’époque, le roi Louis XIV occupait une grande partie des Pays-Bas Espagnols. Il prenait de l’âge. Les finances du royaume étaient au plus bas, suite aux nombreuses guerres qu’il menait et à ses dépenses de prestige. De plus, une coalition s’était levée contre lui, comprenant l’Angleterre, les Provinces-Unies (actuels Pays-Bas) et l’Autriche, dont le but était de chasser les Français des Pays-Bas Espagnols.

Les deux armées se rencontrèrent dans une bataille mémorable au hameau de Malplaquet, mais aussi sur les territoires des villages alentours (Blaugies, Hon-Hergies, Sars-la-Bruyère et Blaregnies). L’armée française fut battue, mais les coalisés perdirent énormément de soldats. Cependant cette bataille fut décisive puisque par le Traité d’Utrecht qui suivit en 1713 Louis XIV dut abandonner les Pays-Bas qui passèrent sous l’autorité de l’Autriche, car les Espagnols, dirigés par le roi Philippe V, petit-fils de Louis XIV, étaient devenus les alliés de celui-ci.

Par Louis Laguerre

En 1815, après la bataille de Waterloo, le général anglais Wellington, poursuivant l’armée française en repli, campa à Taisnières.

Economie

Elle reposa essentiellement sur l’agriculture, l’élevage et les entreprises annexes : deux moulins, une brasserie et une distillerie.

Patrimoine

Eglise Notre-Dame de la Visitation, dont l’actuel bâtiment a été construit de 1900 à 1905. Elle est de style néo-gothique et comporte trois nefs, un chevet et une tour-clocher.

Eglise St Martin, à Malplaquet, XIXème

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *